VOTE | 51 fans

#314 : La beauté est la malédiction..

Titre en VF : La beauté est la malédiction de ce monde
Titre en VO : Cherry Peck
1ére diffusion Américaine : 20 Décembre 2005
1ere diffusion française : 12 Avril 2006
Casting : Julian McMahon, Dylan Walsh, William Belli (Cherry Peck)
Réalisateur : Craig Zisk

Cherry Peck, le travesti que Matt avait tabassé, demande à Sean et Christian de réparer les dégâts... Christian reçoit au cabinet un mystérieux colis qui perd du sang. A l'intérieur, il y trouve une paire de prothèses mammaires... Sean prévient Julia qu'il lui faut passer des examens pour s'assurer que tout ira bien pour le bébé.

Popularité


3.5 - 2 votes

Titre VO
Cherry Peck

Titre VF
La beauté est la malédiction..

Vidéos

Scène Matt, Ariel et Cherry Peck

Scène Matt, Ariel et Cherry Peck

  

Christian recoit les implants de Kimber

Christian recoit les implants de Kimber

  

Ariel / Matt / Cherry peck centre commercial

Ariel / Matt / Cherry peck centre commercial

  

Christian / Kitt / Kimber a l'hopital

Christian / Kitt / Kimber a l'hopital

  

Opération Kimber

Opération Kimber

  

Arrestation Quentin

Arrestation Quentin

  

Christian / Kimber post opératoire

Christian / Kimber post opératoire

  

Reve de Julia

Reve de Julia

  

Matt / Cherry Peck centre commercial

Matt / Cherry Peck centre commercial

  

Plus de détails

Christian et Sean sont dans la salle de consultation, avec leur rendez-vous. Il s’agit de Cherry Peck, le transsexuel que Matt a agressé il y a trois mois. Cherry leur raconte toute l’histoire : il y a trois mois, elle a rencontré un jeune homme dans un bar. Ils ont bu quelques verres, puis sont ensuite allés chez elle pour finir la soirée. Ils ont commencé à flirter, tout se passait très bien jusqu’à ce que le jeune homme se rende compte que Cherry n’était pas opérée. Il l’a donc jetée par terre, l’a ruée de coups de pieds et de coups de poings avant de s’en aller. Cherry est allée voir un chirurgien vietnamien pour la reconstruction de son visage, mais le résultat est loin d’être satisfaisant.

Cherry est ruinée, l’assurance n’a rien voulu rembourser et elle a en prime perdu son job de barman car elle faisait fuir les clients. Après l’avoir écouté, Sean lui dit gentiment qu’ils seront heureux de reconstruire son visage comme elle l’entend, et que leur plan de paiement échelonné lui facilitera la tache. Cherry change de ton en disant qu’il n’y a qu’une option : Sean devra l’opérer gratuitement où elle préviendra la police que la personne qui l’a défigurée est son fils. Sean se met en colère : tabasser Matt et lui pisser dessus n’étaient donc pas suffisant ? Très bien, qu’elle appelle la police, Sean sera ravi de leur fournir le nom de l’agresseur de Matt. A ce moment là, Linda entre dans la pièce et dit à Christian qu’il a un paquet. Christian lui demande de signer le reçu, mais Linda lui dit que le paquet « saigne ».


Sean et Christian examinent le paquet qui ne contient pas d’adresse d’expéditeur. Ils l’ouvrent et découvre deux prothèses mammaires ensanglantées. Christian suggère de comparer les numéros de séries à leurs dossiers pour vérifier s’ils appartiennent à ceux d’une patiente. Il se rend compte qu’il y a quelque chose à l’intérieur. Très minutieusement, il ouvre la prothèse siliconée, la vide et en retire une petite capsule contenant un minuscule bout de papier sur lequel on peut lire au microscope : « La Beauté est la Malédiction de ce Monde » le phrase clé du Découpeur. Christian paraît prendre conscience de l’horreur de la situation. Serait-ce les implants de Kimber ? Sean rentre et lui dit qu’il avait raison : les implants appartiennent bel et bien à une de leurs patientes ; il s’agit de ceux de Kimber.


Kit  est dans le bureau de Christian et examine le petit bout de papier. Il lui explique que chaque implant a un numéro de série en cas de retour ou de défaut. Kit lui cite l’Habeas Corpus : pas d’enquête tant qu’il n’y pas preuve de crime. Christian s’énerve et lui demande depuis quand des implants ensanglantés appartenant à une femme qui a disparu il y a de ça plusieurs semaines ne constituent pas un crime.

Kit lui suggère que Kimber aurait très bien les enlever elle-même , mais Christian l’arrête en lui disant qu’elle les adorait car c’était le symbole de leur première chirurgie ensemble. Kit, avec un sourire amusé lui demande justement ce qu’il pense de son visage. Christian lui demande d’arrêter d’essayer de le culpabiliser d’avoir refusé l’opération. Kit lui dit que si elle avait su qu’il serait encore énervé d’avoir été plaqué devant l’autel…Christian répond que c’est justement un signe qu’il n’a pas été plaqué. Quelqu’un a enlevé Kimber, la retient en otage et l’a forcée à écrire une lettre de rupture. Kit s’interroge sur le suspect idéal. Sans hésiter une seconde, Christian dénonce Quentin.

En effet, lui et Christian ne se sont jamais entendus, et puis seul un plasticien serait au courant pour les numéros de série. Kit lui avoue qu’ils enquêtent justement sur Quentin depuis la libération de Christian, mais ils n’ont aucune piste capable de le faire enfermer. Mais cela ne l’a pas empêchée de faire inculper Christian. Mais Kit rétorque que depuis, ses supérieurs lui ont serré la bride. Christian la supplie d’interroger Quentin au cas où Kimber serait toujours en vie.


Sean se décapsule une bière quand Matt rentre à la maison. Julia est malade et n’arrête pas de vomir. Matt est donc venu chercher des médicaments. Sean en récupèrera à la clinique dans la matinée. Il en profite pour demander des nouvelles d’Ariel. Matt lui répond assez froidement qu’ils ont rompu. Sean tente de cacher sa joie, même si l’ombre d’une esquisse d’un éventuel sourire apparaît. Au moment où il allait partir, Sean dit à son fils qu’une de ses amies est passée à la clinique aujourd’hui. Quand il lui dit que c’est Cherry Peck, Matt semble visiblement atteint, pour la première fois depuis longtemps. Matt demande ce qu’elle voulait. Sean lui répond que son visage est une catastrophe. Elle voulait donc qu’il lui arrange ça, mais Sean lui dit que s’il la revoit, il appellera la police. Matt lui demande d’arranger ça et de lui refaire le visage pour qu’elle n’ait plus l’air d’un monstre à cause de lui. Il s’excuse aussi de ne pas avoir été un fils modèle ces derniers temps.


Le lendemain, Sean passe chez Julia pour lui apporter quelques petites choses. Il lui fait des recommandations sur son alimentation afin de soulager les nausées matinales. Sean se rend compte que Julia s’apprête à partir au travail et la sermonne, mais Julia l’interrompt en lui précisant les risques qu’encoure un bébé chez une femme de plus de 40 ans. C’est pourquoi il a pris rendez-vous chez un gynéco afin de faire des tests. Il souhaiterait aussi qu’elle revienne à la maison. Julia est agacée et lui répond que le bébé n’est pas la pièce manquante du puzzle à leur relation, et qu’elle ne reviendra pas. Sur ce, elle part travailler, laissant Sean visiblement malheureux.


Au commissariat, Kit interroge Quentin, qui fait preuve d’une arrogance sans limite. Kit lui faire part de l’enlèvement de Kimber. Quentin lui dit qu’il n’aurait même pas pu passer un week-end avec cette idiote. Et concernant Rhéa Reynolds, lui et Christian étaient les seuls à savoir qu’elle mentait sur son agression. Quentin rejette la faute de la mauvaise anesthésie sur le dos de Liz, mais il n’a pas d’alibi la nuit où elle a été tuée, ni pour la nuit où Kit a été violée et tailladée. Quentin demande pourquoi la violer alors qu’elle était toute disposée à écarter les jambes pour lui. Quentin aurait senti une grosse perte de pouvoir en donnant tout le mérite à Christian lorsqu’il était en prison. C’est donc pour cela qu’il aurait attaqué Kit. Les choses s’enveniment et Kit dit à Quentin qu’elle finira par obtenir un mandat pour comparer le sperme de Quentin à celui du Découpeur . Quentin lui dit de faire attention où elle met les pieds, car une autre erreur et elle retourne à Londres. Un officier de police lui amène une note. Kit se retourne vers la vitre teintée et regarde Christian. Kimber a été retrouvée.


