VOTE | 51 fans

#315 : Les liens du sang

Titre en VO : Quentin Costa
1ére diffusion Américaine : 20 Décembre 2005
1ere diffusion française : 19 Avril 2006
Casting : Julian McMahon, Dylan Walsh, Bruno Campos (Quentin Costa)
Réalisateur : Ryan Murphy

Le Découpeur a encore frappé ! Mais cette fois, il a fait 9 victimes. Grâce au témoignage de l'une d'elles, Kit obtient une preuve suffisante pour arrêter Quentin Costa, la police débarque aussitôt chez le chirurgien où une surprise les attend. Ariel et son père tendent un piège à Matt... Sean a pris des dispositions pour laisser la maison à Julia...

Popularité


4 - 2 votes

Titre VO
Quentin Costa

Titre VF
Les liens du sang

Vidéos

Indrotuction

Indrotuction

  

Promo 315

Promo 315

  

Qui est le découpeur ?

Qui est le découpeur ?

  

Scène de crime

Scène de crime

  

Matt / Cherry Peck / Père d'ariel

Matt / Cherry Peck / Père d'ariel

  

Plus de détails

Sean et Christian sont sur une scène de crime. Le Découpeur a encore frappé. Cette fois il s'en est pris à 9 étudiantes comme le leur explique Kit, déjà présente. Christian s'approche d'une étudiante nommée Chelsey, la fille d'une des plus grosses clientes du cabinet et lui promet de s'occuper d'elle.


Kit lui demande si elle pourrait dire quelque chose de la personne qui l'a agressée? Chelsey explique que le Découpeur a du s'introduire par l'issue de secours. Il est allé dans toutes les chambres. Chelsey a voulu secourir une de ses amies et a sauté sur le Découpeur, qui l'a repoussée. C'est à ce moment-là qu'elle a vu un gode-ceinture. Kit, Christian et Quentin pensent immédiatement à Quentin qui n'a pas de pénis.


Kit et toute son équipe enfonce la porte de Quentin. Des bougies ont été déposées tout le long du couloir qui mène à la chambre. Kit découvre alors Quentin attaché comme sur la photo en haut, avec inscrit en lettres de sang sur le mur : "je ne peux pas m'arrêter". Il est visiblement en état de choc.


Christian et Sean sont en salle de consultation avec Quentin. Ils refusent de l'opérer, en prétextant que ce n'est pas prudent pour eux. Quentin dit qu'il a également pris un risque en opérant Sean un an plus tôt. Et que le risque qu'ils ont pris la nuit dernière en réparant 9 étudiantes n'est pas non plus négligeable. Ils ne savent pas quoi répondre. Quentin ajoute qu'ils n'ont qu'à simplement avouer qu'ils ne l'aiment pas, qu'ils ne l'ont jamais aimé, ni même donné une chance. Christian dément : ils lui ont bien donné une chance mais Quentin l'a laissé passer en les décevant constamment : la drogue, sortir avec Julia, coucher avec Oliver Brandt.

Christian et Sean lui reprochent également de leur avoir menti. Mais Quentin se met en colère car il ne pouvait débarquer en leur disant qu'il était né avec une malformation de ce type. Christian est sous le choc car il était persuadé qu'on le lui avait "arraché" au cours d'une dispute. Quentin explique alors les détails de cette malformation appelée Déficience 5 alpha-réductase. Il a passé son enfance dans les hôpitaux. C'est cela qui l'a poussé à devenir chirurgien. Sean l'interroge sur la soirée étudiante où une jeune fille lui a fait une fellation. Quentin réplique qu'il l'a payée pour faire semblant. Qu'elle était bourrée et ne s'est rendu compte de rien. Il a fait ça pour ressembler à un homme pour une fois. Et lors de la partie à 4 avec Kit et Kimber, Quentin avoue avoir peloté Christian pour qu'il mette fin à cette comédie sinon tout le monde aurait découvert son secret. Il reconnaît admirer Sean et Christian, qui finissent par accepter de l'opérer.


Ariel et Matt sont dans la voiture au lycée. Ariel s'excuse d'avoir fait une scène de jalousie au supermarché. Mais elle reste persuadée que Cherry et Matt sont ensemble, ce que Matt dément une fois de plus. A ce moment là, Mr Alderman monte dans la voiture et empêche Matt de sortir. 


Sean a invité Julia chez lui et lui a préparée des lasagnes. Elle découvre l'acte de propriété de la maison. Sean la lui offre. Mais Julia, bien que très touchée ne peut accepter de mettre Sean dehors et de reprendre la maison. Elle refuse car elle ne sentirait pas à l'aise si elle élevait le bébé au milieu des fantômes du passé...
En opérant Quentin, Sean fait remarquer à Christian que le Découpeur s'est relâché sur ce coup-là. A ce moment là, une équipe de policiers armés jusqu'aux dents fait irruption dans le bloc, suivi par Kit, qui accuse Liz de kidnapping et de meurtre, avant de l'emmener.


Au poste, Kit interroge Liz et lui met la pression pour lui faire cracher le morceau. Elle n'a pourtant aucune raison de taillader ses patrons. La beauté n'est pas une malédiction, mais un luxe, dit-elle. Kit évoque les quantités de sperme que Liz a récupérées dans des banques. Mais Liz se défend en lui expliquant à quoi ce sperme a réellement servi : C'est l'ingrédient principal du soin visage crée par le Spa. La suite des preuves est fabriquée de toute pièce, comme lorsque Christian avait été arrêté. Kit la provoque jusqu'à ce qu'elle crie qu'elle n'a rien fait.
Julia va voir son gynécologue qui a les résultats de ses analysés. A sa tête, il y aurait un problème, mais rien ne nous est indiqué.


Ariel tente de maquiller Matt dans sa cave pendant que celui-ci se débat. Elle veut qu'il ait l'air d'une jolie fille pour plaire à sa petite amie (Cherry). Il tente de la convaincre de tout arrêter. Mr Alderman arrive avec Cherry qu'il a aussi kidnappé. Il l'attache à côté de Matt.


Sean rentre dans la chambre de Quentin pour voir comment il va. Pendant qu'il lit le dossier, on se rend compte que la personne allongée dans le lit de Quentin n'est autre que Gina qui a été attaquée par le Découpeur. A ce moment là le Découpeur fonce sur Sean et lui injecte le produit paralysant, avant d'enlever son masque, qui révèle le visage de...QUENTIN.


Alderman fouille dans sa boîte à outils et en sort un cutter qu'il va utiliser pour couper le pénis d'un de ses deux otages. Il s'approche d'abord de Matt. 
Sean se réveille, attaché au bloc, tout comme Christian, lui aussi attaqué par Quentin. Il leur explique qu'il y a un peu plus d'un an, il est venu à Miami pour libérer cette ville de la tyrannie de la beauté. On note clairement de la folie dans le discours de Quentin, qui met de la musique avant d'opérer. Il se saisit d'une scie électrique utilisée pour les amputations. Christian est furieux contre lui. Sean est plutôt effrayé.


Alderman enfile un gant de jardinage, puis s'approche de Matt, mais ne peut pas le faire. Il ordonne donc à Matt de se le couper lui-même.


Au même moment, Quentin coupe un doigt à Sean, et Cherry se sacrifie pour Matt, qui lui coupe donc le pénis avec un cutter. Tout comme Christian qui "épargne" Sean en attirant l'attention de Quentin sur lui, qui prend alors la scie électrique pour lui couper la main tout entière. Mais il n'y arrive pas, et demande à Christian de le faire lui-même, où il égorgera Sean. Alors qu'il allait effectivement se couper la main, Kit tire sur Quentin, qui s'effondre. Sean et Christian sont libérés, et Quentin conduit à la morgue. Kit précise qu'elle tient à être présente pour l'autopsie.


Alderman force maintenant Matt à creuser un trou pour enterrer vive Cherry. Mais Matt refuse de le faire. Alderman s'apprête à le tuer quand Cherry parvient à se relever et l'assomme à coup de pelle, avant de lui tirer dessus.


Kit vide son bureau. Elle ne voit plus l'utilité de rester aux USA. Elle raconte toute l'histoire de Quentin, découverte grâce à un journal intime. Il avait même une sœur, encore plus difforme que lui, et ce dû à l'inceste. Dysplasie fronto-faciale, ce qui donnait un résultat similaire au sourire que Quentin taillait sur le visage de ses victimes. Quentin est devenu médecin pour pouvoir aider sa sœur, mais durant la dernière intervention, Violet a mal réagi et est morte. Voilà pourquoi il a décidé de se venger.


Christian est avec Gina, qu'il s'apprête à opérer, pour effacer les cicatrices. Christian et elles se réconcilient, mais d'un point de vue amical, et non amoureux. Sean la remercie d'avoir appelé les secours sinon Quentin les aurait tous les deux tués. Mais Gina n'a passé aucun coup de fil, elle était endormie jusqu'à l'arrivée de la police. 


Quelqu'un se dirige à la morgue et ouvre le sac contenant Quentin, qui ouvre alors les yeux et reproche à la personne en question d'avoir mis autant de temps.
Sean/Christian se rendent au couvent dans le Maine pour découvrir le fin mot de l'histoire, encore quelque peu mystérieuse. Ils rencontrent quelqu'un qui les a accueillis, Quentin et Violet à leur arrivée. Mais Sœur Mary Claire les corrige en leur disant que premièrement, la sœur de Quentin n'est pas morte, et deuxièmement elle ne s'appelait pas Violet, mais Katherine, plus communément appelée Kit. Elle leur montre une photo que le couvent a reçue il y a quelques années : on y voit Quentin et Kit poser ensemble sur la photo.


