VOTE | 51 fans

#216 : A double tranchant

Titre VO:Joan Rivers
Scénariste:Ryan Murphy
Réalisateur:Ryan Murphy
1ère diffusion américaine: 05 Octobre 2004
1ère diffusion française: 19 Janvier 2005
Casting:William Gregory Lee (Dave), Joan Rivers (elle-même), Alec Baldwin (Dr Barett Moore), Famke Janssen (Ava Moore), Kelsey Lynn Batelaan (Annie McNamara), Seth Gabel (Adrian Moore), Robert LaSardo (Escobar Gallardo), Tasha Smith, Conor O'Farrell, Todd Cattel, Mario Schugel.

Matt persuade Ava de partir vivre à Paris. Christian l'apprend et devient furieux, d'autant qu'il découvre le terrible secret de la jeune femme. Pendant ce temps, Sean est bien décidé à se venger du découpeur, il a même de quoi l'accueillir ...

Popularité


3.5 - 2 votes

Titre VO
Joan Rivers

Titre VF
A double tranchant

Vidéos

Promo 216

Promo 216

  

Joan Rivers

Joan Rivers

  

Christian / Le découpeur

Christian / Le découpeur

  

Plus de détails

Sean et Christian reçoivent la visite de la célèbre Joan Rivers qui désire être transformer afin qu'elle soit telle qu'elle aurait été si elle n'avait jamais été retouchée ; Sean et Christian acceptent l'intervention malgré sa lourdeur.

Le découpeur poursuit son oeuvre sanglante en mutilant de plus en plus profondément ses victimes . Sean va les "réparer " , car personne ne veut s'en charger.

Ava  est au fond du gouffre depuis que Adrian est partit quelques semaines plus tôt . Le scandale qu'a provoqué son départ à déclenché chez les gens de la méfiance , ce qui met Ava mal à l'aise . Matt lui propose de fuir à Paris , où ils pourront recommencer une nouvelle vie, celle-ci accepte mais elle a besoin de nombreux médicaments, Matt lui propose de les récuperer dans le cabinet de ses péres. Christian va le surprendre et il saura qu'il vaut partir avec Ava et qu'elle ne lachera pas prise donc il décide d'aller la menacer. C'est lors de cette visite que Christian va découvrir le secret de Ava : elle est transsexuel , un homme autrefois nommé Avery Tanner.


Pour faire Pression , Sean , Julia et Christian décide d'obtenir son dossier pour la pousser à rompre avec Matt. Ils découvrirent toute l'histoire de Ava , il y a 17 ans Avery Tanner était Philantrope et a rencontré le docteur Barret Moore dont il est tombé amoureux. Dr Moore l'aimait aussi mais pas dont la façon que Avery aurait voulu. Avery lui a demandé si être une femme ferait la différence , Barret a cru que oui donc Avery Tanner est devenu Ava Moore. Le résultat était parfait , du moins presque , Ava se sentait mal et était persuadait qu' un enfant ferait la différence . Donc L'assistante du doteur Moore a été fécondée avec son sperme  et neuf mois plus tard, Adrian a vu le jour. Au début tout se passé bien , mais Ava déprima sans raison et s'enfuit avec Adrian avant que Barret n'est pu pratiquer l'ultime intervention, la seule capable de trahir Ava, une cavité vaginale trop étroite et peu profonde. Ce que Christian a finit par découvrir...

Une fois le dossier en main , Julia met Ava au pied du mur en la forçant à quitter Matt qui finit par accepter mais à une condition que les docteurs Troy et McNamara la "terminent" .
Ava quittera Matt brutalement en le jetant dehors, et en lui disant qu'elle ne voulait que partir avec Adrian.Sean, Christian et même le docteur Barret terminent Ava, afin qu'elle soit vraiment une femme. Plus tard, Sean et Christian font découvrir par ordinateur à Joan, à quoi elle ressemblera après ses opération. Ecoeurée par ce qu'elle découvre, Joan décide d'abandonner son opération, ce qui n'est pas plus mal pour les 2 chirurgiens.

Toute la famille se réunit pour remonter le moral de Matt autour d'un repas rappellant le final de la saison 1.

Adrian rentre chez lui auprés de sa mère mais refuse de partir à Paris avec qu'elle et pendant qu'ils s'enlacent , Adrian se plante un couteau dans le ventre afin d'en finir , finallement Ava par seule à Paris , on n'en sait rien, Peut être .....

Pendant ce temps Sean tente de piéger le Découpeur en l'attirant chez lui, et en coupant toutes les cameras de surveillance. Mais le Découpeur est plus malin que çà, il fera Christian sa prochaine Proie dont le sort nous est inconnu...

Ecrit par bibou

Scène 1 : Bureau de Sean

Christian : Dîtes-moi ce que vous n'aimez pas chez vous.

Joan Rivers : Vous plaisantez ? Tout ! Ma peau pend tellement que mon gynécologue a besoin d'une lampe de poche pour s'y retrouver. Non, sérieusement, c'est Barbara Buzzburger qui m'a donné votre adresse, d'après elle, vous êtes les meilleurs plasticiens de Miami. Bon, elle m'a aussi conseillé d'acheter un apart' en Floride en oubliant de préciser que c'était la salle d'attente de l’enfer !