A l’hôpital, Christian attend de pouvoir la voir. Il demande à Kit comment elle va. Un officier l’a trouvée en train d’errer dans la rue. Le Découpeur l’a jetée dans les Everglades la veille. Christian demande à la voir mais Kit le lui interdit, sous prétexte que Kimber n’est pas prête. Il demande alors ce que le Découpeur lui a fait : Kit lui répond que les prothèses mammaires étaient l’intervention la plus soft. Il a en effet inversé chaque procédure : injections de graisse, brûlures au visage pour reproduire les taches de rousseur, il a retiré le bout de cartilage que Christian avait utilisé pour lui refaire le nez, et a aspiré le collagène de ses lèvres, et le tout sans anesthésie. Kit refuse de le laisser passer car elle risquerait d’être bouleversée en le voyant et elle est le seul témoin capable d’éventuellement identifier le Découpeur.


Sean s’apprêter à opérer Cherry, qui le remercie. Sean lui dit qu’il fait ça pour son fils.


Julia mange un gros morceau de viande saignante et se couche. Là, elle fait d’affreux cauchemars. Elle accouche d’un monstre inhumain, gardé en otage par Quentin, Sean et Christian. Elle vieillit, sa peau tombe, elle prend un couteau pour se défendre, hurle et se réveille, et prend de suite un rendez-vous chez son gynéco pour des examens.


Sean est avec Christian à l’hôpital et l’aide à faire diversion afin que Christian puisse rentrer dans la chambre de Kimber, surveillée par un officier. Le lit de Kimber est entouré d’un grand rideau. On voit vaguement sa silhouette. Elle dit à Christian de s’en aller. Sa voix traduit sa douleur physique. Elle lui demande pourquoi il ne l’a pas cherchée, mais Christian pensait qu’elle l’avait quitté, qu’elle avait enfin repris ses esprits. Kimber le rend responsable de ce qu’il lui a fait, ce qui attriste vraiment Christian. Il s’approche finalement du lit, et ouvre le rideau, laissait apparaître une Kimber monstrueuse et profondément défigurée. Elle demande à Christian de se souvenir du jour ou il lui a donnée 8/10 . Combien lui donnerait-il maintenant ? Il lui promet de lui rendre son 10/10. Les deux se mettent à pleurer.


Sean est avec Julia chez la gynéco pour passer des tests afin de lever les incertitudes. Pendant que le médecin va chercher de quoi enregistrer l’échographie, Julia s’excuse pour avoir été dure avec Sean l’autre jour. Le médecin leur confie qu’elle est heureuse de les voir ensemble, car c’est important pour les enfants. Julia prend la main de Sean pendant que l’aiguille s’insère en elle pour prélever des échantillons.


Kimber est sur la table d’opération. Une machine fait un bruit, et Kimber réagit comme si le Découpeur était devant elle. Elle panique et demande à partir, tous ces instruments lui rappellent son tortionnaire. Christian lui promet de rester avec elle jusqu’à ce qu’elle s’endorme, et aussi qu’il sera là à son réveil. Kimber a insisité pour refaire toutes les opérations en même temps, même si la convalescence ne sera pas facile. L’intervention commence donc, sur une très belle musique instrumentale.


Sean applique de la crème cicatrisante sur les cicatrices de Cherry lorsque Matt arrive. Sean les laisse tous les deux. Matt la complimente sur son visage tout neuf. Cherry lui avoue qu’elle a prévu de compléter le processus de transsexualité. Matt est flatté, mais lui fait comprendre que même en était une femme « complète », ils ne sortiront pas ensemble.


Quentin est soumis à des tests : empreintes, prise de sang, photos. Kit lui demande de retirer son pantalon. Quentin refuse d’abord, mais est contraint d’accepter étant donné le mandat qui donne toute autorité à Kit. Le photographe et Kit sont visiblement choqués de ce qu’ils voient une fois le pantalon par terre.


Kimber est en salle de réveil avec Christian qui la rassure en lui disant que tout s’est très bien passé. Elle ne veut pas de miroir pour s’observer, plus jamais. Elle a totalement adopté le discours du Découpeur. Elle n’a accepté de se faire opérer que pour éviter que les gens ne partent en courant à sa vue. Elle refuse de faire partie de se couple qui dépense des centaines de dollars en soins corporels.

Christian lui dit qu’il la comprend lorsqu’elle s’identifie à son bourreau. Mais elle lui rétorque que c’est LUI son bourreau et non le Découpeur. Il a simplement été la personne qui tenait le miroir sur leur vie minable. Christian la supplie, il a besoin d’elle. Mais elle a justement besoin de ne pas être avec lui.


Matt accompagne Cherry pour faire du shopping. Une vendeuse propose son aide, visiblement agacée de voir Cherry essayer les cosmétiques. Matt lui demande si elle traite tous ses clients comme de la merde. Réponse : ce ne sont pas des clients avant qu’ils soient passés à la caisse. Matt lui précise que ce n’est pas maintenant qu’elle va acheter quelque chose. Matt ajoute que Cherry a été plus que polie. Elle est plus femme que cette vendeuse ne le sera jamais.


Ariel s’avance alors vers Matt, par surprise, le regard plein de haine. Elle fait un mini scandale et se montre vulgaire au possible. Cherry lui assure qu’elle et Matt ne sont que des amis. Ariel menace Matt de révéler à toute l’école qu’il sort avec un « type en jupe ». Ariel s’en va, et rejoint son père, qui, en remarquant Matt lui lance un regard noir.


Sean et Christian sont en salle de repos à la clinique. Sean sort une bouteille d’alcool. Christian est surpris. Il propose de boire à la migraine, aux regrets et à leur profession, ainsi qu’au futur enfant de Sean et Julia. Christian est abasourdi car il ne savait toujours pas que Sean et Julia avaient couchés ensemble.
Kit débarque pour laisser des fleurs à Kimber, ainsi que la photo de Quentin, qui a été relâché car rien ne peut prouver qu’il est le Découpeur, surtout qu’il n’a pas de pénis !!!! Comme le montre la photo.

Ecrit par Sophia81

Scène 1 : Bureau de Sean

Sean : Dites-nous ce que vous n'aimez pas chez vous, Mlle Peck.

Mlle Peck : Puis-je commencer par le début ?

Christian : Tout ce qui peut vous mettre le plus à l'aise possible.

Mlle Peck : Il y a environ 3 mois, j'ai rencontré un type dans ce bar que je fréquente. Il savait vraiment comment traiter une fille... il était vraiment gentil. Nous sommes allés chez moi pour un dernier verre et on a commencé à flirter et tout se passait très bien jusqu'à ce qu'il réalise que j'étais une pré-op. Il m'a jetée par terre et m'a mis des coups de pied à m'en casser les côtes. Et ensuite il a commencé à me boxer le visage et m'a défigurée. Et ensuite, quand j'ai fait refaire mon visage...

Sean : C'est un plasticien licencié qui vous a fait ça ?

Mlle Peck : Je suis pratiquement sûre qu'il avait une licence. Il était Vietnamien, alors je ne l'ai pas bien compris. Mais mon amie m'avait parlé de lui. Il s'est occupé de sa poitrine, et c'était du bon boulot. Et, vous savez, il n'était pas cher et je n'avais pas beaucoup d'argent. J'imagine que j'en ai eu pour mon argent. J'ai dépensé jusqu'à mon dernier centime pour faire refaire mon visage. L'assurance n'a rien voulu couvrir, ils ont dit que c'était de ma faute. Et ensuite j'ai perdu mon boulot de barman parce qu'ils ont dit que je faisais fuir les clients.

Sean : Nous serions heureux de restaurer votre visage comme vous le souhaitez, Mlle Peck. Nous avons un système de paiement à long terme qui semble être votre meilleure option.

Mlle Peck : Il n'y a qu'une option, Dr. Mcnamara. Vous allez faire mon opération gratuitement. Ou je vais directement voir la police.

Sean : Excusez-moi ?

Mlle Peck : Ce vrai petit ange qui m'a frappée, c'est votre fils. Je suis désolée de ne pas pouvoir être plus distinguée.

Sean : Vous osez nous menacer après ce que vous avez fait à Matt ?

Mlle Peck : Je ne veux qu'obtenir réparation de ce qu'il m'a fait.

Sean : Et le réduire en bouillie avant de lui pisser dessus n'était pas suffisant ? Appelez la police. Vous pouvez vous servir de mon téléphone. Ils savent déjà que quelqu'un l'a agressé. Maintenant je peux leur dire qui arrêter.

Linda : Excusez-moi, Dr. Troy. Un paquet vient d'arriver pour vous.

Christian : Signez.

Linda : Le paquet saigne.

Scène 2 : Clinique

Sean : Pas d'adresse d'expéditeur …………………………………………….