A Malaga (Andalousie, Espagne), Quentin et Kit prennent du bon temps au bord d'une piscine, jusqu'à ce que Quentin remarque une jeune femme complètement refaite. Il la suit alors, épaulé par Kit...


On assiste au traditionnel dîner de fin de saison chez les McNamara, qui est plus sinistre que d'habitude. Mat s'invite au dernier moment, l'air morose mais ne dit rien à ses parents et à Christian. Le doigt de Sean a été "recollé" par un des meilleurs micro chirurgien. Julia demande à parler à Sean en privé. Elle lui dit qu'elle accepte son offre de récupérer la maison, mais à la seule et unique condition qu'il reste avec elle. Mais il paraît pourtant clair qu'elle cache un secret...

Ecrit par Sophia81

Scène 1 : Scène de crime

Kit : Qu'est-ce que vous faites là ?

Sean : La mère de la fille nous a appelés.

Christian : C'est l'une de nos plus grosses clientes. Elle nous a demandé de faire transporter sa fille au cabinet.

Sean : Une ambulance privée nous attend juste devant.

Kit : Quelle fille ?

Christian : Comment ça quelle fille ? Celle qui a été attaquée par le Découpeur.

Kit : Vous allez devoir être un peu plus précis. J'ai 9 victimes …………………………………

Sean : Il a agressé toutes ces filles cette nuit ?

Kit : Il les a prises l'une après l'autre. Croyez-le ou non, c'est une bonne chose.

Christian : Je pense que tu t'insensibilises, Kit.

Kit : Les criminels en série comme le Découpeur agissent suivant une routine. Ce sont des obsessionnels-compulsifs. Quand ils changent leur façon d'opérer comme ça, ça signifie qu'ils deviennent désespérés. C'est à ce moment-là qu'on les attrape. L'obscurité précède toujours l'aube.

Sean : Où est Chelsey Myers ? …………. Pourquoi n'irais-tu pas parler à Chelsey ? Je vais voir si je peux faire quelque chose pour aider les autres.

Christian : Chelsey ? Chelsey, je suis le Dr. Christian Troy. Je suis plasticien. Ta mère m'a appelé pour me demander de venir ici pour m'occuper de toi. Elle va nous rejoindre au cabinet. Elle n'est pas autorisée à entrer ici pour le moment.

Chelsey Myers : Ma mère est là ?

Christian : Je vais m'occuper de toi, ma chérie, OK ? Elle est en état de choc.

Sean : J'aimerais ramener quelques unes de ces filles au cabinet pour les opérer. La nuit promet d'être longue, mais on peut peut-être toutes les traiter dans la foulée.

Christian : Okay.

Kit : Chelsey, peux-tu me dire ce dont tu te rappelles de l'homme qui t'a agressée ?

Christian : Kit, c'est vraiment pas le moment.

Kit : C'est le meilleur moment, Christian. On doit attraper cet homme le plus vite possible. Tout ça aura l'air d'un film de Disney comparé à ce qu'il va faire ensuite.

Chelsey Myers : Il doit s'être introduit par l'issue de secours. Il a traversé le hall, allant de chambre en chambre. Je suis tombée sur lui alors qu'il était en train de violer Ellen. Je ne sais pas ce qu'il m'a pris. J'ai couru vers lui et je lui ai sauté dessus.

Sean : Tu es très courageuse, Chelsey.

Chelsey Myers : B'en, ça n'a pas servi à grand chose. Il m'a éjectée comme si j'étais une poupée. Et c'est là que je l'ai vu.

Sean : Tu as vu quoi ?

Chelsey Myers : Son pantalon était baissé quand il s'est tourné vers moi et je l'ai vu.

Kit : Son pénis ?

Chelsey Myers : Non... Ce n’était pas un pénis. C'était un godemiché qu'on attache a une ceinture.

Scène 2 : Intervention spéciale dans la maison de Quentin

Agent : Police de Miami ! Nous sommes armés ! Rendez-vous immédiatement !

Quentin est attaché sur son lit, le visage découpé, il est écrit avec son sang sur le mur au dessus du lit "Je ne peux pas arrêter."

GENERIQUE

Scène 3 : Bureau de Sean

Sean : J'ai peur qu'exécuter un travail sur tes cicatrices ne soit pas vraiment prudent pour nous en ce moment, Quentin, mais nous pouvons t'adresser au Dr. Sachs.

Quentin : Transfert de dossier ? Qui d'autre que vous deux peut vraiment comprendre ce que ça représente pour moi de me retrouver ? C'est pour ça que je suis là.

Christian : Evidemment que nous comprenons ce que tu traverse et nous sympathisons, mais...

Sean : Ce n'est pas que nous ne voulons pas t’aider, Quentin. C'est juste trop dangereux pour nous d'effectuer ce travail.

Quentin : Qu'entendez-vous par dangereux ?

Sean : Le Découpeur ne s'en est pris à nous que parce que nous avons réparé les dégâts sur ces victimes.

Christian : Et ensuite il s'en est pris à ma fiancée. Réparer ton visage serait trop dangereux pour nous. Nous ne sommes plus prêts à prendre ce risque.

Quentin : Vous voulez dire de la même façon que je me suis mis en danger en réparant votre visage, Sean ? Et pour la demi-douzaine de filles de la sororité que vous avez opérées la nuit dernière ? Votre théorie du danger en prend un coup, non ? Pourquoi n'admettez-vous pas simplement la vérité ? Vous ne m'aimez pas, c'est tout. Vous ne m'avez jamais aimé. Vous ne m'avez jamais donné ma chance.

Christian : On t’a donné une chance. Tu l’as fichue en l'air en nous décevant constamment.

Quentin : De quoi vous parlez ?

Christian : La drogue.

Sean : Sortir avec mon ex-femme,

Christian : Baiser un patient en convalescence.

Quentin : La drogue c'est arrivé une seule fois. Sortir avec Julian, c'est juste arrivé comme ça. Et pour autant que Brandt soit concerné, c'était une erreur.

Christian : Prétendre être un gigolo alors qu’on n’a pas de bite...

Quentin : Donc, si je vous avais dit que j'étais né sans pénis ça aurait tout arrangé, c'est ça ?

Christian : Ce n'est pas un gigolo qui te l'a arraché pendant une dispute ?

Quentin : Je suis né avec ce qu'on appelle une déficience 5 alpha-réductase. C'est un trouble génétique qui se produit in utero. J'ai passé toute ma petite-enfance à entrer et à sortir de l'hôpital, à subir des thérapies hormonales et des chirurgies reconstructives pour tenter de résoudre le problème. En fait, c'est cette expérience qui m'a amené à vouloir devenir chirurgien.

Sean : Et cette fête à la fac où nous sommes allés ? J'ai vu qu'elle te taillait une pipe.

Quentin : Elle était saoule, Sean. Je lui ai proposé 100 dollars pour prétendre que j'en avais une. Elle s'en foutait.

Sean : Pourquoi as-tu fait ça ?

Quentin : Parce que je voulais ressembler à l'un de ces mecs, pour une fois ! Parce que je voulais qu'on m'accepte.

Christian : C'est pour ça que tu m’as choppé le cul au lit avec Kit ? Parce que tu voulais être accepté ?

Quentin : Je savais que si elle allait plus loin, que si j'allais plus loin, elle aurait découvert que je n'avais pas de bite et ça aurait tout fichu en l'air. Au moins, en te tripotant le cul... J'ai pu conserver mon secret. Je vous admire tous les deux. C'est pourquoi j'ai accepté le job. Mais par dessus tout... Je voulais être comme vous. Vous savez, pour la première fois, c'est drôle, nous avons tous les trois quelque chose en commun. Nous avons tous été tailladés. Mais vous ne pouvez toujours pas me traiter en égal.

Sean : Attends ! Jeudi c’est bon pour toi ?

Scène 4 : Devant le lycée, dans la voiture d’Ariel

Ariel : Je suis vraiment désolée pour le centre commercial, Matt. Tu sais, j'étais jalouse. Je suis humaine.

Matt : Ouais, je sais. J'ai compris. Mais c'est toujours fini entre nous.

Ariel : Ecoute, j'aimerais juste savoir. Qu'a Cherry que je n'ai pas ?

Matt : Tu vois, c'est pour ça que je ne voulais pas monter dans la voiture. Tu es irrationnelle et tu n'écoutes pas, Ariel. Il n'y a rien entre Cherry et moi.

Ariel : Je veux juste comprendre. Je veux dire... Cherry a un pénis ?

Matt : Bon sang, Ariel ! C'est débile.

Ariel : Non, dis-le moi. Je veux juste savoir. Ca ne m'effraie pas. Dis-le-moi. Tu sais, si c'est du sexe fantaisiste que tu veux, je suis complètement pour. Juste... donne-moi juste une chance. S'il te plaît, Matt.

Matt : aller salut

Ariel : Non, Matt, s'il te plaît !

Matt : Ecoute, Ariel. Calme-toi.

M. Alderman : T'as entendu l'homme, Ariel. Lâche-le. Pousse-toi, Matt.

Matt : Que se passe-t'il ?

M. Alderman : Une petite balade. Rien que nous.

Ariel : J'ai fait ce que tu as dit, Papa. Je l'ai gardé ici.

M. Alderman : Ceintures, tout le monde.

Scène 5 : Maison de Sean

Julia : Des lasagnes. Wow.

Sean : Réserve ton jugement jusqu'à ce que tu les aies goûtées. J'ai eu beaucoup de temps pour améliorer mes talents culinaires en vivant tout seul. Je pense que c'est probablement le seul avantage.

Julia : Je croyais que tu voulais parler des changements sur l'emprunt hypothécaire.