Sean : Qu'est-ce que nous pouvons...

Joan Rivers : Je veux lui ressembler ! Joan Alexandra Molinski. Née à Brooklin, a passé sa jeunesse à Larchmont, diplômée de Barnard...

Sean : C'est vous ?

Joan Rivers : C'est moi. Naturelle. Le visage et la photo. Je veux ressembler à ça !

Christian : A une fille de quatre ans ?

Joan Rivers : Je préfèrerais que ce soit vous qui m'opériez.

Sean : Vous n'avez pas encore dit ce que vouliez exactement.

Joan Rivers : Avant tout, signez ça, si ça ne vous ennuie pas.

Christian : Un accord de confidentialité ? Mme Rivers, tout le monde est au courant que vous avez eu quelques... interventions.

Joan Rivers : Quelques interventions ? Je suis encore plus rafistolée que Frankenstein! Voilà ce que je vous demande, je veux que les médias soient tenus à l'écart jusqu'à ce que ce soit terminé. C'est pour ça que je suis venue à Miami, plutôt que New York ou Los Angeles. Une fois que je me montrerai au grand jour, on va se faire tous les talk shows, Opra, Larry King, Régis et Kelly, la couverture de People Magazine, je sais que c'est jouable !

Sean : Tant qu'on reste clairs sur le fait que signer ceci ne nous oblige, en aucun cas, à faire l'intervention.

Joan Rivers : Il n'y aucune forme d'obligation, je veux juste que vous n'en parliez à personne.

Christian : Excellent !

Joan Rivers : Bien. Voilà donc. J'ai toujours voulu avoir une jumelle pour savoir quelle tête j'aurais si je n'avais pas fait tous ces liftings....mais je n'ai pas de jumelle, je n'ai que moi. Je veux que vous m'opériez pour me faire ressembler à la femme que j'aurais été si je n'avais jamais été Joan Rivers.

Christian : Je ne comprends pas. Vous voulez qu'on vous retouche le visage pour vous redonner votre apparence d'origine ?

Joan Rivers : Oui, oui, ce sera comme un petit coup de viagra pour ma carrière ! Je pourrai ressortir toutes les blagues que je faisais sur moi à l'époque avant toutes mes opérations ! J'avais d'excellentes blagues ! Je suis tellement moche que si je ne me cache pas le visage, je me fais coller un PV pour attentat à la pudeur. Je vieillis tellement mal que je peux me faire faire une mammographie et une pédicure en même temps.

Sean : Mme Rivers, avec toutes les interventions que vous avez subies, ce n'est pas un peu trop risqué, juste pour relancer votre carrière ?

Joan Rivers : Ce n'est pas que pour ma carrière... C'est aussi pour mon petit-fils, Cooper. On s'entend incroyablement bien, c'est probablement la relation la plus honnête que j'aie eue avec qui que ce soit dans ma vie. Il m'aime comme je suis.

Sean : Pourquoi voulez-vous changer alors ?

Joan Rivers : Je ne suis qu'une illusion ! Ecoutez, je sais que c'est moi qui ai démystifié la chirurgie plastique. C'est moi qui ai dit à toutes ces femmes au foyer, "vous n'aimez pas votre visage, changez-le !" Mais aujourd'hui je veux envoyer un autre message. Mon petit-fils, il est si......il est si pur ! Il est heureux comme il est ! Et je ne veux pas qu'il change ! Je ne veux pas qu'il grandisse en redoutant la vieillesse ! Je ne veux pas qu'il soit malheureux parce qu'il a de l'acné à 20 ans, ou parce qu'il perd ses cheveux à 40 ! Je veux juste qu'il sache qu'il n'y a pas de quoi avoir honte ! C'est l'ordre naturel des choses. Grâce à vous, je vais refaire la une des magazines ! ...avant.....après... Personne n'a jamais tenté un truc comme ça ! C'est de l'or en barre ! Dîtes-moi, ça ne me ferait pas de mal de faire une couverture, la dernière fois, ça remonte à 1994, les salopiots ! Alors quoi ? Je vous propose l'ultime opération de chirurgie plastique ! Vous êtes partants ?

Générique

Scène 2 : Maison d’Ava

Matt : Je ne te vois plus jamais sourire... Parle-moi, Ava... Dis-moi ce que je dois faire pour te rendre heureuse.

Ava : Je ne serai plus jamais heureuse.

Matt : On n'est pas heureux, là ?

Ava : Tu es dans un petit cocon douillet. Mais une fois qu'on aura quitté la sécurité du nid, ils seront toujours présents, avec leurs jugements et leurs critiques... Pour nous torturer... Ils ne comprendront jamais... A leurs yeux, notre relation est impie.

Matt : On a qu'à partir... On a qu'à partir et démarrer une nouvelle vie, ensemble... Allons à Paris !

Ava : Ma vie est ici, Matt...

Matt : On mangera des croissants toute la journée... On boira du vin et on fera l'amour...