Christian : Il faut qu'on relève les numéros de série pour les comparer à nos dossiers.

Sean : Tu crois qu'ils appartiennent à l'une de nos patientes ?

Christian : Il a quelque chose à l'intérieur de celui-ci ……………………………. "La beauté est une malédiction sur le monde."

Sean : Tu avais raison. Ils appartenaient à l'une de nos patientes …………. Ils sont à Kimber.

GENERIQUE

Scène 3 : Bureau de Christian

Christian : Chaque implant mammaire a un numéro de série en cas de retour ou de défaut.

Kit McGraw : Habeas corpus, Christian. On ne peut pas démarrer une enquête alors qu'il n'y a aucune preuve de crime.

Christian : Depuis quand un implant sanglant d'une femme qui a disparu depuis plusieurs semaines n'est pas une preuve de crime ?

Kit : Comment sais-tu que Kimber ne les a pas retirés elle-même ?

Christian : Parce qu'elle les adorait. C'est la première chose que je lui ai donnée. Notre première chirurgie ensemble.

Kit : En parlant de chirurgie, que penses-tu de mon visage ? Le chirurgien qui a accepté de le faire a fait un super bon boulot, tu ne crois pas ?

Christian : N'essaye même pas de me faire culpabiliser, Kit. Après ce que tu m'as fait traverser, tu as de la chance que je ne me tienne pas au-dessus de toi avec un scalpel.

Kit : Si j'avais su que tu serais encore blessé d'avoir été plaqué devant l'autel...

Christian : Ceci prouve que je n'ai pas été plaqué... Quelqu'un l'a enlevée et la garde en otage. Et quelqu'un l'a forcée à m'écrire ce mot.

Kit : Ca semble demander un putain d'effort. Qui pourrait bien faire ça ?

Christian : Quentin. Ecoute, il a toujours eu du ressentiment pour moi. Seul un plasticien serait au courant pour les numéros de série sur les implants ……….. Tu sais quelque chose ?

Kit : On enquête sur Quentin depuis ta libération.

Christian : C'est génial. Alors inculpez-le.

Kit : Nous n'avons encore rien de solide. Tout est juste circonstanciel.

Christian : Ca ne t'a pas empêchée de m'arrêter.

Kit : Oui, et depuis, mes supérieurs m'ont serré la bride. Ils ne veulent pas d'autre erreur.

Christian : Ecoute, s'il n'y a ne serait-ce qu'une chance minime que Kimber soit vivante et que Quentin sache quelque chose à ce sujet, tu dois l'inculper pour l'interroger.

Scène 4 : Maison de Sean

Sean : Hey, Matt. Que se passe-t'il ?

Matt : Maman est malade. Elle n'arrête pas de gerber partout. J'ai pensé que tu avais peut-être du Tamiflu planqué ici.

Sean : J'en ai au cabinet. J'en apporterai dans la matinée. Comment va ta petite-amie ?

Matt : On a rompu.

Sean : Une de tes amies est passée au cabinet aujourd'hui. Cherry Peck.

Matt : Qu'est-ce qu'elle voulait ?

Sean : Elle  voulait qu'on lui fasse une reconstruction faciale gratuitement. Je lui ai dit que j'appellerais la police si je la revoyais.

Matt : Son visage porte encore des traces de ce qui s'est produit ?

Sean : Elle  a déjà subi des interventions réparatrices. Tout ce qu'elle pouvait s'offrir, c'est une officine minable.

Matt : Donc elle est toujours défigurée.

Sean : C'est pas le problème. Elle a essayé de nous faire chanter ………… Les implants de ses joues sont trop grands. Il y a une cicatrice sur son front. Elle doit faire refaire son nez.

Matt : Je veux que tu restaures son visage, papa. Si personne ne le fait, elle aura toujours l'air d'un monstre à cause de moi.

Sean : Elle est ses amies t'ont agressé, Matt. C'est un monstre.

Matt : Je sais que je ne devrais rien attendre de toi. Je n'ai pas exactement été un fils modèle dernièrement. Mais... j'ai fait une erreur. Et tu es le seul qui puisse m'aider à la corriger. Ca voudrait dire beaucoup pour moi.

Scène 5 : Appartement de Julia

Sean : Ca n'a pas l'air d'aller. Les nausées matinales sont si terribles que ça ?

Julia : Je n'arrive pas à garder quoique ce soit.

Sean : Je t'ai apporté des vitamines B6, des crackers, de la ginger ale. Essaye d'éviter tout ce qui est épicé, gras ou frit. Comme les frites, le chocolat ou... Désolé. Absorbe beaucoup de liquides. C'est encore le plus utile. Et du repos. Il y a malgré tout un bon côté. Des docteurs ont établi une corrélation entre les fausses couches et le fait de ne pas avoir de nausées matinales. Donc, de ce point de vue, c'est bien que tu vomisses. Pourquoi t'es habillée ? Tu ne vas pas travailler, n'est-ce pas ?

Julia : Bien sûr que j'y vais. Le SPA est plein. Et je dois m'occuper de mes patients.

Sean : Et bien tu vas devoir trouver quelqu'un pour te remplacer.

Julia : Beaucoup de femmes travaillent pendant leur grossesse, Sean. J'ai toujours assisté à tous mes cours quand j'attendais Matt, tu t'en souviens ?

Sean : Oui. Mais tu avais 22 ans, Julia. Le bébé d'une femme de plus de 40 ans a au moins 1% de chance d'être trisomique. Et les risques de développer n'importe quelle forme d'anormalité chromosomique sont encore pires. Maintenant, nous n'avons pas à nous en inquiéter avant d'obtenir les résultats des analyses que j'ai programmées pour Jeudi avec le Dr Fitzer.

Julia : Fitzer n'est pas mon obstétricien.

Sean : Si on veut faire en sorte que ça marche, tu vas devoir me laisser t'aider, Julia. Faire des choses pour toi. C'est pourquoi je pense que tu devrais revenir à la maison.

Julia : Je ne retournerai pas à la maison, Sean. Je veux dire, ce bébé n'est pas la pièce manquante du puzzle dans notre relation …………………. Je ne t'ai jamais incité à penser que nous reviendrions à notre situation précédente, Sean.

Scène 6 : Poste de police, salle d’interrogatoire

Quentin : La dernière fois que je vous ai vue, ma langue était dans votre bouche. C'était certainement beaucoup plus agréable que ça. Suis-je en état d'arrestation ?

Kit : Je veux discuter avec vous à propos de Kimber.

Quentin : Kimber ? Aux dernières nouvelles, elle avait planté Christian devant l'autel. C'est la plus intelligente décision qu’elle n’ait jamais prise, si vous voulez mon avis.

Kit : Elle a disparu. Et je pense que vous y êtes pour quelque chose.

Quentin : Vous plaisantez ? Je n'aurais même pas pu passer un week-end prolongé avec cette idiote. J'aime les femmes dont le QI est plus élevé que leur tour de taille.

Kit : Vraiment ? Je croyais que vous l'aimiez bien. Vous aimiez ses films, si je me souviens bien.

Quentin : Je connais son catalogue, et alors ? C'est le cas de centaines de milliers d'autres types.

Kit : Et pour Rhéa Reynolds ? Vous et Christian étiez les seuls à savoir qu'elle était... comment l'appeliez-vous ? Une imposture ? Ca doit avoir été jouissif de lui avoir fait subir une intervention sans anesthésie correcte.

Quentin : C'était de la faute de Liz. Ses chiffres étaient erronés.

Kit : Je sais que vous n'avez pas d'alibi pour la nuit où Rhéa a été tuée ni pour la nuit où vous m'avez violée et lacérée.

Quentin : Pourquoi vous aurais-je violée ? Vous étiez tout à fait disposée à écarter les jambes comme un gymnaste Romain pour moi.

Kit : Le viol n'est pas du sexe, Quentin. C'est une question de pouvoir. Et vous aviez l'impression de l'avoir perdu quand j'ai arrêté Christian en risquant de lui donner toute la gloire de votre boucherie.

Quentin : Alors je suis le Découpeur maintenant ? Kit, si vous voulez attraper ce type, puis-je vous recommander d'élargir l'éventail de vos suspects au delà de ceux qui savent si vous êtes rasée, épilée ou naturelle ?

Kit : Vous avez omis d'utiliser un préservatif quand vous m'avez violée. Grâce à votre négligence, nous avons maintenant un échantillon du sperme du Découpeur dans notre dossier. Quand je l'aurai fait correspondre avec votre ADN, vous arrêterez de faire le mariole.

Quentin : J'espère que vous prélèverez mon ADN vous-même, Kit. Oh, mon dieu. Je suis tout excité maintenant.