Sean : Après le dîner. Mange. J'ai l'impression que ça fait des années qu'on n'a pas été assis ici à partager un repas.

Julia : C'est vraiment gentil de ta part ………… Qu'est-ce que c'est ?

Sean : Ouvre-le.

Julia : C'est l'acte de notre maison.

Sean : Ouais. Je veux que tu l'aies. J'ai effectué le dernier versement hier. Elle est officiellement à nous ….. Mais elle a toujours été à toi.

Julia : Je ne sais pas quoi dire.

Sean : Tu as fait cette maison, Julia. Tu as choisi la peinture, la décoration, chaque meuble. Tu as fait tout le boulot. Je me contentais d'y vivre.

Julia : C'est infiniment... merveilleux de ta part, mais je ne peux pas te mettre dehors et revenir.

Sean : Je veux que tu l'aies, Jules. L'idée que tu vives ici et que tu y aies notre bébé, me rendrait vraiment heureux.

Julia : Je ne peux pas. Je... Je ne me sentirais pas à l'aise ici. Je veux que ce bébé bénéficie d'un endroit qui ne soit pas envahi par le passé. Tu sais, je veux un nouveau départ. Je suis désolée.

Scène 6 : Bloc opératoire, opération de Quentin

Quentin : Et voila, la boucle est bouclée. Je suis là à vous regarder tous les deux, alors qu'à l'origine j'étais venu pour vous opérer.

Sean : Tout va bien se passer, Quentin, t’en fais pas.

Liz : Compte de 10 à 1, OK ?

Quentin : 10... 9... 8...

Sean : C'est du travail d'amateur.

Christian : T'es en train de dire que ce n'est pas le travail du Découpeur ?

Sean : C'est bien son travail. Je disais juste que ça n'était pas aussi précis et méticuleux. Il se laisse aller ………………………………………………………………..

Christian : C'est quoi ce bordel ?

Sean : Vous ne pouvez pas entrer ici. Vous contaminez l'intervention.

Kit : Elizabeth Cruz, vous êtes en état d'arrestation sous 18 chefs d'inculpation pour agressions, voies de fait, kidnapping, et le meurtre de Rhéa Reynolds.

Scène 7 : Poste de police, salle d’interrogatoires

Kit : Vous semblez très nerveuse.

Liz : Je n'avais jamais été arrêtée avant.

Kit : Un petit conseil : Ne commencez pas à mentir. Nous savons toutes les deux que c'est faux.

Liz : Je pense qu'être arrêtée au cours d'une marche d'homosexuels à la fac n'est pas tout à fait la même chose qu'être arrêtée pour meurtre.

Kit : Je dois avouer que j'ai toujours admiré les femmes qui tiennent à se battre pour le changement social et se lèvent pour défendre leurs idées. C'est ce que vous êtes, Liz ? Une idéaliste ?

Liz : Pourquoi ça sonne comme une maladie dans votre bouche ?

Kit : Je veux juste savoir l'effet que ça fait pour quelqu'un comme vous. Une lesbienne convaincue qui travaille dans un milieu dominé par les hommes, qui aide les femmes à remplir leur corps de silicone. S'accrocher à ses croyances féministes doit parfois être terriblement frustrant.

Liz : Laissez-moi vous simplifier le travail, OK ? Je ne suis pas une sorte de femi-nazi aigrie qui s'en prend au reste du monde, et je n'ai absolument pas tailladé mes patrons pour leur faire payer leur façon d'être. Et la beauté n'est pas une malédiction mais une commodité, et je ne me suis jamais fait d'illusions quant à ce que je fais.

Kit : Bravo. Prenez soin de partager cette philosophie avec vos enfants.

Liz : Mes enfants ? Vous êtes sûre d'avoir la bonne personne ? Je n'ai même pas de chat.

Kit : Oui, mais vous prévoyez d'avoir des enfants, n'est-ce pas ? Nous avons des traces de vos nombreuses visites aux banques de sperme au cours des 6 derniers mois.

Liz : C'était pour autre chose.

Kit : C'est clair. Tout ce sperme que vous avez pris doit avoir servi à autre chose qu'à la fabrication de petites Liz, comme laisser des preuves sur les lieux des crimes.

Liz : Ecoutez, je sais que ça semble bizarre, mais nous utilisons tout ça comme ingrédient d'une crème faciale.

Kit : C'est étrangement stupéfiant, c'est presque aussi amusant que d'y penser. Et ça, c'était dans la crème aussi ? 60 ampoules de mélaphosphate. Le même genre de tranquillisant que le Découpeur utilise pour paralyser ses victimes.

Liz : Je ne sais rien de ce bon de commande.

Kit : Il porte votre signature.

Liz : Non, quelqu'un l'a imitée. Ce n'est pas moi.

Kit : Tout comme ce n'est pas vous qui avez aidé à garder Rhéa Reynolds éveillée pendant son intervention. Mobile et opportunité, Liz. C'est ce que les juges regardent pour signer les mandats d'arrêt. Mais ce qui les excite le plus... c'est quand vous leur montrer le mode opératoire. On a trouvé ça dans votre appartement.

Liz : Avoir un ustensile sexuel fait de moi une suspecte de meurtre maintenant ?

Kit : Ce qui m'intéresse, c'est que vous le portez. Ce qui me laisse à penser que vous ne le portez pas pour votre propre plaisir, vous le portez pour quelqu'un d'autre, et puisque vous n'avez pas de relation en ce moment, je me demande quand vous avez l'opportunité de vous en servir.

Liz : Je ne m'en sers pas. Pas depuis Wendy, et c'était il ya 2 ans.

Kit : Oh, oui. Wendy. Nous lui avons parlé cet après-midi. Mignonne. Un peu jeune pour vous, cependant. Retournée avec son mari, au cas où vous ne seriez pas au courant. Il semblerait qu'elle soit hétéro.

Liz : Nul n'est parfait.

Kit : Ce n'est pas la vraie raison pour laquelle elle vous a quittée, n'est-ce pas, Liz ? Elle nous a dit que vous aviez l'habitude de vous exalter lors de vos débats amoureux. Quel mot a-t'elle employé ? Vigoureuse. Vous avez un problème de pouvoir, pas vrai ?

Liz : Ouais, quelqu'un dans cette pièce a un problème de pouvoir, ça c'est certain.

Kit : Psychologiquement parlant, vous n'êtes pas différente du Découpeur.

Liz : Je n'ai rien fait !

Kit : Vous avec un passé de rébellion contre les normes sociales. Vous avez clairement besoin d'exercer votre pouvoir sur ceux qui vous entourent et vous aviez accès aux instruments médicaux nécessaires pour mener votre plan à bien. Dîtes-moi, maintenant que mon visage a été refait, n'aimeriez-vous pas pouvoir le taillader à nouveau ?

Scène 8 : Hôpital

Dr. Allenby : Désolée de vous avoir fait attendre, Julia. Sean ne nous rejoindra pas ?

Julia : Non, pas cette fois, je lui ai dit que puisque nous n'étions plus mariés, il n'était pas obligé de venir à chaque visite gynécologique.

Dr. Allenby : Je vois.

Julia : Quel est le problème ? Quelque chose ne va pas ?

Dr. Allenby : Nous avons les résultats de vos analyses.

Scène 9 : Dans la cave des Alderman.

Matt est attaché sur une chaise

Matt : Arrête.

Ariel : Reste tranquille où je jure devant dieu que tu vas le regretter.

Matt : Pourquoi tu fais ça ?

Ariel : Je vais te rendre encore plus joli que ta petite copine. Tu sais, même ma mère a dit que tu ferais une jolie fille. Au début j'étais en colère après elle, mais maintenant je comprends ce qu'elle voulait dire.

Matt : Ariel, tout ça va bien trop loin. Ca va échapper à ton contrôle. Ton père est cinglé, tu sembles...

Ariel : Ca, c'est Appletini Green. C'est ce que Cherry porte. Tu le reconnais ?

Matt : L'amour que nous éprouvions était réel, Ariel. J'ai vu la vraie toi et tu m'as jeté. C'est ton père. Il a pénétré dans ton cerveau. C'est un être diabolique, Ariel, mais tu n'es pas diabolique, tu es sensationnelle. Tu es la plus sensationnelle de tous les gens que j'ai jamais connus.

M. Alderman : Hey, les enfants, vous rigolez bien en bas ?

Matt : Tu es une bonne personne, Ariel. Tu n'es pas mauvaise. Ne fais pas ça.

M. Alderman : Oh, Matt, j'ai amené ton amie.

Matt : Bon dieu ! Espèce de connard débile ! Cherry, qu'est-ce qu'il t'a fait ?

Mlle Peck : Ce taré a un revolver.

M. Alderman : J'ai eu une gentille petite conversation avec Cherry quant au fait de blesser des innocents. Donne-moi cette chaise. Allez, bouge-la. Mets-la ici, à côté de ton petit-ami. Donne-moi une corde, veux-tu chérie ?

Ariel : Papa, c'est pas ce dont nous étions convenus. On a dit qu'on allait juste leur faire peur. Il n'était pas question de leur faire du mal.

M. Alderman : Dis-moi. Ca te fait plaisir que ce travelo porteur de germes ait enfoncé sa langue dans la bouche de ton petit-ami ? Ca te pose pas de problème, Ariel ? Non. Tu trouves acceptable que quand les gens découvriront que ma fille a baisé avec un homosexuel, ta réputation et la mienne seront salies à tout jamais ?

Ariel : Papa, c'est pas ce qu'on avait décidé !

M. Alderman : Non, et on n'avait pas décidé que tu tomberais amoureuse de ce petit pervers ! Aller dégage, je vais finir le travail !

Matt : Ariel, appelle les flics. Appelle les flics !