Ava : Je ne peux pas, Adrian risque de revenir...

Matt : Tu as un téléphone portable...

Ava : J'ai des problèmes médicaux...

Matt : On trouvera un médecin à Paris, je prendrai des médicaments à la clinique de mon père en attendant.

Ava : Tu as toute ta vie devant toi.

Matt : Pas sans toi....tu souris... Dis oui, Ava... Dis oui !

Scène 3 : Bloc opératoire, opération d’une victime du découpeur

Liz : Mon Dieu, est-ce que ça va s'arrêter un jour ? Quatre victimes, ce mois-ci...

Sean : Les blessures de son visage semblent plus graves que les autres.

Liz : Il devient de plus en plus sûr de lui. On dirait qu'il a l'impression de ne pas en faire assez pour attirer l'attention ! C'est toi qui lui vole tous les gros titres dans les journaux.

Sean : Je ne le fais pas volontairement.

Linda : Alors pourquoi vous opérez encore une fois une de ses victimes, Sean ?

Sean : Parce que tous les autres plasticiens du coin ont la trouille de le faire. C'est un contrat moral. J'arrêterais si je pouvais, mais ce n'est pas possible. Lame de 15 !

Vision Escobar : Sean ! Ca roule, ma poule ?

Sean : Ca va me servir à quoi, ça, exactement ?

Vision Escobar : Tu es à l'origine d'une guerre, Sean... Il va te falloir un peu plus qu'un scalpel pour en venir à bout ! Hey, ma belle ! Comment va la jambe ?

Sean : De quoi vous parlez ?

Vision Escobar : Toi et le Découpeur, mon pote ! Tu te souviens de ce qu'il a dit ? Opère encore une fois une de ses victimes, et il va s'occuper de toi ! T'as demandé le moyen de l'arrêter ! Je te réponds ! Fais-lui la peau !

Sean : Tu sais mieux que quiconque que je suis incapable de me servir d'un flingue ! Lame de 15 !

Vision Escobar : Couille molle ! T'as peut-être besoin d'un peu plus de couilles au cul, frérot !

Sean : Tu sais que j'ai des couilles, si tu es en prison, c'est à cause de moi !

Vision Escobar : C'était ton heure de gloire, hein ? La vérité, c'est que si t'es un homme, c'est grâce à moi !

Sean : Arrête tes conneries !

Vision Escobar : C'est moi qui t'ai donné les couilles de prendre un flingue ! Je t'ai donné la force de risquer de tuer quelqu'un pour sauver ta peau, celle de ta famille et ton cabinet ! Je t'ai forgé le caractère ! A quoi ça t'a servi ? C'est quoi cette chanson à la con ? ……… Ouais, ça, j'aime ! Putain, ça me manque les années 80...

Sean : Coupe ça, je ne peux pas travailler dans ces conditions.

Vision Escobar : Tu crois que réparer son visage va changer quelque chose ? Tu veux rétablir un semblant de paix dans ce bordel, Sean ? Faut que tu te prépares à un duel avec le Découpeur ! Comme tu avais fait avec moi ! Je crois qu'elle a besoin d'oxygène...

Sean : Non, je ne recommencerai pas une deuxième fois !

Vision Escobar : Oh que si, car tu aimes vivre dangereusement ! Il est tellement renfermé sur lui-même, pauvre Sean... Il faut que tu flingues ce type ! Rétablis la paix et tue le Découpeur !

Liz : Tue le Découpeur !

Vision Escobar : Ne me dis pas que ce type te fait plus peur que moi, je suis jaloux, là !

Sean : Ferme-la !

Vision Escobar : Viens me la fermer !

Sean : Flingue !

Vision Escobar : Bien, prêt ? Vise ! Tire !

Il tire et se réveille dans son lit.

Scène 4 : Clinique

Christian : Qu'est-ce que tu fais ?

Matt : Oh, rien ! Heu... je voulais juste...

Christian : Temesta ? T'es en train de faucher des antidépresseurs ?

Matt : Ecoute, c'est pas la grande forme en ce moment, et j'ai pas eu le courage de les quémander et de subir un interrogatoire.

Christian : Helix ? Tu ne sais pas que c'est dangereux, l'auto-médication ?

Matt : Du calme, ils vendent ces trucs-là à l'école... Lâche-moi !

Christian : Le citrate de clomiphene n'a rien à voir avec le stress, connard ! J'en ai ras le bol de tes mensonges, Matt. Je ne sais pas ce que tu manigances mais il est clair que ces pilules ne te sont pas destinées. Soit tu me dis pourquoi tu volais ces médicaments, soit je t'emmène voir les flics et je leur conseille de te foutre en taule !

Matt : C'est bon ! Ces médicaments sont pour Ava. Je fais mes provisions.

Christian : Pourquoi ?

Matt : Parce qu'on s'en va. Pour toujours.

Scène 5 : Maison d’Ava

Ava : Allez-y, signalez-moi à la police. Je nierai tout en bloc, Matt corroborera mon histoire et la seule chose que vous aurez accomplie sera une action en justice contre votre propre fils.