Kit : Où est Kimber ?

Quentin : J'en ai aucune idée. Je vérifierais bien votre cul, mais vous êtes si pleine de merde que je ne pense pas qu'il reste de la place pour elle là-dedans.

Kit : J'ai demandé un mandat au juge Nixon. Quand j'aurai son approbation, vous serez obligé de nous donner un échantillon d'ADN.

Quentin : Vous voulez que je me masturbe maintenant ?

Kit : Je vais faire ça dans les règles. Quand je vous aurai fait tomber, cette affaire sera mieux ficelée qu'une vierge vestale.

Quentin : Heh. Faites attention où vous mettez les pieds, Kit. Vous avez déjà bâclé cette affaire une fois. Une autre fausse arrestation et vous retournerez à Londres mettre des contraventions aux gens qui ne ramassent pas les crottes de leur chien ………………………………………

Scène 7 : Pièce attenante a la salle d’interrogatoire.

Christian : Tu dois le faire parler.

Kit : Non, ce n'est pas la peine. Kimber a été retrouvée.

Scène 8 : Hopital, attente a l’entrée des urgences

Christian : Comment va-t'elle ?

Kit : Un officier de la FHP l'a trouvée en train d'errer nue le long d’Alligator allée. Pour une raison qu'on ignore, il l'a conduite hier dans les Everglades et l'a jetée dehors.

Christian : Je peux la voir ?

Kit : Pas encore.

Christian : Conneries. C'est ma fiancée.

Kit : Elle ne veut pas te voir, Christian. Elle ne veut pas que tu la voies.

Christian : Dis-moi ce qu'il lui a fait.

Kit : Les implants mammaires étaient la moindre de ses boucheries. Il a inversé chaque opération que tu lui as faite. Sans anesthésie.

Christian : Inversé ? Je dois avoir pratiqué au moins 10 interventions sur elle ces dernières années …………….. Dis-moi ce qu'il lui a fait.

…………..

Flashback, dans le hangar avec le découpeur qui pratique les mutilations sur Kimber

Voix de Kit : Après avoir effectué la grimace du Découpeur, il a retiré le bout de cartilage que tu as utilisé pour refaire son nez. Puis il a aspiré le collagène de ses lèvres en retirant une grande portion de tissu saturé …………. Il a également brûlé sa peau pour recréer les dommages du soleil que tu as réparés. Puis il a pompé de la graisse de poulet putréfiée dans son abdomen. Ca a provoqué une horrible infection qu'il n'a pas soignée. Il a retiré ses implants en guise d'acte final de brutalité psychotique.

……………

Christian : Je dois la voir. Je dois... Dis-lui que je peux réparer tout ce que cet animal lui a fait.

Kit : Kimber s'identifie à son apparence, Christian. Elle est sur la corde raide. Te  voir pourrait la faire basculer.

Christian : Ou lui faire reprendre ses esprits.

Kit : Je ne peux pas courir ce risque. Kimber est le meilleur témoin que nous ayons. Si elle tombe en état de choc et ne peut plus nous donner d'infos, elle aura traversé tout ça en vain.

Scène 9 : bloc opératoire, opération de Mlle Peck

Mlle Peck : Dr. Mcnamara ? Je voulais vous remercier d'avoir changé d'avis. Je pense que c'est le mieux pour nous tous.

Sean : Je ne pratique pas cette intervention suite à vos menaces, Mlle Peck.

Mlle Peck : Alors pourquoi la faites-vous ?

Sean : Parce que mon fils me l'a demandé. Matt a estimé que nous avions tous suffisamment souffert de ce qui était arrivé. Nous devons reconstruire au lieu de laisser notre passé nous hanter plus longtemps …….. Comptez à rebours en partant de 10.

Scène 10 : Appartement de Julia

Elle mange un gros steak, puis se couche, elle rêve

…………………..

Sean : Ne t'en fais pas, je suis là. Tout va bien se passer.

Sean se met sur elle et lui fait l’amour

Sean : Détends-toi, Julia. Ferme les yeux et détends-toi. Ca peut être ta dernière chance d'être enceinte.

Julia : Arrête. Ca fait mal.

Sean : La peau est très élastique. Ca va se cicatriser. T'as l'air d'avoir 20 ans, après tout. Pas vrai ?

Julia : Pourquoi ce tic tac est-il aussi bruyant ? Arrête-le.

Sean est un vieillard, qui continue de lui faire l’amour

Sean : Tu ne veux pas encore arrêter ton horloge biologique, Julia. Je jouis. Je jouis.

Sean est a coté du lit, habiller en chirurgien, il lui donne un miroir

Sean : De toute façon, si tu veux faire ça, tu auras besoin d'un lifting. Sinon tout le monde te prendra pour la grand-mère.

Dans une autre pièce, Sean est de nouveau jeune, Julia vieille

Sean : On commencera par retirer ces poches sous tes yeux... Ensuite on te retendra la peau du front. Oh, laisse tomber. C'est trop tard. Tu as perdu les eaux.

Au spa, Julia est dans une grande baignoire, une anguille apparait dans l’eau

Julia : Non.

Sean : Enfile ça. Tu es en retard pour l'intervention.

Sean et Christian sont au dessus d’un berceau

Sean : On peut réparer ça. Personne ne saura jamais ce qu'elle a fait.

Julia arrive vers eux, elle prend un couteau qui est posé sur une déserte

Julia : Qu'avez-vous faites à mon bébé ?

Sean : Nous avions un petit travail à effectuer, c'est tout.

Christian : On a dû le rendre respectable, Julia.

Quentin : Tu as fait un merveilleux travail, Julia. Il est presque humain.

Sean : C'est tellement irresponsable d'avoir un bébé à 40 ans.

Christian : Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour réparer ton travail, chéri.

Julia : Qu'avez-vous fait à mon bébé ?

Julia se réveille en sursaut

………………….

Julia : Bonjour. C'est... c'est Julia Mcnamara. J'aimerais prendre un rendez-vous avec le Dr. Allenby aussitôt que possible.

Scène 11 : Hôpital

Sean : Je suis désolé, Christian. Je suis vraiment désolé.

Christian : J'aurais dû savoir qu'elle ne m'aurait pas laissé comme ça. Kimber m'aimait.

Sean : Ce n'est pas de ta faute. Et  t'en vouloir ne lui apportera rien.

Christian : Je veux juste la voir, tu comprends ? …………………..

Sean : Bonjour. Je suis le Dr. Sean Mcnamara. Je suis plasticien. J'aimerais vous donner ma carte de visite.

Gardien : Pour quoi faire ?

Christian en profite pour rentrer dans la chambre

Sean : Rien. J'ai pensé que vous pourriez vouloir qu'on s'occupe de votre début de double menton. Vous avez un superbe profil …………………………….

Kimber : Qui est là ?

Christian : C'est moi, ma chérie. Le garde ne voulait pas me laisser entrer. Alors Sean l'a soudoyé... Est-ce que je peux t'apporter quelque chose, ma chérie ?

Kimber : Va-t'en.

Christian : Ne dis pas ça s'il te plaît. Tu m'as tellement manqué.

Kimber : Pourquoi ne m'as-tu pas cherchée ?

Christian : Je pensais que tu m'avais quitté. Je croyais que tu avais retrouvé tes esprits.

Kimber : Tu m'as laissée mourir. Tu l'as laissé me faire ça.

Christian : Kimber, s'il te plaît. Ne me reproche pas ça.

Kimber : Il ne m'aurait pas blessée si tu ne m'avais pas fait toutes ces interventions. Tu m'as fait croire que j'en avais besoin pour que tu m'aimes ……. C'est la vérité. La beauté est une malédiction sur le monde.

Christian : S'il te plaît, non. S'il te plaît. Je t'en prie, ne le laisse pas empoisonner tout ce que nous avons l'un envers l'autre. Je veux que nous repartions à zéro. Je veux qu'on reconstruise notre vie ensemble.

Kimber : Tu ne vas plus vouloir de moi. Je suis un monstre ……….. A notre premier rendez-vous, tu m'as donné 8. Tu as été honnête avec moi. Tu dois me dire combien tu me donnes maintenant, aussi honnêtement que ce jour là ……. J’attends ta note ! ……………………….

Christian : Je te rendrai ton 10, ma chérie, je te le promets. Je te rendrai ton 10.

Scène 12 : Hôpital, écographie de Julia

Dr. Allenby : Je suis heureuse que vous ayez décidé de faire un test CVS. Je le conseille à chaque fois et plus tôt nous avons connaissance d'éventuelles anomalies, plus tôt nous pouvons nous préparer à y faire face.