Ariel : Papa

Matt : Ton père est fou

M. Alderman : Dégage ! C’est moi qui commande ici !

Matt : Ariel.

M. Alderman : La ferme.

Mlle Peck : Qu'allez-vous faire ?

M. Alderman : Oh, ne t'en fais pas, ma mignonne. Je vais faire en sorte que tous tes rêves deviennent réalité.

Scène 10 : Chambre de repos des patients

Sean : Les tests sanguins semblent bons, Dr. Costa.

Sean est le nez dans son dossier et ne remarque pas que le découpeur est derrière lui. Le découpeur lui fait une piqure, Sean tombe a terre inconscient. Il enlève son masque …… Quentin sourit.

Scène 11 : Cave des Alderman

Mlle Peck : Oh, mon dieu !

M. Alderman : Arrête de chouiner. Je ne vais pas m'en servir sur toi. Ca serait barbare. Je voulais juste regarder s'il n'était pas rouillé avant de tailler la haie demain. Non, je vais utiliser... Ouais, ça. Tu sais ce que c'est Matt ?

Matt : Non

M. Alderman : C'est un cutter, lequel est idéal parce que je vais m'en servir pour donner à l'un de vous la chatte à laquelle vous aspirez si désespérément. En fait, j'ai du mal à déterminer qui fait la fille dans votre relation et qui fait l'homme. Ou bien c'est chacun son tour ? Eh bien messieurs, c'est votre jour de chance, parce que je suis là pour vous aider. L'un de vous va devenir une femme. La seule question c'est : Lequel est le plus mignon ? ……………… Oh, la vache. Matt... tu gagnes. Cette ombre à paupières met vraiment tes yeux en valeur. Debout. Allez, allez, allez.

Scène 12 : Bloc opératoire

Sean se réveille debout, attaché a une table d’opération

Quentin : Dîtes-moi ce que vous n'aimez pas chez vous. Vous êtes le plus agaçant couple de connards entêtés que je n’aie jamais rencontrés.

Quentin tourne la table, Christian est attaché comme Sean, il les met face à face.

Quentin : Il y a un an, j'ai volé jusqu'à Miami, la Sodome du Sud, pour faire une petite déclaration avec la dénommée Naomi Gaines, et vous deux avez joué à John Wayne en détruisant mon superbe travail.

Sean : Comment peux tu ça aux gens, Quentin ? Tu es médecin.

Quentin : Exactement. Et je suis venu dans cette cité de débauche pour la guérir, et la libérer de la tyrannie de la beauté. Pour la sauver, corps et âme, de ces grotesques et inutiles liftings et de ces ridicules implants mammaires. Mais vous ne m'avez pas laissé faire. Je dois admettre l'avoir pris très personnellement.

Christian : Tu pouvais le prendre personnellement, sac à merde ! Tu croyais qu'ont allaient laisser les gens se balader défigurés pour le reste de leur vie ?

Quentin : Ils n'étaient pas défigurés, ils étaient libérés.

Christian : Libérés ?

Quentin : Je crois qu'il nous faut de la musique pour opérer. Ah, j'ai essayé de vous avertir. Bordel, j'estime que je me suis montré magnanime avec toi, Sean, dans ta salle-de-bains. Si seulement tu m’avais écouté. Je n'aurais pas été obligé d'empirer les choses et de faire péter la rondelle de Christian.

Christian : Conneries. Tu es juste un monstrueux eunuque qui a besoin de violer les gens avec un godemichet pour se sentir viril !

Quentin : Tu t’es senti viril à quel point quand j'ai pris ton cul blanc étroit, beau gosse ? ……. Si on veut libérer quelqu'un de la prison de son reflet, on doit le détruire physiquement et sexuellement. Je ne suis ni Dahmer ni Bundi, je ne viol pas pour posséder... Je viol pour éclairer.

Christian : Comme tu as éclairé Kimber ?

Quentin : Kimber m'a ému. J'ai dû la sauver. Tu l’avais transformée en monstre. Je l'ai guérie, libérée de ta cage dorée.

Sean : Tu pense vraiment que d'autres plasticiens ne prendront pas notre place ?

Quentin : Oh, Sean, s'il te plaît. Ne me prends pas pour un imbécile. Je ne suis pas un tueur.

Christian : Dît ça à Rhéa Reynolds.

Quentin : Hey. c'est différent. Rhéa m'a offensé. Non, vous tuer n'empêchera pas d'autres plasticiens de soigner mes patientes. Nous devenons insensibles au meurtre. Brutalité, torture, barbarisme... C'est ce qui fait les gros titres de nos jours.

Scène 13 : Cave des Alderman

M. Alderman : Wow, cette lame est émoussée. J'ai bien peur qu'elle te blesse plus que prévu.

Scène 14 : Bloc opératoire

Christian : Tu ne t’en sortiras pas, Quentin. Maintenant, nous savons qui tu es.

Quentin : Clairement. Mais vous révéler mon identité était le seul moyen de m'assurer que mon message serait pris au sérieux. Qui écouterait les divagations d'un aliéné ? Mais la pensée philosophique d'un plasticien habile et hautement qualifié ? Maintenant, ces déclarations feront la première page du Times. Ma plus grande peur est d'être relégué dans les faits divers avec les tarés. C'est pourquoi je n'ai pas pu te laisser t’en attribuer tout le mérite, Christian. Je ne suis ni un aliéné, ni un médiocre chirurgien superficiel. Je suis un artiste …………. De quoi avez-vous peur, hein ? De la mort ?

Scène 15 : Cave des Alderman

M. Alderman : Tu sais quoi ? Je ne peux pas le faire …………

Matt : Qu'est-ce que vous faites ?

M. Alderman : La question est : Qu'est-ce que tu fais toi ? Et la réponse est... C'est toi qui va le faire. Prends-le ……………………….. Matt ! Tu me sous estime !

Scène 16 : Bloc opératoire

Quentin : Qu'y a-t'il de plus précieux pour un chirurgien ? Qu'est-ce qu'un chirurgien a le plus peur de perdre ? ………….. Un chirurgien sans ses doigts. C'est un peu comme un homme sans pénis, non ?

Il coupe le petit doigt de Sean

Christian : NONNN !!

Scène 17 : Cave des Alderman

M. Alderman : Coupe-la, Matt.

Matt : Je ne peux pas !!

Mlle Peck : Ariel ! Je sais que t'es là haut quelque part ! Aide-moi s'il te plaît !

Scène 18 : Bloc opératoire

Quentin : Ca ne va pas vraiment me suffire. C'est un peu léger. Savez-vous ce qui nous distingue des bêtes ? Ce qui nous permet d'évoluer, d'utiliser des outils, de créer ce monde merdique dans lequel nous vivons ? Les pouces opposables. On peut faire ça... et abracadabra... On a la bière allégée et le câble. Sans nos pouces, on n'est rien. Vous savez comment on appelle un chirurgien sans ses pouces ? Un SDF.

Sean : Pitié !

Scène 19 : Cave des Alderman

Matt : Pitié !

Scène 20 : Bloc opératoire

Christian : Attend ! Attend !

Scène 21 : Cave des Alderman

Mlle Peck : Coupez plutôt la mienne.

Scène 22 : Bloc opératoire

Sean : Christian, non !

Christian : Tais-toi, Sean ! Allez, Quentin ! Un chirurgien nul devrait suffire à étayer ton point de vue !

Quentin : Maintenant ça devient vraiment fascinant.

Scène 23 : Cave des Alderman

M. Alderman : Ca m'a l'air d'être un échange équitable. Mais le truc, c'est que... Matt va le faire.

Scène 24 : Bloc opératoire

Quentin : Je ne sais pas, Christian. Je veux dire, c’est Sean qui a le talent !

Christian : Laisse-le tranquille, je t’en supplie.

Quentin : C'est vraiment trop mignon. Vous vous aimez vraiment tous les deux. C'est touchant. Mais l'échange n'est pas encore juste. Je veux toute la main …… Droite ou gauche ?

Christian : Celle que tu veux. De toute façon, je te tuerai avec celle qui me restera.

Scène 25 : Cave des Alderman

Mlle Peck : Je suis forte, Matt. C'est okay. C'est ce que j'ai toujours voulu de toute façon.

Matt : Non.

Scène 26 : Bloc opératoire

Quentin : Je ne peux pas le faire. Je ne peux pas le faire, Christian, je t’apprécie beaucoup trop. Je veux dire, on a fait l'amour, hein ? Tu vas devoir le faire …. Whoa ! Hey ! Ca, c'est vraiment hostile. Tu sais, je ferais vraiment attention avec ça si j'étais toi. Je détesterais que tu glisse et que je doive couper la gorge de ton ami avec ça. Faites-le, Christian. Maintenant !

Scène 27 : Cave des Alderman

M. Alderman : Libère ton autre main, Matt et fais-le ….. Et voilà ….. Maintenant coupe-la, je compte jusqu'à 3. Coupe-la ou je te tue.

Mlle Peck : Vas y, je vais tenir le coup

Matt : Je suis vraiment désolé.

Mlle Peck : C'est okay.

M. Alderman : 1... 2...

Matt coupe, Cherry hurle

Scène 28 : Bloc opératoire

Quentin : Faites-le, Christian. Allez-y !

Un coup de feu retentit, la vitre derrière Quentin se brise, il touche sa poitrine et s’effondre ….. Kit vient de lui tirer une balle en plein cœur ………… Des agents s’activent autour du corps ……………..

Kit : Assurez-vous que l'autopsie ne commence pas sans moi.

Scène 29 : Dans les bois

Mlle Peck est au fond d’un trou, vivante, Matt la recouvre de terre

Matt : Ecoutez, on peut la sauver. C'est pas encore un meurtre.