Christian : Matt n'ira pas en prison, mais vous, si !

Ava : Le vol de produits pharmaceutiques est un crime, faites donc un peu de recherche personnelle avant de venir chez moi et de vomir vos menaces débiles. C'est bon la vodka. Si je me souviens bien, la dernière fois que vous êtes venu pour me menacer, vous n'en avez pas laissé une goutte. Buvez et foutez le camp …….. Très barbare ! Malgré votre diplôme de médecin et votre vernis de culture, quand il s'agit des femmes et de la façon de les traiter, vous êtes un homme des cavernes.

Christian : Je ferais attention à ce que je dis si j'étais vous...

Ava : Sinon quoi ? Vous allez me frapper ?

Christian : Si vous étiez un homme, après ce que vous avez fait subir à ma famille, vous seriez par terre...

Ava : ...et vous seriez sur moi, n'est-ce pas, Christian? Vous me désirez, hein ?

Christian : Quand vous mouillez, c'est de l'acide ! Si je vous pénétrais, ma bite exploserait !

Ava : Elle exploserait, c'est clair... Matt n'est pas là... ...mais bien sûr, vous le saviez déjà quand vous êtes entré en brandissant ce gros bâton dont vous avez peur de vous servir... Vous n'êtes pas en colère parce que Matt et moi sortons ensemble, vous êtes jaloux...

Christian : Vous êtes folle ! Permettez-moi d'éclaircir la situation. Je ne quitterai pas cette maison de damnés avant que vous acceptiez de rompre avec Matt. Je vous tuerai plutôt que de vous laisser emmener Matt à l'étranger.

Ava : Rien à branler des menaces à la con ! Vous voulez que j'arrête de voir Matt ? Obligez-moi ! Vous voulez que j'arrête ? Vous n'avez qu'une seule chose à faire, Christian. Obligez-moi à avoir envie de vous. Dominez-moi ! Vous n'avez pas les tripes ! Tout comme Sean ou Julia. C'est moi qui contrôle tout, et c'est pas prêt de changer ! Je vois maintenant que vous n'êtes pas différent des autres ! Une larve, soumise, terrifiée par la moindre chose. Je suis une femme intelligente mentalement et sexuellement. Vous me décevez, Christian. Au bout du compte, vous n'êtes qu'une grande gueule.

Christian : Je vais te montrer, moi !

Ava : Vas-y !

Ils s’embrassent, la jette sur le canapé

Christian : Tu l’as voulue, et bien tu vas l’avoir !

Ava : Non, pas ça...

Christian : Tu veux être dominée ? C'est fait ! ………………..

Christian s’arrête net, se relève, se rhabille et s’en vas

Ava : Qu'est-ce qu'il y a ? Je suis trop femme pour toi ?

Scène 6 : Bureau de Sean

Inspecteur : Non, Sean, je ne peux pas cautionner ceci !

Sean : C'est la seule façon de mettre un terme à tout ça !

Inspecteur : Quand ?

Sean : Je ne sais pas, à la fin de la semaine ? Vous retirez les agents qui surveillent la maison, pour lui montrer que je suis vulnérable.

Inspecteur : On reste dans la maison...

Sean : Non, il est malin, il le sentira. On ne le dit à personne, que ce soit ma famille, mon partenaire, à personne. Je serai seul avec lui, juste moi. Une fois qu'il pensera avoir obtenu ce pourquoi il est venu, vous entrerez en scène ……… On est un peu occupés, là...

Christian : Ca peut pas attendre ! …………….

Sean : J'espère pour toi que c'est important.

Christian : Oh que oui …… Ava est un homme.

Scène 7 : Maison de Sean, dans la cuisine

Christian : Alors ?

Sean : C'est pas fini.

Julia : Tu es sûr que le manque de profondeur de son canal vaginal n'était pas naturel ?

Christian : Crois-moi, c'était pas quelque chose de naturel.

Julia : Tu es plasticiens, d'accord, mais comment tu peux en être si sûr ?

Christian : Elle est la perle rare des transsexuels, absolument parfaite !

Sean : J'ai appelé Abe Ruckman à la clinique des opérations pour transsexuels, Stéphanie Duncan au centre d'identité des gènes dans le Colorado, personne ne la connaît, Ava Moore n'a jamais existé.

Julia : ...en tant que femme, tu veux dire.

Sean : Ecoute, Julia, je pensais que c'était complètement aberrant jusqu'à ce que Christian me montre la liste de médicaments que Matt était en train de voler.

Julia : C'est du Chinois pour moi.

Christian : Les composants sont très ciblés. Spirolactine pour la poitrine, développement des mamelons. Premarin contre la sècheresse vaginale, tout ça prescrit à des doses de malade !

Julia : Ca ne peux pas être un dérèglement hormonale ?

Sean : Non, impossible !

Christian : On va devoir en parler à Matt.

Julia : Non. Si tout ça s'avère être vrai et qu'il l'apprend, il ne s'en remettra jamais. Il sera stigmatisé à vie ! Et s'il apprend que tu as baisé sa petite amie, il ne te pardonnera jamais et il ne te fera plus confiance, Christian.