Julia : Ce n'est pas que je sois superstitieuse à ce sujet, mais vous savez, compte tenu de mon âge et du fait que j'aie deux enfants en bonne santé, j'ai l'impression qu'avoir ce bébé c'est tenter le diable.

Dr. Allenby : C'est la raison pour laquelle nous sommes là, Julia. Pour lever les incertitudes. Et nous n'en sommes qu'au premier trimestre. Nous avons le temps. Je vais vous faire une échographie pour guider le cathéter dans le col de l'utérus. Vous savez, nous pouvons filmer l'échographie si vous voulez.

Sean : J'aimerais avoir une vidéo, si c'est d'accord.

Dr. Allenby : Laissez-moi prendre un DVD vierge. J'en ai pour une seconde.

Julia : Ecoute, Sean, je sais que j'ai été dure avec toi l'autre jour, mais... il est normal que tu joues un rôle dans tout ça, et j'ai l'intention de le respecter. Merci d'être venu.

Sean : Ce bébé va grandir, être fort et en bonne santé, Julia.

Dr. Allenby : Comment vont Matt et Annie ? Ca fait longtemps que je ne les ai pas vus.

Julia : Ils vont très bien. Matt  est en terminale et Annie va entrer au collège l'an prochain.

Sean : Ils grandissent trop vite.

Dr. Allenby : Je comprends très bien ce que vous voulez dire. J'ai l'impression d'avoir raté toute l'enfance de Jessica. Je veux dire, entre le travail et la garde alternée... Respirez... On ne se voit que quand je l'emmène chez son père. C'est une des raisons pour lesquelles c'est si agréable de vous voir à nouveau ensemble …………. OK. On va pouvoir y aller. Alors... vous allez sentir une petite piqûre quand je vais enfoncer l'aiguille. Tu te sens bien, Julia ?

Julia : Oui.

Scène 13 : Bloc opératoire, opération de Kimber

Kimber : Oh, mon dieu ………

Christian : Comment ça va ma chérie ?

Kimber : Je veux partir d'ici. Je ne peux pas... tous ces ustensiles, ça me rappelle cet endroit.

Christian : Tu es victime d'un syndrome post traumatique. C'est normal pour quelqu'un qui a subi le genre d'épreuves que tu as traversées. OK ? Ca va aller. Je te le promets ….. Faisons-lui 10 cc. Je vais prendre soin de toi à partir de maintenant. Es-tu certaine de vouloir subir toutes les interventions d'un seul coup ? La convalescence sera moins pénible si tu n'en fais qu'une à la fois.

Kimber : Non. je veux que tu répares tout. Je ne veux pas attendre pour redevenir qui j'étais.

Christian : Je serai là à ton réveil, OK ?

Kimber : OK. Attends. Attends, Christian. Tu peux rester ici jusqu'à ce que je m'endorme ?

Christian : Bien sûr.

…………………………………………………………………………………………….

Scène 14 : Chambre de convalescence des patients

Sean : Continuez à vous appliquer ceci pendant deux semaines. Ca aidera votre peau à cicatriser plus vite.

Mlle Peck : J'aimerais que vous sachiez à quel point j'apprécie ce que vous avez fait.

Sean : Vous voulez voir ce que ça donne ?

Mlle Peck : Je suis belle.

Matt : Bonjour. C'est vraiment une réussite, Cherry.

Mlle Peck : Ton père s'est occupé de ton visage aussi ?

Matt : Ouais.

Mlle Peck : Vous avez fait un travail remarquable, Dr. McNamara.

Sean : Oui, en effet. Bon, je vais vous laisser tous les deux.

Mlle Peck : Je crois qu'il n'avait pas fini d'appliquer ce truc.

Matt : Oh, laisse. Je vais le faire ……… Tu sais... Je voulais juste te dire que... Tu sais, je n’étais pas vraiment...

Mlle Peck : C'est vraiment toi qui as demandé à ton père de m'opérer ?

Matt : Ouais.

Mlle Peck : Je suis désolée aussi, Matt, de ce qu'on t'a fait. Même si quelque part tu l'avais mérité.

Matt : Ouais.

Mlle Peck : Tu trouves vraiment que c'est une réussite ?

Matt : Oui, bien sûr.

Mlle Peck : J'ai prévu de faire effectuer ma vaginoplastie l'an prochain. En plus de toutes ces prises d'hormones.

Matt : C'est super, Cherry, mais je ne pense pas que...

Mlle Peck : Pas de problème. C'est juste difficile de se retenir de draguer un mec aussi mignon que toi.

Matt : Merci.

Mlle Peck : Regarde-moi. Je vais avoir besoin de produits de beauté. Une fille doit se mettre en valeur, tu sais ?

Matt : Quoi ? Ce n'est pas ce truc gluant que tu avais à l'esprit ?

Mlle Peck : Non.

Matt : Vraiment ?

Scène 15 : Poste de police

Kit : Retirez votre pantalon, Quentin.

Quentin : Vous d'abord.

Kit : Conformément à ma demande, le mandat du Juge Nixon me donne tout pouvoir. Si vous ne nous procurez pas tout ce dont nous avons besoin, je me ferai un plaisir de vous arrêter.

Quentin : Alors arrêtez-moi. Vous ne trouverez rien qui me relie à ces mutilations. Je suis innocent.

Kit : C'est à moi d'en juger. Maintenant, retirez votre pantalon ……….. Aucune raison d'en avoir honte. Je vous ai eu en moi, vous rappelez-vous ? Juste avant que vous ne tailladiez mon visage. J'oublie rarement une bite, en particulier quand on me viole.

Quentin : Si on avait couché ensemble, vous vous souviendriez de moi.

Kit : Prouvez-le.

………………………………………………….

Scène 16 : Chambre de convalescence des patients

Kimber : Hey, bébé. Comment ça s'est passé ?

Christian : Parfaitement bien. T'as été incroyable. Laisse-moi te donner un miroir, que tu puisses voir à quoi tu ressembles.

Kimber : Non, non, non. Je ne veux pas de miroir.

Christian : Je comprends. Tu préfères attendre que le processus de cicatrisation soit terminé.

Kimber : Non. Non. Je ne veux plus jamais de miroirs. J'ai dû accepter que tu me restructures pour que le reste du monde ne parte pas en courant à ma vue. Je ne serai plus jamais capable de me regarder sans y voir la douleur.

Christian : Ne dis pas ça, ma chérie. On va traverser tout ça ensemble. Et dès que tu seras guérie, on reprogrammera le mariage.

Kimber : Le mariage ? De quoi tu parles ?

Christian : Je parle de ne pas laisser ce monstre nous prendre tout ce que nous avons.

Kimber : Mais il a déjà pris tout ce que j'avais. Je ne plus faire tout ça, Christian. Je ne peux pas faire partie de ce beau couple qui dépense 600 dollars par mois en séances d'UV, qui passe une heure à se préparer rien que pour aller à la gym, qui estime la valeur des gens d'après leur pourcentage de graisse.

Christian : C'est parfaitement normal. On appelle ça le Syndrome de Stockholm. Les victimes d'un enlèvement sympathisent avec leurs geôliers. C'est un système de survie.

Kimber : Il n'était pas mon geôlier. Toi, si. Le porno également. Il a juste été l'homme qui tenait le miroir reflétant nos vies belles et superficielles, me montrant à quel point elles étaient grotesques. C'était juste un masque parfait dissimulant la laideur. Comment serais-je censée être avec toi alors que ton boulot c'est de procurer ce masque à tout le monde ?

Christian : Je vais tout plaquer. Nous pouvons... partir et m'occuper des lépreux, peu m'importe. J'ai besoin d'être avec toi, Kimber.

Kimber : Je sais, bébé. Mais j'ai besoin de ne pas être avec toi.

Scène 17 : Dans un centre commercial

Mlle Peck : Qu'est-ce que tu penses de celui-là ?

Matt : Un peu pâle.

Mlle Peck : T'as raison. Je suis "printemps" et ça me donne un air "hiver". Peut-être celui-ci. Il est un peu plus rouge.

Vendeuse : Puis-je vous aider ?

Mlle Peck : Oui, bonjour. Que pensez-vous de cette crème de base ?

Vendeuse : Elle est hypoallergénique. Mais ça ne va pas faire bien si vous en appliquez une couche aussi épaisse, ma chère.

Mlle Peck : Je viens d'être opérée, et je veux dissimuler les cicatrices.

Vendeuse : Ce n'est pas un drugstore. Ce produit est très cher. Aviez-vous l'intention d'en acheter un flacon ou juste de gâcher tous nos échantillons ?

Matt : C'est quoi votre problème, madame ? Vous traitez tous vos clients comme de la merde ?

Vendeuse : Il n'est pas un client tant qu'il n'a rien acheté. J'ai l'habitude des gens comme vous. Ils n'achètent jamais rien.