M. Alderman : Matt ! Tu as reçu ton châtiment. Tu as appris ta leçon. Tire ce sale travelo de sa misère …………….. Où tu crois aller ?

Matt : Tuez-moi. J'en ai plus rien à foutre.

M. Alderman : Reviens ici ! Tu vas remplir cette tombe de terre ou je jure que c'est le poids de ton cadavre qui l'achèvera.

Matt : Vous ne m'avez pas entendu ? J'en ai rien à foutre ! Vous voulez deux cadavres ? Tirez …………. Vous n'avez pas les couilles. Vous n'avez pas eu les couilles de couper Cherry, et vous n'avez pas les couilles d'appuyer sur la détente maintenant, pas vrai Eugène ?

Mlle Peck sort du trou, attrape la pelle et fracasse le crane de M. Alderman.

Matt : Il est mort ?

Mlle Peck : J'en sais rien, mais il va l'être ……

M. Alderman : Matt ? Je t'en supplie ……

Matt : Tue-le !

Mlle Peck tire

Scène 30 : Poste de police

Kit : Je ne vois aucune raison de prolonger mon séjour aux States maintenant que mon travail est terminé.

Sean : Vous devez ressentir une certaine satisfaction d'avoir résolu l'affaire, de savoir que vous avez empêché quelqu'un de détruire plus de vies.

Kit : Tuer un être humain ne fait pas se sentir bien, Dr. McNamara.

Christian : C'était un psychopathe détraqué, un assassin.

Kit : Mais personne ne nait comme ça, n'est-ce pas ? Nul enfant ayant vécu ce que Quentin a vécu n'arriverait à grandir sainement. La difformité physique qu'il a subie, ses parents l'ont abandonné, placé dans un couvent.

Sean : Comment le savez-vous ?

Kit : Nous avons trouvé une sorte de journal intime, commencé quand il était enfant. Ca nous a fourni des indices sur son secret passé qu'il était déterminé à ne pas oublier, mais à ne jamais révéler. Il avait une sœur, plus jeune que lui, encore plus atrocement difforme que lui. Les résultats de l'inceste. Dysplasie frontonasale, techniquement parlant.

Sean : Le syndrôme de la fente médiane.

Kit : Leurs parents les ont envoyés dans un couvent isolé dans le Nord du Maine. Les fruits de leurs plaisirs charnels étaient trop durs à supporter. Les difformités de Quentin pouvaient être dissimulées. Pas celles de Violet. Des parents potentiels se présentèrent... Mais Quentin a refusé qu'on les sépare.

Sean : Et qu'est-il arrivé ? Comment est-il passé du garçon que vous décrivez...

Kit : au violeur en série qu'il est devenu ? Il a quitté le couvent à 15 ans. Mais Quentin était cultivé et brillant. Il s'est inscrit à l'école de médecine et est devenu plasticien, déterminé à aider sa sœur à devenir conforme aux normes de la beauté physique imposées par notre culture. Ainsi, ils pourraient tous les deux enfin être aimés.

Christian : La beauté est une malédiction.

Kit : Violet a subi 8 interventions des mains de son frère pour réparer son visage, pour rapprocher les os de son crâne. 3 interventions de plus pour réparer les anomalies de sa peau pour qu'enfin les autres cessent de la regarder avec horreur. Durant l'intervention finale, avant qu'il puisse finir, elle a très mal réagi à l'anesthésie. Elle a fait une attaque et elle est morte. Elle avait 29 ans.

Sean : Alors il nous en a voulu ?

Kit : En tant que plasticiens, vous exploitez la pression sociale qui a provoqué son agonie.

Christian : Mais il aurait pu aller n'importe où, dans un autre cabinet.

Kit : C'est l'Etat du Soleil. Les critères de beauté sont plus élevés ici. Il pouvait y faire une déclaration et être entendu. Il pouvait expulser sa fureur ici.

Christian : Nous apprécions ta rapidité et ton timing impeccable, Kit. Tu nous a sauvé la vie.

Kit : Je suis juste contente que Gina ait appelé le 911 au bon moment. Comment va-t'elle ?

Scène 31 : Bloc opératoire, opération de Gina

Gina : Ne foire pas ça, connard. J'ai l'intention d'écrire un livre sur tout ça, et je ne veux pas ressembler au joker sur la couverture.

Christian : T'as choisi le titre ? Même le Découpeur n'a pas voulu me baiser ?

Liz : Oh, c'est charmant, Christian. C’est vraiment la faute a pas de chance Gina, tu t’est retrouvée au mauvais endroit au mauvais moment.

Gina : Je venais déposer mon cadeau de noël a Christian. J'étais invitée à cette grande fête pour le réveillon du nouvel an et avec tout ce qu'il s'était passé avec Kimber, j'ai pensé que tu pourrais être suffisamment vulnérable pour m'y accompagner. Peut-être même être disposé pour une partie de jambes en l'air.

Christian : Je ne serai jamais assez vulnérable pour te baiser, Gina ……. Je ne voudrais pas gâcher notre amitié.

Sean : Je te suis juste reconnaissant d'avoir été là, Gina. Sans ton appel au 911, Kit ne serait jamais arrivée à temps.

Gina : Quel appel au 911 ? Ce qu'il m'a injectée m'a assommée jusqu'à l'arrivée de la police.

Scène 32 : Morgue

Un corps est allongé sur une table, quelqu’un entre, soulève le drap …. Quentin ouvre les yeux

Quentin : T'en as mis du temps.

Scène 33 : Orphelinat

Christian : Tu sais quoi ? Ca pue l'obsession compulsive. Faire tout ce voyage jusqu'au Nord du Maine pour visiter un orphelinat paumé. Je ne vois pas en quoi c'est notre problème.

Sean : Parce qu'il n'est celui de personne d'autre. Les flics ne veulent rien entendre. Cette grosse affaire a été résolue. C'est tout. Plus de questions. Affaire classée. B'en elle n'est pas classée pour moi. Kit a menti sur l'appel de Gina au 911. Sur quoi d'autre encore a-t'elle menti ?

Christian : En quoi le fait de nous déplacer jusqu'ici va-t'il résoudre quelque chose, hein ? Découvrir que les Soeurs de la Couronne d'Epines sont dans le coup ?

Sean : J'espère découvrir la vérité, de savoir que ce que Kit a dit sur Quentin est vraiment arrivé et mettre ce cauchemar derrière nous.

Sœur : Excusez-moi ? Puis-je vous aider ?

Sean : Oui. L'un de nos associés ayant grandi ici vient de mourir. Son nom était Quentin Costa. Nous espérions...

Sœur : Le Dr. Costa ? …….. Voulez-vous attendre ici un petit moment ? Je vais chercher mère Mary Claire ……………

Mère Mary Claire : De quoi est-il mort ? Quentin.

Christian : Il a été tué. Mauvais endroit au mauvais moment. L'enquête est en cours.

Sean : Nous avons cru comprendre qu'il avait grandi ici.

Mère Mary Claire : Oui. Ca faisait peu de temps que j'étais arrivée quand il est venu avec sa pauvre sœur. Ils étaient très dévoués l'un envers l'autre.

Sean : Il a dû en avoir le cœur brisé quand elle est morte.

Mère Mary Claire : Doux Jésus. Elle est morte aussi ? Je n'en savais rien.

Christian : Dans sa vingtaine. C'est ce qu'on nous a dit.

Mère Mary Claire : C'est pas possible. La plupart de nos enfants nous envoient une photo à cette époque de l'année pour garder le contact. Je crois avoir reçu une photo d'eux il y a deux ou trois ans.

Christian : Selon la police, Violet est morte au cours d'une intervention chirurgicale.

Mère Mary Claire : Violet ? Elle s'appelle Katherine.

La sœur leur tend une carte avec a l’intérieur, une photo de Quentin qui tient dans ses bras Kit.

Mère Mary Claire : On l'appelait Kit. Elle s'est installée dans la banlieue de Londres il y a des années. J'ai peur de ne pas avoir son adresse.

Scène 34 : Malaga, Espagne

Kit : Merci.

Quentin : Du calme, sœurette. Tu te souviens de ce que j'ai dû faire la dernière fois que tu t'es trop engagée avec un homme. J'ai passé trop de temps à créer ton visage pour devoir le taillader à nouveau.

Kit : La jalousie est tellement pénible. Tu sais que Christian n'était qu'une passade.

Quentin : C'est pour ça que tu t'es débrouillée pour te pointer au cabinet juste avant que je le laisse se couper la main ?

Kit : Je suis arrivée au moment exact que nous avions prévu. Ne me fais pas la morale là-dessus. Tu crois que j'ai aimé devoir te taillader et puis te tirer dessus ?

Quentin : J'aurais été plus à l'aise avec le plan si t'avais pas décidé de déballer l'histoire de ma vie aux deux autres.

Kit : Je devais les amener à te comprendre. Tu n'es pas un fou furieux lunatique. Tu es un homme bon, qui a lutté toute sa vie contre des choses dont ils n'ont même pas conscience. Maintenant arrête de faire ton chouineur et bois ta sangria. Qu'est-ce que ça peut faire de toutes façons ? Ils croient que tu es mort ……………………………… Tu l'as vue celle-là ? Son seul défaut de naissance est d'être née riche, et elle a quand même fait refaire ses seins, son nez et ses lèvres.

Quentin : Et une lipo …….. Peut-être que je pourrais lui faire une visite à domicile.

Kit : On ne peut pas se détendre quelques jours ?

Quentin : Le travail d'un docteur n'est jamais terminé ……. Tu viens ou quoi ?

Scène 35 : Maison de Sean

Christian : On doit attendre que l'eau bouille ?