Christian : Quoi ? C'est elle qui m'a sauté dessus.

Inspecteur : Les caméras de la chambre fonctionnent parfaitement, Sean tout comme celle de la salle-à-manger.

Christian : C'est quoi tout ça ?

Sean : Je suis en train de faire installer un nouveau système de sécurité. Merci, on se voit plus tard.

Inspecteur : D’accord !

Sean : Je ne trouve rien.

Julia : Laisse-moi essayer.

Sean : Ce qui est clair, c'est qu'on ne peut pas débarquer chez elle et l'attaquer sans preuves irréfutables. Il nous reste peu de temps avant son départ.

Julia : Au moins, elle pense comme une femme.

Sean : Hermès ?

Julia : Tu te souviens la fois où Susan avait engagé un détective privé pour suivre son mari ? Il lui avait parlé d'un site sur lequel on peut voir l'état des comptes de n'importe qui. Et Ava Moore dépense vraiment beaucoup chez Hermès à Vienna en Virginie.

Sean : C'est pas très loin Baltimore de Vienna ?

Christian : Quel âge a Adrian ?

Julia : 17 ans, comme Matt.

Christian : Il y a 17 ans si tu voulais changer de sexe, il n'y avait pas trente-six endroits où aller.

Scène 8 : Aéroport

Liz : La personne que vous devez voir à John Hopkins s'appelle Carol, ex-Carlos, elle y travaille depuis 10 ans.

Sean : On lui a laissé cinq messages sans succès, tu pense que le fait de se montrer en personne changera quelque chose ?

Liz : La communauté des transsexuels est très protectrice, ils ne s'ouvriront pas à des inconnus. Pour gagner leur confiance, il faut les rencontrer.

Christian : Comment deux inconnus vont réussir à gagner la confiance de qui que ce soit en cinq minutes ?

Liz : Pour l'amour de Dieu, Christian, tu as entourloupé la moitié de la population féminine de Miami. Sans oublier les transsexuelles...

Christian : Un seul ! et Ava a réussi à tromper tout le monde.

Liz : Pas tout le monde, je savais bien qu'il y avait une raison pour laquelle elle ne m'attirait pas.

Sean : Si notre charme naturel ne marche pas, tu as d'autres idées ?

Liz : Soyez compréhensif, essayez de les convaincre que vous êtes des professionnels qui essayent d'aider Ava, que vous vous faites du souci pour sa santé.

Sean : Je ne sais pas si je vais réussir à mentir...

Christian : ...moi, si ! Allez, on est en retard.

Scène 9 : Armurerie

Vendeur : Celui-ci est un modèle très fin et résistant, avec une poignée en caoutchouc, parfait pour assurer une bonne prise. Un excellent choix pour le barbecue et la préparation de la viande. Lui, c'est celui que je préfère. Un Buck Nighthawk. Très discret. Il est vendu avec un étui en nylon. Sa lame en métal est ultra-résistante, peu importe ce sur quoi vous allez l'utiliser. Vous avez d'autres questions ?

Adrian : Oui. Lequel vous conseillez quand on veut étriper quelqu’un ?

Scène 10 : Centre pour transsexuels

Patient 1 : Je suis allé dans des toilettes pour hommes dans un restaurant hier. Je n'ai jamais été aussi terrifié.

Thérapeute : Ca fait cinq ans que vous êtes un homme, vous avez sûrement déjà utilisé des toilettes pour hommes depuis votre intervention, non ? Alors pourquoi cette peur ?

Patient 1 : C'était des urinoirs... Tous les mecs pissaient les uns devant les autres. Le gars, à côté de moi, il allait peut-être remarquer que c'était un pénis tout neuf et il allait vouloir me bastonner...

Thérapeute : Y’a plein d’hommes qui sont gênés de pissé a coté d’un autre homme.

Patient 1 : Je sais, mais moi j’avais peur carole, tu sais ce que c’est d’avoir peur ?

Thérapeute : Oui …………..... Les aéroports. Réussir à passer la douane en tant que femme... La vache, depuis les attentats du 11 septembre, ils sont si attentifs au moindre détail maintenant... Si vous réussissez à passer la douane et qu'ils n'y voient que du feu, ça veut dire que vous êtes vrai ! …… C'est une réunion privée, puis-je vous aider ?

Christian : Nous recherchons Carol Nelson, en salle 305...

Thérapeute : Et vous êtes ?

Christian : Je suis le docteur Christian Troy et je vous présente mon partenaire, Sean McNamara. Nous avons essayé de vous contacter. Sophia Lopez nous a fourni vos coordonnées.

Thérapeute : Bon, on va faire une petite pause, allez vous détendre un peu et grignoter quelque chose......et on se revoit d'ici une dizaine de minutes.

Patient 1 : Merci

Thérapeute : En quoi puis-je vous aider ?

Sean : Nous sommes chirurgiens plastiques, nous sommes venus de Miami pour avoir des informations sur un patient.