Matt : Et vous imaginez qu'on va vous acheter quelque chose maintenant ? Ecoutez, mon amie a été plus que polie envers vous, et vous la traitez comme si elle était une pute ? Laissez-moi vous dire quelque chose. Elle est plus une dame que vous ne le serez jamais.

Mlle Peck : Tu n'avais pas à faire ça.

Matt : Hey, tu ne mérites pas ces conneries.

Mlle Peck : Mais j'y suis habituée.

Matt : Tiens. Essaye ça.

Mlle Peck : Qu'est-ce que c'est ?

Ariel : N'est-ce pas un beau spectacle ? Ca doit être "Ladies Night". Essaye l'auto-bronzant, chéri. Tu en as vraiment besoin.

Matt : Ils ne vendent pas d'équipement nazi ni de bottes militaires dans ce rayon, Ariel. Dégage.

Ariel : Pour rater ce moment mémorable ? Pas moyen. Alors, le Travelo, Matt n'est-il pas fantastique au lit ? Hurles-tu de plaisir quand il te suce ? Parce que tu sais, j'ai toujours pensé qu'il aimait vraiment la bite.

Mlle Peck : Je ne suis pas avec Matt. On est amis.

Matt : Tu sais, tu es vraiment pitoyable, Ariel. J'en suis presque désolé pour toi.

Ariel : C'est pas moi qui sors avec un type en jupe, Matt. Quand toute l'école sera au courant, tu n'y survivras pas ?

Mlle Peck : Je n’aurais pas dû te demander de venir.

Matt : Non, c'est pas grave. Elle est cinglée, personne ne croit un mot de ce qu'elle raconte de toute façon.

Scène 18 : Salle de repos

Christian : Tu planques toujours des trucs ici ?

Sean : Pour occasions spéciales uniquement. Ou quand l'un de nous a vraiment besoin de se bourrer la gueule. Alors buvons...

Christian : aux chagrins d’amour, aux regrets.

Sean : A notre beau métier. Le seul domaine en médecine destiné à réparer ce qui n'est pas cassé et à reconstruire l'irréparable. Et... à mon nouveau fils ou nouvelle fille. Julia.

Christian : Tu te fous de ma gueule. Je ne savais même pas que vous couchiez ensemble.

Sean : Il suffit d'une fois. On ne se remet pas ensemble ou autre chose du genre, mais on s'est engagés à travailler ensemble, à essayer de ne pas tout foutre en l'air cette fois-ci. Bien que je présume... que l'enfant issu de nos patrimoines génétiques ne peut être qu'une réussite. Tu vois, Christian, peu importe la façon dont une relation est détruite, tant qu'il reste de l'amour, l'espoir de recoller les morceaux est toujours envisageable.

Kit : Hello, les mecs. J'espérais trouver Kimber ici.

Christian : Elle est allée en convalescence à De La Mer. Alors, ça y est, tu as arrêté Quentin ?

Kit : Au contraire. On a dû le laisser partir. On a découvert une nouvelle preuve qui l'élimine de la liste des suspects.

Christian : Qu'est-ce qui a bien pu contrecarrer la montagne de preuves qui l'incrimine ?

Kit : Voyez vous-même ……………………………

Christian : La vache ! Putain de merde !

Kit : Tout à fait. Comme vous pouvez le constater, Ca ne peut pas être Quentin qui a laissé un échantillon de sperme après m'avoir violée ……………………. Il n'a pas de pénis.

 

FIN (Ecrit par Sophia81)

Office of Sean

Sean: Tell us what you don't like about yourself, Miss Peck.

Ms. Peck: Can I start from the beginning?

Christian: Anything that can put you at ease as possible.

Ms. Peck: There are about 3 months, I met a guy in this bar that I frequent. He really knew how to treat a girl ... it was really nice. We went home for a nightcap and we started flirting and everything was fine until he realized that I was a pre-op. He threw me down and put me kicking me break ribs. And then he started to box the face and disfigured me. And then, when I redid my face ...

Sean: is a licensed plastic surgeon that you did that?

Ms. Peck: I'm pretty sure he had a license. He was Vietnamese, so I did not understand. But my friend told me about him. He took care of his chest, and it was a good job. And, you know, it was cheap and I did not have much money. I guess I got for my money. I spent my last penny to my face again. The insurance did not want to cover, they said it was my fault. And then I lost my job as a bartender because they said I was away customers.

Sean: We would be happy to restore your face as you wish, Miss Peck. We have a payment system long term seems to be your best option.

Ms. Peck: There is only one option, Dr. Mcnamara. You're going to do my surgery for free. Or I'm going straight to the police.

Sean: Excuse me?

Ms. Peck: The real little angel that struck me was your son. I am sorry not to be more distinguished.

Sean: You dare threaten us what you did to Matt?

Ms. Peck: I do not want that getting compensation for what he did to me.

Sean: And to a pulp before his piss was not enough? Call the police. You can use my phone. They already know that someone was assaulted. Now I can tell them who to stop.

Linda: Excuse me, Dr. Troy. A package has arrived for you.

Christian: Sign.

Linda: The package is bleeding.

Clinic

Sean: No return address.

Christian: It is necessary that the serial numbers to compare our records.

Sean: You think they belong to one of our patients?

Christian: He has something inside it. "Beauty is a curse on the world."

Sean: You were right. They belonged to one of our patients. They are Kimber.

Office of Christian

Christian: Each breast implant has a serial number in case of return or default.

Kit McGraw: Habeas corpus, Christian. You can not start an investigation when there is no evidence of crime.

Christian: Since when have implant bleeding of a woman who has been missing for several weeks is not evidence of crime?

Kit: How do you know that Kimber has not removed itself?

Christian: Because she loved them. This is the first thing I gave him. Our first surgery together.

Kit: Speaking of surgery, what do you think of my face? The surgeon who agreed to do so was a super good job, do not you think?

Christian: Do not even try to make me feel guilty, Kit. After what you did to me through, you're lucky that I did not take over you with a scalpel.

Kit: If I knew you'd still be injured have been plated before the altar.

Christian: This proves that I was not plated. Someone has kidnapped and held hostage. And someone forced her to write the word.

Kit: It seems to be asking a fucking effort. Who could do this?

Christian: Quentin. Listen, it has always been resentment for me. Only an artist would know about the serial numbers on the implants. You know something?

Kit: Quentin is under investigation since your release.

Christian: It's great. Then indicted him.

Kit: We have nothing solid yet. Everything is just circumstantial.

Christian: It does not prevent thee to stop.

Kit: Yes, and since then my bosses shook my bridle. They do not want another mistake.

Christian: Look, if there is not even a miniscule chance that Kimber is alive and that Quentin knows something about this, you should charge him for questioning.

House Sean

Sean: Hey, Matt. What's going on?

Matt: Mom's sick. She keeps stacking everywhere. I thought maybe you had stashed Tamiflu here.

Sean: I have the firm. I bring it in the morning. How's your girlfriend?

Matt: It was broken.

Sean: One of your friends went to the cabinet today. Cherry Peck.

Matt: What did she want?

Sean: She wanted him to do a free facial reconstruction. I told him I would call the police if I saw her.

Matt: His face still bears traces of what happened?

Sean: She has already undergone curative interventions. All she could afford, it's a lousy pharmacy.

Matt: So it is still disfigured.

Sean: That's not the problem. She tried to blackmail us. Implants in her cheeks are too big. He has a scar on his forehead. It has to redo her nose.

Matt: I want you to restore his face, Dad. If nobody does, she will always look like a monster because of me.

Sean: She is thee assaulted her friends, Matt. This is a monster.

Matt: I know I should not expect anything from you. I have not exactly been a model son recently. But ... I made a mistake. And you're the only one who can help me fix it. It would mean a lot to me.

Apartment Julia

Sean: It did not seem to go. Morning sickness is that bad?

Julia: I can not keep anything.

Sean: I've brought you the vitamins B6, crackers, the ginger ale. Try to avoid anything that is spicy, fatty or fried. Like french fries, chocolate or ... Sorry. Absorbs plenty of fluids. It's even more useful. And rest. There is still a good side. Some doctors have found a correlation between miscarriage and did not have morning sickness. So from that standpoint, it is that you vomit. Why are you wearing? You're not going to work, is not it?

Julia: Of course I go. The SPA is full. And I have to take care of my patients.

Sean: Well, you'll have to find someone to replace you.

Julia: Many women work during pregnancy, Sean. I always attended all my classes when I was expecting Matt, you remember?

Sean: Yes. But you had 22 years, Julia. The baby of a woman over 40 has at least 1% chance of being Down syndrome. And the risk of developing any form of chromosomal abnormality are even worse. Now we do not have to worry about before getting test results that I planned for Thursday with Dr. Fitzer.