Sean : Merci ma puce

Julia : Mon dieu, ça sent vraiment bon.

Christian : Ne l'encourage pas, Julia.

Sean : Elle a déjà goûté ma seule recette. Ca ne l'a pas impressionnée, crois-moi ………… Chérie, tu veux bien mettre la table ?

Julia : Tu t'es vraiment mis à la cuisine maintenant, pas vrai ?

Sean : B'en si ça ne cicatrise pas, je vais devoir apprendre à m'occuper.

Christian : Hey, le meilleur micro chirurgien de toute la Floride a opéré ton auriculaire. Je crois que tu vas t'en remettre.

Sean : B'en... Salut toi.

Matt : Hey. Um... Ca vous embête si je m'incruste ?

Sean : C'est juste un ennuyeux dîner de famille.

Matt : J'apprécierais un peu d'ennui en ce moment.

Christian : Dans ce cas pourquoi ne m'aiderais-tu pas à regarder l'eau bouillir ?

Julia : Je peux te dire un mot avant le dîner ?

Sean : Bien sûr ………………………………………….

Sean : Qu'est-ce qu'il y a ? L'acte. J'imagine que tu vas refuser ma proposition.

Julia : Tu ne l'as pas encore lu. J'ai fait mettre nos deux noms dessus par le notaire. Ainsi, nous possédons la maison ensemble. Je veux la maison, Sean... mais seulement si tu y restes. Reste, s'il te plaît, comme ça... on pourra avoir le bébé ici ensemble.

 

FIN (Sophia81)

Crime scene

Kit: What are you doing here?

Sean: The girl's mother called us.

Christian: This is one of our biggest clients. She asked us to carry his daughter to practice.

Sean: A private ambulance waiting for us just ahead.

Kit: What girl?

Christian: What do you mean what girl? One that was attacked by the Carver.

Kit: You'll need a little more specific. I am 9 victims.

Sean: He attacked all the girls tonight?

Kit: It took them one after the other. Believe it or not, it's a good thing.

Christian: I think you t'insensibilises, Kit.

Kit: The criminals in series as the chopper after a routine act. They are obsessive-compulsive disorder. When they change the way they operate like that, it means they become desperate. At this time we catch them. The darkness always precedes the dawn.

Sean: Where is Chelsey Myers? Why do not you go talk to Chelsey? I'll see if I can do something to help others.

Christian: Chelsey? Chelsey, I'm Dr. Christian Troy. I am a visual artist. Your mother called me and asked me to come here to take care of you. She will join us in the office. It is not allowed to enter here yet.

Chelsey Myers: My mother is there?

Christian: I'll take care of you, darling, OK? She is in shock.

Sean: I bring some of these girls in the office to operate. The night promises to be long, but we can perhaps treat them all in stride.

Christian: Okay.

Kit: Chelsey, can you tell me what you remember this man who assaulted?

Christian: Kit, it's really not the time.

Kit: This is the best time, Christian. We must catch this man as quickly as possible. All this will look like a Disney movie compared to what he will do next.

Chelsey Myers: It must have been introduced by the emergency exit. He crossed the hall, going from room to room. I fell on him while he was raping Ellen. I do not know what came over me. I ran towards him and I jumped on him.

Sean: You're very brave, Chelsey.

Chelsey Myers: it has not helped much. He ejected me as if I were a doll. And that's where I saw it.

Sean: You saw what?

Chelsey Myers: His pants were down when he turned to me and I saw him.

Kit: His penis?

Chelsey Myers: No ... It was not a penis. It was a dildo that attaches to a belt.

SWAT in the house Quentin:

Agent: Police in Miami! We are armed! Go immediately!

Quentin is tied to his bed, his face cut, it is written with his blood on the wall above the bed "I can't stop."

Office of Sean

Sean: I'm scared than implement work on your scars is not really prudent for us right now, Quentin, but we can address yourself to Dr. Sachs.

Quentin: File Transfer? Who else but you two can really understand what it means to me to be? That's why I'm here.

Christian: Of course we understand what you are going through and we sympathize, but ...

Sean: It's not that we do not help you, Quentin. It's just too dangerous for us to do this work.

Quentin: What do you mean by dangerous?

Sean: The Chopper is attacked us because we have repaired the damage to these victims.

Christian: And then he went after my fiancee. Fix your face would be too dangerous for us. We are no longer willing to take that risk.

Quentin: You mean the same way I put myself in danger by repairing your face, Sean? And for the half-dozen girls in the sorority that you made last night? Your theory of danger takes a hit, right? Why do not you just admit the truth? You do not love me, that's all. You have never loved me. You've never given my chance.

Christian: You were given a chance. Thou hast blasted into the air we constantly disappointing.

Quentin: What are you talking about?

Christian: Drugs.

Sean: Going out with my ex-wife

Christian: Kiss a patient recovering.

Quentin: The drug it happened once. Hanging out with Julia, it just happened like that. And as far as Brandt is concerned, it was a mistake.

Christian: Pretending to be a gigolo, so we have no dick.

Quentin: So if I told you I was born without a penis it would have arranged everything, right?

Christian: It's not a gigolo who has ripped you during an argument?

Quentin: I was born with a so-called 5 alpha-reductase deficiency. It is a genetic disorder that occurs in utero. I spent my early childhood to enter and leave the hospital to undergo hormone therapy and reconstructive surgery to try to solve the problem. In fact, it was this experience that led me to want to become a surgeon.

Sean: And this party in college where we went? I saw you it was cutting a pipe.

Quentin: She was drunk, Sean. I offered $ 100 to pretend that I had one. She did not care.

Sean: Why did you do that?

Quentin: Because I wanted to look like one of those guys for once! Because I wanted people to accept me.

Christian: That's why hast thou chopper ass in bed with Kit? Because you wanted to be accepted?

Quentin: I knew that if she went any further, that if I went further, she would have discovered that I did not bite and it would damn all in the air. At least, you fingering your ass ... I could keep my secret. I admire you both. That's why I accepted the job. But above all else. I wanted to be like you. You know, for the first time, it's funny, we've all got something in common. We've all been slashed. But you still can not treat me as an equal.

Sean: Wait! Thursday is good for you?

Front of the school, in the car of Ariel

Ariel: I am really sorry for the mall, Matt. You know, I was jealous. I am human.

Matt: Yeah, I know. I understood. But it's always finished between us.

Ariel: Look, I just know. Cherry's that I do not?

Matt: You see, that's why I did not get in the car. You are irrational and you do not listen, Ariel. There is nothing between me and Cherry.

Ariel: I just want to understand. I mean ... Cherry has a penis?

Matt: Man, Ariel! It's stupid.

Ariel: No, tell me. I just want to know. It does not frighten me. Tell me. You know, if it's sex fantasy that you want, I'm all for it. Just give me a fair chance. Please, Matt.

Matt: go hello

Ariel: No, Matt, please!

Matt: Look, Ariel. Calm down.

Alderman: You heard the man, Ariel. Let him go. Move over, Matt.

Matt: What's going on?

Alderman: A short ride. Just us.

Ariel: I did what you said, Daddy. I kept it here.

Alderman: Belts, everyone.

House Sean

Julia: lasagna. Wow.

Sean: Reserve your judgments until thou have tasted. I had much time to improve my cooking skills while living alone. I think that's probably the only advantage.

Julia: I thought you wanted to talk about changes on the mortgage.

Sean: After dinner. Eat. I feel like it's been years we were not sitting here to share a meal.

Julia: It's really nice of you. What's this?

Sean: Open it.

Julia: It is the act of our house.

Sean: Yeah. I want you to have it. I made the last payment yesterday. She is officially ours. But she has always been yours.

Julia: I don't know what to say.

Sean: You have made this house, Julia. You chose the painting, decorating, every piece of furniture. You've done all the work. I was content to live there.

Julia: It is infinitely wonderful of you, but I can not put you out and back.

Sean: I want that thou hast, Julius. The idea that you live here and there hast thou our baby, make me really happy.

Julia: I can not. I would not feel comfortable here. I want this baby has a place that is not invaded in the past. You know, I want a fresh start. I'm sorry.

Operating room, operation Quentin

Quentin: And voila, the circle is complete. I'm here to watch you both, although originally I had come to operate on you.

Sean: "Everything will be alright, Quentin, do not worry.

Liz: Income 10 to 1, OK?

Quentin: 10 ... 9 ... 8 ...

Sean: It's amateur work.

Christian: You're saying that this is not the work of the Chopper?

Sean: That's his job. I was just saying that it was not as precise and meticulous. He lets himself go.

Christian: What the hell?

Sean: You can not enter here. You contaminate the intervention.

Kit: Elizabeth Cruz, you are under arrest on 18 counts of indictment for assault, assault, kidnapping and murder of Rhea Reynolds.

Police station interrogation room

Kit: You seem very nervous.

Liz: I had never been arrested before.

Kit: A little advice: Do not start lying. We both know that is false.

Liz: I think being arrested during a march of homosexuals in college is not quite the same as being arrested for murder.

Kit: I must confess that I have always admired women who want to fight for social change and stand up for their ideas. This is what you are, Liz? An idealist?

Liz: Why it sounds like a disease in your mouth?

Kit: I just want to know the good it does for someone like you. A lesbian convinced that working in an environment dominated by men, which helps women to fill their bodies with silicone. Cling to his beliefs feminists must sometimes be terribly frustrating.

Liz: Let me simplify your work, OK? I am not a kind of embittered Femi-Nazi who attacked the rest of the world, and I have absolutely no slashed my bosses to let them pay their way of being. And beauty is not a curse but a convenience, and I've never had any illusions about what I do.

Kit: Congrats. Be sure to share this philosophy with your children.