Thérapeute : Vraiment ? Vu que vous êtes des chirurgiens et des amis de Sophia, vous savez probablement que les dossiers des gens ayant changé de sexe sont aussi secrets que des plans de construction d'armes nucléaires.

Sean : Nous en sommes conscients et nous comprenons parfaitement.

Thérapeute : Qui est le patient ?

Sean : Son nom actuel est Ava Moore ……………………………

Christian : Mon partenaire est le chirurgien qui a opéré Sofia, il l'a sauvée d'une intervention loupée...

Thérapeute : C'est touchant... mais ça ne change rien, messieurs. Vous voyez ces gens, ils sont fragiles. Alors pourquoi, moi, je devrais trahir leur confiance ? Si Ava Moore veut son dossier, pourquoi ne nous a-t'elle pas contactés ?

Sean : Parce qu'Ava a peur. Il y a dix sept ans, quand elle a été opérée, il n'y avait pas de communauté. Elle a besoin d'aide.

Christian : Sa paroi vaginale a cédé et sa vessie est passée à travers. Pour qu'on puisse s'en occuper, on a besoin de voir son dossier, elle dit qu'elle a eu un choc à l'anesthésie lors de sa première intervention. Notre seul but est d'aider Ava. Nous ne voulons pas mettre sa vie en jeu.

Thérapeute : Ce n'est pas à moi qu'il faut parler. Vous devez voir son chirurgien, il est à la retraite et c'est lui qui a son dossier. Où habite-t'il ?

Scène 11 : Dans les jardins d’un domaine

Sean : Dr Barett Moore ?

Dr Moore : Je vous attendais, docteurs. Je crois que vous connaissez ma femme ……………

Scène 12 : Maison du Dr Moore

Dr Moore : Pollinisateur. Des hybrides. Les premieres orchidées hybrides furent faites en 1858, depuis le processus a été grandement accéléré mais à cause de leur évolution artificielle et anormale, il est impossible de récupérer un pollinisateur utile, et la pollinisation manuelle n'est pas fiable et prend trop de temps. Il y a des mystères à résoudre.

Sean : Vous avez arrêté la médecine pour devenir botaniste ?

Dr Moore : J'ai arrêté la médecine car mon travail était accompli. Toutes les orchidées, ici, ont été altérées. Chacune évoluant pour devenir de nouvelles espèces, changeant leur identité...

Christian : Vous avez maîtrisé la technique sur les humains, pourquoi se tourner vers les fleurs ?

Dr Moore : Parce qu'elles sont fidèles et ne déçoivent jamais. La médecine et les humains sont si facilement... corruptibles.

Sean : Votre travail sur Ava Moore est fantastique, c'est le travail d'un génie de la médecine au sommet de son art.

Christian : Pourquoi arrêter alors que vous étiez au plus haut de votre succès ?

Dr Moore : Avery Tanner est la personne responsable du succès que j'ai connu. C'était un promeneur, ce qui veut dire qu'il "accompagnait" les riches femmes qui étaient en mal de causes philanthropiques. Il était très beau et particulièrement intéressé par le travail d'un jeune médecin inexpérimenté. Il amenait ces femmes à mes meetings et jouait de ses charmes pour qu'elles fassent don de grosses sommes d'argent pour des recherches médicales qu'elles ne comprenaient pas. Au début je pensais que, vu qu'il était homosexuel, le monde de la transexualité l'attirait à cause des possibilités que cela lui ouvrait, mais......ce n'était pas le cas. C'est moi qui l'attirait. Nous sommes devenus proches, mais je ne pouvais pas faire les choses qu'il voulait car ce n'était pas dans ma nature. Un soir, Avery est venu chez moi, désespéré, au bord du suicide et il m'a demandé si je l'opérais pour devenir une femme, pourrais-je l'aimer ? Et... je croyais en être capable... L'opération qui a suivi fut......parfaite. Merci, Harry, vous pouvez disposer. Pour tout le monde, nous étions comme n'importe quel couple, mais sexuellement, je......je ne pouvais pas oublier... Elle a pensé qu'un enfant pourrait rendre normal quelque chose qui ne l'était pas, alors on s'est mis d'accord, mon assistante serait fécondée avec mon sperme et porterait notre bébé. Après la naissance d'Adrian, les choses avaient l'air d'aller mieux, mais peu de temps après, elles se sont détériorées. Je ne pouvais pas lui donner ce qu'elle voulait. Ce n'était pas de sa faute. C'était moi, le raté ! Je ne pouvais pas la voir, elle. Je ne pouvais voir que mon travail.

Sean : Alors elle est partie ?

Dr Moore : Je suis revenu chez moi d'une conférence, un jour et ils étaient partis, je n'en ai plus jamais entendu parler ………… Comment va-t'elle ?

Sean : Elle a abandonné la philanthropie et elle est devenue conseillère en vie.

Dr Moore : L'ultime créature de transformation, transformant les autres... C'est poétique, docteurs, vous ne pouvez pas le nier.

Christian : Son comportement est loin d'être poétique....plutôt prédateur...

Sean : Ava Moore couche avec mon fils de 17 ans et le vôtre.