Julia: Fitzer is not my obstetrician.

Sean: If we want to ensure that it works, you gotta let me help you, Julia. Doing things for you. That's why I think you should come home.

Julia: I will not return home, Sean. I mean, this baby is not the missing piece of the puzzle in our relationship. I never misled into thinking that we would return to our previous situation, Sean.

Police station interrogation room

Quentin: The last time I saw you, my tongue was in your mouth. It was certainly much better than that. Am I under arrest?

Kit: I want to talk to you about Kimber.

Quentin: Kimber? At last, she had planted in front of the Christian altar. It's the smartest decision she ever made, if you ask me.

Kit: It has disappeared. And I think you're there for something.

Quentin: Are you kidding? I could not even spend a long weekend with this idiot. I like women with an IQ higher than their waist.

Kit: Really? I thought you loved him well. You love his movies, if I remember correctly.

Quentin: I know its catalog, so what? This is true of hundreds of thousands of other types.

Kit: And Rhea Reynolds? You and Christian were the only ones who know it was ... how do you call it? A sham? It must have been enjoyable having him undergo surgery without anesthesia correct.

Quentin: It was Liz's fault. His figures were wrong.

Kit: I know you have no alibi for the night when Rhea was killed nor the night when you have raped and torn.

Quentin: Why should I be raped? You were very willing to spread their legs like a gymnast Romain for me.

Kit: Rape is not sex, Quentin. It's about power. And you had the impression of having lost when I stopped risking Christian to give all the glory of your butcher.

Quentin: So now I am the Reaper? Kit, if you want to catch this type, then I recommend you expand your range of suspects beyond those who know if you are shaved, shaved or natural?

Kit: You forgot to use a condom when you raped me. Thanks to your neglect, we now have a sample of sperm Chopper in our case. When I have matched it with your DNA, you will stop making the Mariola.

Quentin: I hope you shall my DNA yourself kit. Oh, my god. I'm all excited now.

Kit: Where is Kimber?

Quentin: I have no idea. I would check out your ass, but you are so full of crap that I do not think there is room for her there.

Kit: I asked for a mandate to judge Nixon. When I have his approval, you'll have to give us a DNA sample.

Quentin: You want me to masturbate now?

Kit: I'm gonna do it in the rules. When I have dropped, the case will be better tied a vestal virgin.

Quentin: Heh. Be careful where you step, Kit. You've bungled this case once. Another false arrest and you will return to London to tickets to people who do not pick up their dog droppings.

Room adjacent to the interrogation room.

Christian: You have to make him talk.

Kit: No, it's not worth it. Kimber has been found.

Hospital, waiting at the entrance of emergency

Christian: How is she?

Kit: An officer of the FHP was found to be wandering naked along Alligator alley. For some unknown reason, he drove it yesterday in the Everglades and threw it out.

Christian: I can see it?

Kit: Not yet.

Christian: Bullshit. This is my fiancee.

Kit: She does not want to see you, Christian. She does not want you to the tracks.

Christian: Tell me what he did.

Kit: The breast implants were the least of his butcheries. It reversed each operation that thou hast done. Without anesthesia.

Christian: Reverse? I must have played at least 10 interventions on it last year. Tell me what he did.

Kit: After a face of Carver, he withdrew the piece of cartilage that you used to rebuild his nose. Then he sucked his lips collagen by removing a large portion of tissue saturation. He also burned his skin to recreate the sun damage you have repaired. Then he pumped rotten chicken fat in the abdomen. It has caused a horrible infection that was untreated. He removed her implants as an act of brutality final psychotic.

Christian: I see. I have ... Tell him I can fix everything that this animal did to her.

Kit: Kimber identified with his appearance, Christian. She is on a tightrope. You could see the tip.

Christian: Or get him back to his senses.

Kit: I can not run that risk. Kimber is the best witness we have. If she falls in shock and can not give us info, she has crossed all in vain.

Operating room, operation of Miss Peck

Ms. Peck: Dr. Mcnamara? I wanted to thank you for having changed his mind. I think it's best for us all.

Sean: I do not practice this procedure due to your threats, Miss Peck.

Ms. Peck: Then why are you doing?

Sean: Because my son asked me. Matt said that we all suffered enough from what had happened. We need to rebuild instead of letting our past haunt us longer. Count down starting from 10.

Julia dream:

Sean: Do not worry, I'm here. Everything will be alright. Relax, Julia. Close your eyes and relax. It could be your last chance to get pregnant.

Julia: Come on. It hurts.

Sean: The skin is very elastic. It will heal. You look to be 20 years old after all. Right?

Julia: Why is it ticking too loud? Stop it.

Sean: You do not want to stop your biological clock, Julia. I enjoy. I enjoy. Anyway, if you want to do this, you will need a facelift. Otherwise everyone will take you to the grandmother. Begin by removing the bags under your eyes. Then there you tighten the forehead skin. Oh, forget it. It's too late. You lost waters.

Julia: No.

Sean: Put on that. You're late for intervention. We can fix this. Nobody will ever know what she did.

Julia: What did you do to my baby?

Sean: We had a little work to do, that's all.

Christian: We had to make it respectable, Julia.

Quentin: You did a wonderful job, Julia. It is almost human.

Sean: It's so irresponsible to have a baby at age 40.

Christian: We did everything we could to repair your work, darling.

Julia: What did you do to my baby?

Awakening Julia

Julia: Hello. It's ... Julia Mcnamara it. I want to take an appointment with Dr. Allenby soon as possible.

Hospital

Sean: I'm sorry, Christian. I'm really sorry.

Christian: I should have known she would not have left like that. Kimber loved me.

Sean: It's not your fault. And blame you not bring him anything.

Christian: I just want to see, understand?

Sean: Hello. I'm Dr. Sean McNamara. I am a visual artist. Let me give you my card.

Guardian: What for?

Sean: Nothing. I thought you might want to be taken care of early in your double chin. You have a beautiful profile.

Kimber: Who's there?

Christian: It's me, darling. The guard would not let me. While Sean was bribed. Is what I can bring you something, darling?

Kimber: Go away.

Christian: Do not say that please. Missed you so much.

Kimber: Why did you not looking?

Christian: I thought you had left. I thought you found your minds.

Kimber: You left me to die. You let me do that.

Christian: Kimber, please. I do not begrudge that.

Kimber: It would not have hurt if you had not done all these interventions. You made me believe that I needed to make you love me. It's the truth. Beauty is a curse on the world.

Christian: Please do not. Please. I beg you, do not let it poison everything we have toward one another. I wish that we started from scratch. I want us to rebuild our lives together.

Kimber: You're not going to want more from me. I am a monster. At our first appointment, you gave me 8. You have been honest with me. You gotta tell me how you give me now, as honestly as that day. I await your rating!

Christian: I'll give you back your 10, my darling, I promise. I'll give you back your 10.

Hospital, ultrasound Julia

Dr. Allenby: I'm glad you decided to do a CVS test. I recommend it to every time and the sooner we become aware of any irregularities, the sooner we can prepare ourselves to cope.

Julia: It's not that I'm superstitious about it, but you know, considering my age and the fact I had two healthy children, I feel that having this baby c ' is tempt fate.

Dr. Allenby: That's why we're here, Julia. To remove uncertainty. And we're the first quarter. We have time. I'll do an ultrasound to guide the catheter into the cervix. You know, we can film the ultrasound if you want.

Sean: I have a video, if that's okay.

Dr. Allenby: Let me take a blank DVD. I for one second.

Julia: Look, Sean, I know I was harsh with you the other day, but it is normal that you are playing a role in all this, and I intend to respect it. Thank you for coming.

Sean: That baby will grow, be strong and healthy, Julia.

Dr. Allenby: How are Matt and Annie? It's been long since I have not seen.

Julia: They are doing very well. Matt is in terminal and Annie goes to college next year.

Sean: They grow up too fast.

Dr. Allenby: I understand what you mean. I feel I have missed any child of Jessica. I mean, between work and share custody ... Breathe ... We do not see that when I took him to his father. This is one reason why it's so nice to see you together again. OK. Now we can go. So ... you will feel a little prick when I push the needle. You feel good, Julia?

Julia: Yes.

Operating room, operation Kimber

Kimber: Oh, my god.

Christian: How are you darling?

Kimber: I want to leave here. I can not ... all these vessels, it reminds me of this place.

Christian: You're a victim of post traumatic syndrome. It's normal for someone who has suffered the kind of events that you experienced. OK? It's okay. I promise ... .. Let him 10 cc. I'll take care of you from now on. Are you sure want to undergo all procedures in one fell swoop? The recovery will be less painful if you do not do one at a time.