Liz: My children? You're sure to have the right person? I did not even chat.

Kit: Yes, but you plan to have children, is not it? We have traces of your visits to sperm banks in the past 6 months.

Liz: That was for something else.

Kit: That is clear. Anything that you take sperm must have served something other than the manufacture of small Liz, like leaving evidence at the scene of crimes.

Liz: Look, I know it sounds weird, but we use it all as an ingredient in a facial cream.

Kit: It is strangely astonishing is almost as fun to think of it. And that was in the cream, too? 60 bulbs mélaphosphate. The same kind of tranquilizer that Carver uses to paralyze its victims.

Liz: I know nothing of this order.

Kit: It bears your signature.

Liz: No, someone imitated. This is not me.

Kit: Just as it is not you who have helped keep Rhea Reynolds awake during surgery. Mobile and opportunity, Liz. That's what judges are looking to sign the warrants. But what excites them most is when you show them the procedure. We found this in your apartment.

Liz: Have a utensil made me a sexual suspect of murder now?

Kit: What interests me is that you wear. What I am suggesting that you do not wear it for your own pleasure, you wear it for someone else, and since you have no relationship right now, I wonder when you have the opportunity using it.

Liz: I don't use it. Not since Wendy and it was 2 years ago.

Kit: Oh, yes. Wendy. We spoke to him this afternoon. Cute. A little young for you, though. Returned with her husband, in case you would not know. It appears to be straight.

Liz: No one is perfect.

Kit: This is not the real reason she left you, is not it, Liz? She told us that you used when you extol your love debates. What word Is she employed? Vigorous. You have a power problem, right?

Liz: Yeah, someone in this room has a problem of power, that's for sure.

Kit: Psychologically speaking, you are not different from the chopper.

Liz: I did nothing!

Kit: You have a history of rebellion against social norms. You clearly need to exercise your power over those around you and you had access to medical instruments necessary to carry out your plan. Tell me now that my face has been reconstructed, would not you like the slashing power again?

Hospital

Dr. Allenby: Sorry for making you wait, Julia. Sean does not join us?

Julia: No, not this time, I told him that since we were no longer married, he was not obliged to come every gynecological.

Dr. Allenby: I see.

Julia: What is the problem? Something wrong?

Dr. Allenby: We have your test results.

In the cellar of Alderman.

Matt: Stop.

Ariel: Don't worry where I swear to god you'll regret it.

Matt: Why are you doing this?

Ariel: I'll make it even prettier than your girlfriend. You know, even my mother said you'd make a pretty girl. At first I was angry with her, but now I understand what she meant.

Matt: Ariel, all that goes too far. It's going to escape your control. Your father is crazy, you seem ...

Ariel: It is Appletini Green. That's what Cherry door. Do you recognize?

Matt: The love we felt was real, Ariel. I saw the real you and you threw me. It's your father. It has entered your brain. It is a demonic being, Ariel, but you're not evil, you're sensational. You're the most sensational of all the people I have ever known.

Alderman: Hey, kids, you kidding right down?

Matt: You're a good person, Ariel. You're not bad. Do not do that.

Alderman: Oh, Matt, I brought your friend.

Matt: Good god! Stupid bastard! Cherry, what did he do?

Ms. Peck: It weighed a revolver.

Alderman: I had a nice little conversation with Cherry regarding the wounding of innocent people. Give me that chair. Come on, move it. Put it here, next to your boyfriend. Give me a rope, will you darling?

Ariel: Daddy, that's not what we agreed. We said we would just scare them. There was no question of harming them.

Alderman: Tell me. Makes you happy that this transvestite germ carrier has pushed his tongue into the mouth of your boyfriend? Makes you not have a problem, Ariel? No. You find acceptable that when people discover that my daughter has a gay kiss, your reputation and mine will be soiled forever?

Ariel: Daddy, that's not what was decided!

Alderman: No, we did not decide that you would fall in love with this little pervert! Go emerges, I will finish the job!

Matt: Ariel, calls the cops. Call the cops!

Ariel: Daddy

Matt: Your dad is crazy

Alderman: Get out! It is I who command here!

Matt: Ariel.

Alderman: Shut up.

Ms. Peck: What will you do?

Alderman: Oh, don't worry, darling. I'll make all your dreams come true.

Rest room patients

Sean: The blood tests look good, Dr. Costa.

Alderman Cave

Ms. Peck: Oh, my god!

Alderman: Stop. I'm not going to serve you. That would be barbaric. I just wanted to see if he was not rusty before cutting the fence tomorrow. No, I will use ... Yeah, that. You know what Matt?

Matt: No.

Alderman: It's a cutter, which is great because I will use it to give you one of the pussy that you suck so desperately. In fact, it's hard to determine who is the girl in your relationship and that makes the man. Or it's every turn? Well gentlemen, this is your lucky day, because I'm here to help. One of you will become a woman. The only question is: Which is cuter? Oh, the cow. Matt ... you win. This eyeshadow makes your eyes really worth. Standing. Go, go, go.

Operating room

Quentin: Tell me what you don't like about you. You're the most annoying couple of stubborn bastards I've ever encountered. A year ago, I flew to Miami, the Sodom of the South, to make a little statement with the so-called Naomi Gaines, and you two have played in destroying my John Wayne great job.

Sean: How can you do this to people, Quentin? You are a doctor.

Quentin: Exactly. And I came to this city of debauchery to cure, and freedom from tyranny of beauty. To save her, body and soul, these grotesque and unnecessary facelifts and those ridiculous implants. But you did not let him. I must admit having taken very personally.

Christian: You could take it personally, bag of shit! What you thought would let people wander disfigured for the rest of their lives?

Quentin: They were not disfigured, they were released.

Christian: Freed?

Quentin: I think we need to make music. Ah, I tried to warn you. Damn, I think I'm magnanimous with you, Sean, in your en-suite bathroom. If only you had listened. I would not have to make things worse and make fart washer Christian.

Christian: Bullshit. You're just a monstrous eunuch who need to violate people with a dildo to feel manly!

Quentin: You're feeling manly how when I took your white ass tight, handsome? If you want to release someone from prison in her reflection, we must destroy it physically and sexually. I am neither nor Bundi Dahmer, I do not have rape. I rape to light.

Christian: As you have informed Kimber?

Quentin: Kimber moved me. I had to save her. You had turned into a monster. I healed, freed from your gilded cage.

Sean: You really think that other artists do not take our place?

Quentin: Oh, Sean, please. Do not take me for a fool. I'm not a killer.

Christian: Tell it to Rhea Reynolds.

Quentin: Hey. it's different. Rhea offended me. No, you kill will not prevent other artists to care for my patients. We become immune to murder. Brutality, torture and barbarism. That's what makes the headlines today.

Alderman Cave

Alderman: Wow, this blade is dull. I am afraid it hurts you more than expected.

Operating room

Christian: Do not you get out it, Quentin. Now we know who you are.

Quentin: Clearly. But you prove my identity was the only way to ensure my message would be taken seriously. Who would listen to the ravings of a lunatic? But the philosophical thinking of a skillful and highly qualified plastic surgeon? Now, these statements will make the front page of The Times. My biggest fear is being relegated to trivia with calibrated. That's why I could not let you worry all the credit, Christian. I am neither a lunatic nor a mediocre surgeon superficial. I am an artist. What do you fear, eh? Death?

Alderman Cave

Alderman: You know what? I can not do

Matt: What are you doing?

Alderman: The question is: What are you doing yourself? And the answer is ... It is you who will. Take it. Matt! You underestimate me!

Operating room

Quentin: What Has it more valuable to a surgeon? What is a surgeon the most afraid of losing? Without a surgeon's fingers. It's like a man without a penis, right?

Christian: NO!

Alderman Cave

Alderman: Cut it, Matt.

Matt: I can't!

Ms. Peck: Ariel! I know you're up there somewhere! Help me please!

Operating room

Quentin: It does not really satisfy me. It is a bit light. Do you know what distinguishes us from animals? This allows us to evolve, to use tools, to create this crappy world we live in? The opposable thumbs. We can do that and ... It was lighter beer and cable. Without our thumbs, there is nothing. You know what you call a surgeon without his thumbs? A homeless.

Sean: Have mercy!

Alderman Cave

Matt: Have mercy!

Operating room

Christian: Wait! Wait!

Alderman Cave

Ms. Peck: Cut rather mine.

Operating room

Sean: Christian, no!

Christian: Shut up, Sean! Go Quentin! No surgeon should be sufficient to support your point of view!

Quentin: Now it gets really fascinating.

Alderman Cave

Alderman: It looks to me to be a fair exchange. But the thing is ... Matt will.

Operating room

Quentin: I don't know, Christian. I mean, it's Sean who has the talent!

Christian: Leave him alone, I beg you.

Quentin: It's really too cute. You really like them both. It's touching. But the exchange is not fair. I want the whole hand. Right or left?

Christian: The one you want. Anyway, I'll kill you with one that will stay with me.

Alderman Cave

Ms. Peck: I'm strong, Matt. It's okay. That's what I always wanted anyway.

Matt: No.

Operating room

Quentin: I can not do. I can not do, Christian, I like you too much. I mean, we made love, huh? You gotta do it. Whoa! Hey! It is really hostile. You know, I'd really careful with it if I were you. I hate you slip and I have to cut the throats of your friends with this. Do it, Christian. Now!

Alderman Cave

Alderman: Free your other hand, Matt and do it. And that's it. Now cut it off, I count to 3. Cut it off or I'll kill you.

Ms. Peck: C'mon, I'll keep going

Matt: I'm really sorry.

Ms. Peck: That's okay.

Alderman: 1 ... 2 ...

Operating room

Quentin: Do it, Christian. Go ahead!