Dr Moore : Coucher avec des adolescents est compréhensible, ils n'ont pas l'expérience nécessaire pour la démasquer. J'avais prévu une dernière intervention. La reconstruction de la paroi vaginale. La rendre moins contigüe. Je pensais que ça lui apporterait un semblant de paix, de certitude, mais je n'ai jamais pu la trouver.

Sean : Ca nous aiderait de pouvoir voir son dossier.

Dr Moore : Vous savez que vous ne pouvez pas me demander ça.

Christian : On ne peut pas la confronter sans une preuve.

Sean : Vous n'avez pas pu sauver votre fils de ses griffes, Dr Moore. Donnez-moi au moins une chance de sauver le mien.

Scène 13 : Appartement de Julia

Sean : Je peux entrer ?

Julia : Je t'en prie.

Sean : J'aurais dû t'appeler avant. Ton ami est là ?

Julia : Kevin ? Non il travaille.

Julia : Tu l'as obtenu ?

Sean : Oui et je t'ai apporté autre chose, tu n'en auras certainement pas besoin mais bon, quand Kevin n'est pas là...

Julia : Arrête de faire ça !

Sean : Faire quoi ?

Julia : Passer me voir pour me donner une bombe lacrymogène, m'inviter à rester à la maison, tu n'as pas besoin de me protéger, c'est toi qu'on a attaqué !

Sean : On est peut-être séparés mais j'ai quand même le droit de me faire du souci à ton sujet.

Julia : Moi, je me fais du souci pour toi.

Sean : Pourquoi ? Je vais bien.

Julia : Ne fais rien de débile pour prouver que tu es courageux. On le sait tous ! ……………. Matt a accepté de vous voir ?

Sean : Oui, on va manger avec lui.

Julia : Parfait. Soyez direct mais allez-y calmement.

Sean : Tu es sûre que tu veux affronter Ava toute seule?

Julia : Oui, c'est moi qui l'ai amenée dans sa vie, c'est à moi de la faire partir !

Sean : Ca faisait longtemps que je ne voyais plus Julia en toi, mais juste ma femme. J'aime bien.

Scène 14 : Dans un restaurant

Ava : Qui est au courant ?

Julia : Nous trois, Sean, Christian et moi.

Ava : Les villageois en colère armés de leurs torches......tous réunis pour chasser le monstre à qui le savant a donné la vie !

Julia : Je ne crois pas que tu sois un monstre, Ava. Je pense que tu es une personne seule et triste qui agit comme un monstre pour faire face à ses démons intérieurs.

Ava : Fais attention à ta manière de parler, montre-moi un peu de respect ! Je suis une femme, je me fous de ce qui est écrit dans ce dossier !

Julia : Rompt avec mon fils et disparais de nos vies !

Ava : Ou quoi ?

Julia : Ou je lui raconterai tout. Et du coup, tout le monde connaîtra ton secret si bien gardé. Comme tu sais si bien, les secrets s'ébruitent facilement. L'as-tu aimé au moins ?

Ava : J'aimais le fait qu'il m'aime.

Scène 15 : Dans un restaurant

Matt : Ecoutez, je l'aime et je l'aimerai toute ma vie alors, si c'est encore un de vos stratagèmes pour me montrer qui elle est vraiment, ce n’est pas la peine! Je sais qui elle est vraiment, ce qui n'est pas votre cas.

Sean : C'est bon, on arrête les menaces, Matt. Ce n’est pas pour ça qu'on est là.

Christian : On est là pour t'aider... à 200 %.

Sean : On respecte ton choix, quel qu'il soit.

Matt : C'est elle que je choisis. On s'en va la semaine prochaine.

Scène 16 : Dans un restaurant

Julia : On te laisse jusqu'au début de la semaine pour rompre et disparaître....

Scène 17 : Dans un restaurant

Christian : et si tu as besoin de quoi que ce soit, de l'argent, ou d'un endroit où habiter avec Ava, on veut que tu saches qu'on est là.

Matt : Vous êtes sérieux ? Je comprends rien, qu'est-ce qu'il vous arrive, pourquoi maintenant ?

Sean : Pourquoi, tout simplement parce que tu as grandi, tu n'es plus un enfant, Matt. Tu es un homme, et on agit comme tel.

Christian : Si tout se passe bien avec Ava et que tu trouves un job à Paris, eh bien, tant mieux !

Matt : Et si ça ne se passe pas comme ça ?

Sean : J’espère que tu ne souffriras pas trop. Mais tu pourras rentrer à la maison, si tu en as envie.

Scène 18 : Dans un restaurant

Ava : Je ne sais pas où aller, je n'ai personne, je n'ai plus Adrian...

Julia : Je ne me fais pas de soucis pour toi. Et d'après ce que j'ai vu, tu es une battante! Les battants se refont une vie, ils renaissent des cendres de leurs échecs tout comme les phœnix qui s'envolent vers de nouveaux horizons !

Ava : Bon, Julia, la boucle est bouclée, c'est toi qui me donne des conseils, maintenant.