Kimber: No. I want you to fix everything. I do not want to wait again for who I was.

Christian: I'll be there when you wake up, OK?

Kimber: OK. Wait. Wait, Christian. You can stay here until I fall asleep?

Christian: Sure.

House convalescent patients

Sean: Continue to apply this for two weeks. It will help your skin heal faster.

Ms. Peck: I want you to know how much I appreciate what you did.

Sean: You want to see what happens?

Ms. Peck: I'm beautiful.

Matt: Hello. This is really a success, Cherry.

Ms. Peck: Your father took care of your face too?

Matt: Yeah.

Ms. Peck: You did a wonderful job, Dr. McNamara.

Sean: Yes, indeed. Well, I'll let you both.

Ms. Peck: I believe he had not finished applying this stuff.

Matt: Oh, leave. I will. I just wanted to tell you that ... You know, I was not really.

Ms. Peck: It's really you who asked your father to operate on me?

Matt: Yeah.

Ms. Peck: I'm sorry too, Matt, what we did to you. Even if somewhere you had earned.

Matt: Yeah.

Ms. Peck: You think that's really successful?

Matt: Yes, of course.

Ms. Peck: I plan to make my vaginoplasty next year. In addition to all these taken hormones.

Matt: That's great, Cherry, but I do not think ...

Ms. Peck: No problem. It's just hard to refrain from dragging a guy as cute as you.

Matt: Thank you.

Ms. Peck: Look at me. I'm going to need cosmetics. A girl has to develop, y'know?

Matt: What? This sticky stuff is not what you had in mind?

Ms. Peck: No.

Matt: Really?

Police station

Kit: Remove your pants, Quentin.

Quentin: You first.

Kit: Pursuant to my request, the mandate of Judge Nixon gives me any power. If you do not give us everything we need, I'd be happy to stop.

Quentin: So stop me. You will not find anything that connects me to these mutilations. I am innocent.

Kit: It is for me to judge. Now, remove your pants. No reason to be ashamed. I've had in me, do you remember? Just before you slash my face. Rarely forget a dick, especially when you rape me.

Quentin: If we had slept together, you would remember me.

Kit: Prove it.

House convalescent patients

Kimber: Hey, baby. How did it go?

Christian: Perfectly well. You've been incredible. Let me give you a mirror so you can see what you look like.

Kimber: No, no, no. I don't want to mirror.

Christian: I understand. You'd rather wait until the healing process is complete.

Kimber: No. No. I never want to mirror. I had to accept that you restructure to me that the world does not start running in my view. I'll never be able to look at me without seeing the pain.

Christian: Do not say that, darling. We're going through everything together. And soon you'll be cured, it reprograms the marriage.

Kimber: Marriage? What are you talking about?

Christian: I speak not to let this monster we take everything we have.

Kimber: But he has already taken everything I had. I no longer do all that, Christian. I can not be part of this lovely couple that spends $ 600 per month in UV sessions, which spends an hour just to prepare to go to the gym, which estimates the value of people based on their percentage of fat .

Christian: It's perfectly normal. It's called Stockholm Syndrome. The abducted sympathize with their captors. It is a system of survival.

Kimber: It was not my jailer. You, though. Porn also. It was just the man who held the mirror that reflects our lives and beautiful surface, showing me how they were grotesque. It was just a perfect mask concealing ugliness. How am I supposed to be with you while your job is to get this mask to anyone?

Christian: I'm going to chuck everything. We can go and take care of lepers, I do not care. I need to be with you, Kimber.

Kimber: I know, baby. But I need not to be with you.

In a mall

Ms. Peck: What do you think of that?

Matt: A little pale.

Ms. Peck: You're right. I am "Spring" and it gives me an air of "winter". Maybe it. It is a bit redder.

Saleswoman: Can I help you?

Ms. Peck: Yes, hello. What do you think of this cream base?

Salesperson: It is hypoallergenic. But it will not do much if you apply a layer as thick, my dear.

Ms. Peck: I've just had surgery, and I want to hide the scars.

Saleswoman: This is not a drugstore. This product is very expensive. Did you intend to buy a bottle or just to spoil all our samples?

Matt: What's your problem, ma'am? You treat your customers like crap?

Saleswoman: There is not a client until he has bought nothing. I used to people like you. They never buy anything.

Matt: And you imagine that you will buy something now? Listen, my friend was more than polite to you, and you treat her as if she was a whore? Let me tell you something. She is a lady you never will.

Ms. Peck: You did not do that.

Matt: Hey, you do not deserve this crap.

Ms. Peck: But I'm used to.

Matt: Hey. Try this.

Ms. Peck: What is it?

Ariel: Is not this a beautiful sight? It must be "Ladies Night". Try self-tanner, darling. You've really needed.

Matt: They do not sell equipment or Nazi military boots in this range, Ariel. Emerges.

Ariel: To miss this memorable moment? No way. Then, the transvestite, Matt is not it fantastic in bed? You scream of pleasure when you suck? Because you know, I always thought he really loved the dick.

Ms. Peck: I'm not with Matt. We're friends.

Matt: You know, you really are pathetic, Ariel. I almost feel sorry for you.

Ariel: That's not me going out with a guy in a skirt, Matt. When the whole school will know you will not survive?

Ms. Peck: I should not have to ask you to come.

Matt: No, it does not matter. She is crazy, nobody believes a word she says anyway.

Rest room

Christian: You always hideouts stuff here?

Sean: For special occasions only. Or when one of us really need to getting drunk. So drink.

Christian: the heartaches, regrets.

Sean: To our wonderful profession. The only area of ​​medicine designed to fix what is not broken beyond repair and rebuild. And my new son and new daughter. Julia.

Christian: You kidding me. I did not even go to bed together.

Sean: Just once. It is not recovering all or anything like that, but we committed to working together, trying not to screw it up all this time. Although I suppose ... the child of our genetic heritage can only be a success. You see, Christian, regardless of how a relationship is destroyed, as long as there's love, the hope of picking up the pieces for this.

Kit: Hello, guys. Kimber I hoped to find here.

Christian: She went to convalesce at De La Mer So that's it, you stopped Quentin?

Kit: On the contrary. We had to let him go. We discovered new evidence that eliminates the list of suspects.

Christian: What has been thwarting the mountain of evidence that incriminated?

Kit: See for yourself.

Christian: The cow! Holy shit!

Kit: Absolutely. As you can see, It can not be Quentin left a semen sample after having violated. He has no penis.

Kikavu ?

Au total, 20 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

wolfgirl88 
22.06.2018 vers 01h

Siobhan62 
19.10.2017 vers 21h

Ali3nBrain 
14.05.2017 vers 13h

jonathan68 
16.12.2016 vers 12h

RonanBart 
05.10.2016 vers 15h

LovelyEmy 
Date inconnue

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 2 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Découvrez le numéro 11 de notre magazine HypnoMag avec une interview exclusive de Jaicy Elliot !
HypnoMag | Découvre le numéro 11 !

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Julian McMahon interviewé par Télé Loisirs

Julian McMahon interviewé par Télé Loisirs
Julian McMahon a été interviewé par Télé Loisirs.  Il s'exprime sur la série Marvel's Runaways dans...

Dylan Walsh | Whiskey Cavalier bientôt sur TF1

Dylan Walsh | Whiskey Cavalier bientôt sur TF1
L'acteur Dylan Walsh est dans la série Whiskey Cavalier, qui sera diffusée sur TF1 à partir du 29...

Julian McMahon dans la série F.B.I.

Julian McMahon dans la série F.B.I.
Julian McMahon apparaît dans la série F.B.I. créée par Craig Turk & Dick Wolf. Il apparaît en effet...

Design Nip Tuck

Design Nip Tuck
Un tout nouveau design signé Spyfafa et placé sous le soleil de Miami est en ligne ! Merci pour sa...

Julian McMahon | Swinging Safari sortira en Amérique

Julian McMahon | Swinging Safari sortira en Amérique
Le film australien Swinging Safari réalisé par Stephan Elliott est sorti il y a un peu plus d'un an,...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

chrismaz66, Hier à 12:11

Bonjour, 2 nouveaux sondages Kaamelott et Torchwood, l'un des 2 est drôle ^^

Steed91, Aujourd'hui à 08:57

Nouveau sondage concernant l'épisode 10.21 (pour son titre VF) de la série Modern Family

Steed91, Aujourd'hui à 08:57

Venez nombreux, vous pouvez voter même si vous ne connaissez pas la série

stella, Aujourd'hui à 13:33

Un nouveau thème attend vos votes dans les préférences. Merci aux votants

James723, Aujourd'hui à 18:20

Nouveau sondage sur Malcolm, venez nombreux, merci !!!

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site