Kit and the police coming, Kit shoot Quentin

Kit: Make sure the autopsy will not start without me.

In the woods

Matt: Look, we can save her. It's not murder.

Alderman Matt! You have received your punishment. You learned your lesson. Pulls the dirty transvestite of his misery. Go where you think?

Matt: Kill me. I have nothing more to cum.

Alderman: Come back here! You'll fill this land falls or I swear it's the weight of your body that will complete.

Matt: You did not hear me? I do not give a fuck! You want two bodies? Pull. You do not have the balls. You do not have the balls to cut Cherry, and you do not have the balls to pull the trigger now, right Eugene?

Matt: He died?

Ms. Peck: I know, but it will be.

Alderman Matt? I beg you.

Matt: Kill him!

Police station

Kit: I see no reason to prolong my stay in the U.S. now that my work is done.

Sean: You should feel some satisfaction at having solved the case, know that you have prevented someone from destroying more lives.

Kit: Killing a human being does not feel good, Dr. McNamara.

Christian: It was a deranged psychopath, a murderer.

Kit: But nobody is born like that, is not it? No child who lived what Quentin has lived happen to grow up healthily. Physical deformity he suffered, his parents abandoned him, placed in a convent.

Sean: How do you know?

Kit: We found a sort of diary, begun when he was a child. It gave us clues to his secret past that he was determined not to forget, but never reveal. He had a sister younger than him, even more horribly deformed him. The results of incest. Frontonasal dysplasia, technically speaking.

Sean: The syndrome of the median cleft.

Kit: Their parents have sent in an isolated convent in northern Maine. The fruits of their carnal pleasures were too hard to bear. Quentin deformities could be hidden. Not those of Violet. Prospective parents are presented. But Quentin has refused that separates them.

Sean: And what happened? How has it gone the boy that you describe.

Kit: the serial rapist he became? He left the convent at age 15. But Quentin was cultured and brilliant. He enrolled in medical school and became an artist, determined to help his sister to conform with the standards of physical beauty imposed by our culture. Thus, they could both finally be loved.

Christian: Beauty is a curse.

Kit: Purple 8 interventions suffered at the hands of his brother to repair his face, to bring the bones of his skull. Three more procedures to repair the defects of his skin to finally stop the others watch with horror. During the final speech before he could finish, she reacted very badly to anesthesia. She had a stroke and died. She was 29.

Sean: So we wanted?

Kit: As artists, you run the social pressures that caused her agony.

Christian: But it could have gone anywhere, in another firm.

Kit: The state of the Sun. Standards of beauty are higher here. He could make a statement and be heard. He could expel his fury here.

Christian: We appreciate your speed and your timing impeccable, Kit. You saved our lives.

Kit: I'm just glad that Gina had called 911 at the right time. How is she?

Operating room, operation Gina

Gina: Do not show this, asshole. I intend to write a book about all this, and I do not look like the joker on the cover.

Christian: You've chosen the title? Even the chopper did not want to kiss me?

Liz: Oh, lovely, Christian. It's really the fault has no luck Gina, you found thee in the wrong place at the wrong time.

Gina: I'd just make my Christmas a Christian. I was invited to this big party for New Year's Eve and with everything that had happened with Kimber, I thought you might be vulnerable enough to accompany me. Perhaps even be willing to part her legs in the air.

Christian: I'll never be vulnerable enough to kiss you, Gina. I do not want to ruin our friendship.

Sean: I'm just grateful that you have been there, Gina. Without your call to 911, Kit would never arrive on time.

Gina: What to call 911? What he injected me stunned me until police arrived.

Morgue:

Quentin: You've had been slow.

Orphanage

Christian: You know what? It reeks of obsessive compulsive. Do all travel to northern Maine to visit an orphanage lost. I do not see how that's our problem.

Sean: Because it is that of anyone else. The cops will not listen. The big issue was resolved. That's it. More questions. Case closed. She is not for me. Kit has lied about calling Gina at 911. On what else has Is she lying?

Christian: What makes us move on until you it will solve anything? Discovering that the Sisters of the Crown of Thorns are involved?

Sean: I hope to discover the truth, know what Kit said on Quentin really happened and put this nightmare behind us.

Sister: Excuse me? Can I help you?

Sean: Yes. One of our associates who grew up here has died. His name was Quentin Costa. We were hoping ...

Sister: Dr. Costa? Would you wait here a moment? I'll get Mother Mary Claire.

Mother Mary Claire: What did he die? Quentin.

Christian: He was killed. Wrong place at the wrong time. The investigation is ongoing.

Sean: We understand that he grew up here.

Mother Mary Claire: Yes. It was recently that I had arrived when he came with his poor sister. They were very devoted to one another.

Sean: He had to have a broken heart when she died.

Mother Mary Claire: Sweet Jesus. She died too? I didn't know.

Christian: In his twenties. That's what we said.

Mother Mary Claire: It's not possible. Most of our children we send a photo at this time of year to stay in touch. I think I got a picture of them there are two or three years.

Christian: According to police, Violet died during surgery.

Mother Mary Claire Violet? Her name is Katherine. It was called Kit. She settled in the suburbs of London years ago. I'm afraid of not having his address.

Malaga, Spain

Kit: Thanks.

Quentin: Calm down, Sis. You remember what I have done the last time you're too involved with a man. I spent too much time creating your face for having to slash again.

Kit: The jealousy is so painful. You know that Christian was just a fad.

Quentin: Is that why you're pointing you managed to get the office just before I left to cut your hand?

Kit: I arrived at the exact moment that we had expected. Do not make me morality that. You think I liked having to slash you and then shoot you?

Quentin: I would have been more comfortable with the plane if you had not decided to unpack the story of my life to the other two.

Kit: I had to get them to understand you. You're not a mad lunatic. You're a good man who fought all his life against things they do not even realize. Now stop making your wood and your sangria. What does it matter anyway? They believe that you're dead. You saw that? Her only birth defect is to be born rich, and she still did her breasts again, his nose and lips.

Quentin: And a lipo. Maybe I could give him a home visit.

Kit: We can not relax a few days?

Quentin: The job of a doctor is never done. You coming or what?

House Sean

Christian: We must wait until the water boils?

Sean: Thank you sweetie

Julia: My god, it smells really good.

Christian: Don't encourage it, Julia.

Sean: She has already tasted my only recipe. It has not impressed, believe me. Honey, you do not mind setting the table?

Julia: You've really got to the kitchen now, right?

Sean: if it does not heal, I'll have to learn to deal with.

Christian: Hey, the best micro surgeon operated on all Florida has your ear. I think you'll give thee.

Sean: Hi, there.

Matt: Hey. It bothers you if I stay?

Sean: It's just a boring family dinner.

Matt: I would appreciate a bit of trouble right now.

Christian: So why do not you help me to watch the water boil?

Julia: Can I say something before dinner?

Sean: Sure.

Sean: What's the matter? The act. I guess you'll reject my proposal.

Julia: You did not read it yet. I did put both our names on it by the notary. Thus, we have the whole house. I want the house, Sean ... but only if you stay there. Besides, if you like, like this ... we can have the baby here together.

Kikavu ?

Au total, 20 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

wolfgirl88 
22.06.2018 vers 01h

Siobhan62 
19.10.2017 vers 21h

Ali3nBrain 
14.05.2017 vers 13h

jonathan68 
16.12.2016 vers 12h

RonanBart 
05.10.2016 vers 15h

LovelyEmy 
Date inconnue

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 2 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Découvre le hors-série de notre magazine HypnoMag, consacré à la série Roswell qui fête ses 20 ans !
HypnoMag | Hors-série 20 ans Roswell

Tentez de gagner une HypnoCard Collector Roswell grâce à notre jeu HypnoChance !
Tirage au sort le 15/10 | Collector Roswell !

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Julian McMahon interviewé par Télé Loisirs

Julian McMahon interviewé par Télé Loisirs
Julian McMahon a été interviewé par Télé Loisirs.  Il s'exprime sur la série Marvel's Runaways dans...

Dylan Walsh | Whiskey Cavalier bientôt sur TF1

Dylan Walsh | Whiskey Cavalier bientôt sur TF1
L'acteur Dylan Walsh est dans la série Whiskey Cavalier, qui sera diffusée sur TF1 à partir du 29...

Julian McMahon dans la série F.B.I.

Julian McMahon dans la série F.B.I.
Julian McMahon apparaît dans la série F.B.I. créée par Craig Turk & Dick Wolf. Il apparaît en effet...

Design Nip Tuck

Design Nip Tuck
Un tout nouveau design signé Spyfafa et placé sous le soleil de Miami est en ligne ! Merci pour sa...

Julian McMahon | Swinging Safari sortira en Amérique

Julian McMahon | Swinging Safari sortira en Amérique
Le film australien Swinging Safari réalisé par Stephan Elliott est sorti il y a un peu plus d'un an,...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

cinto, Hier à 18:03

vous avez des questions? posez-les à Henry VIII au sondage chez The Tudors. Merci pour votre vote. Et voyez la pdm, assez drôle!

cinto, Hier à 18:04

Changez le titre de la série Ma sorcière Bien Aimée en votant au sondage. Merci à ceux qui ont déja voté et à ceux qui vont le faire!

quimper, Hier à 20:45

Les quartiers Sherlock et Rizzoli & Isles proposent de nouvelles PDM. N'hésitez pas à passer

pretty31, Hier à 21:26

Les jeux d'Halloween vous attendent sur HypnoClap, et quelques chapeaux de sorcières sont encore disponibles pour "Un bonbon ou une cards ?"

pretty31, Hier à 21:26

qui vous permettra peut être de gagner ... Une HypnoCard ^^

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site