Julia : Pour te dire la vérité, Ava, tu es une excellente conseillère en vie. Sans toi, et ce que tu m’as obligée à vivre, je ne serais pas capable de te tenir tête aujourd'hui.

Ava : Je ne vais pas capituler si facilement, Julia. Vous voulez que je m'en aille, parle à tes médecins.

Julia : Qu'est-ce que tu leur veux ?

Ava : Qu'ils me finissent, qu'ils corrigent le seul défaut qui a révélé qui j'étais.

Scène 19 : Salle d’opération, opération d’Ava

Sean : Cette opération prendra moins d'une heure. Vous serez rétablie dès demain.

Ava : J'ai eu horriblement mal lors de ma dernière vaginoplastie. J'aurai mal aussi cette fois ?

Christian : Le dernier extenseur sera désagréable, mais le canal était déjà bien creusé, pas assez pour moi, c'est tout.

Ava : Vous pensez que c'est drôle, hein ? Je dois vraiment vous faire marrer !

Christian : En fait, Ava, je pense que vous êtes une des personnes les plus fascinantes que j'aie rencontrées.

Ava : Vous avez déjà fait beaucoup de ce genre d'opérations ?

Sean : Non, c'est pour ça qu'on a demandé de l'aide à un expert.

Dr Moore : Bonjour, Ava. Tu es plus belle que jamais. Adrian, quel genre d'homme est-il ?

Ava : Comme toi, intelligent, beau, en conflit avec lui-même...

Dr Moore : J'aimerais le voir.

Ava : Je ne sais pas où il est......ni s'il reviendra un jour... Je dois en finir une bonne fois pour toutes, Barett. J'en ai assez de me sauver...

Dr Moore : Ne t'inquiète pas, c'est pour ça que je suis là. Je vais finir ce que j'ai commencé.

Liz : Comptez de 10 à 0.

Ava : 10... 9... 8... 7.....................................................................................................................

Scène 20 : Maison d’Ava

Matt : Ava, je les ai ! Je les ai !

Ava : Quoi ?

Matt : Je disais que je les ai, deux billets première classe pour Paris.

Ava : Super, j'imagine que tu as pompé sur ma carte de crédit.

Matt : C'est que tu m'avais demandé de faire.

Ava : Oui, je sais, peut-être que tu aurais pu essayer de me faire une surprise et les payer toi-même !

Matt : C'est quoi le problème, encore ?

Ava : Toi ! Tu bouffes comme un porc sur un canapé à 25000 dollars et tu attends que maman nettoie ton bordel, je peux plus le supporter !

Matt : Je suis désolé ! Je ne voulais pas foutre le bordel !

Ava : Et pourtant c'est le cas ! C'est normal, les garçons foutent le bordel, quand ils boivent, ils laissent les traces de leur verre sur les tables laquées, ils ne lavent pas leur linge... De toute façon, ils sont incapables de s'assumer jusqu'à ce qu'ils aillent à la fac...

Matt : Oui mais moi, je ne vais pas à la fac, je vais à Paris avec toi.

Ava : Putain !

Matt : Quoi ?

Ava : Une autre trace de verre, c'est toi qui as fait ça ?

Matt : Je ne sais pas Ava, tu as tes règles ? Ecoute, t'es stressée et en colère. J'ai compris. Tu as besoin de vacances. Regarde, j'ai acheté un backgammon et des livres de mots fléchés.

Ava : J'aime pas le backgammon et je ne vais pas à Paris avec toi, c'est tellement cliché !

Matt : Qu'est ce qu'il s'est passé entre le moment où je suis parti et maintenant ?

Ava : Ca ne me va plus, Matt. J'ai déjà été une mère, j'ai pas envie de recommencer avec toi. Faire semblant de te considérer comme un homme alors que tu n'en es pas un, ça devient pénible à la longue. J'ai besoin d'un vrai compagnon. Il y a des choses que je ne veux pas accepter, des choses liées à l'âge... Des choses qu'il est absolument impossible que tu comprennes.

Matt : Tu as peur de l'inconnu, j'ai compris. On doit rester ensemble, comme on a toujours fait, on doit être forts !

Ava : Non, c'est toi qui as besoin d'être fort, Matt, on a eu une aventure et c'était génial, mais on n'a pas ce qu'il faut pour construire quelque chose de solide, on ne peut pas construire une relation basée simplement sur le sexe. C'était inévitable et dans l'ordre des choses. Un jour, tu le comprendras. Tu as encore des affaires ici ?

Matt : Non. Tout est là.

Ava : Bien, sois un bon garçon et va-t'en. T'as entendu, dégage, Matt, c'est fini !

Scène 21 : Bureau de Sean

Joan Rivers : Ce n'est absolument pas nécessaire, vous n'avez pas besoin de me montrer ça !

Christian : Nous serons plus à l'aise de savoir que vous êtes complètement informée sur l'intervention, c'est tout.

Joan Rivers : J'ai pas le temps de regarder vos trucs informatiques.

Sean : Il y plusieurs choses que nous voulions vous montrer. Regardez. Nous allons commencer par insérer un objet qui fonctionnera comme un ballon, pour élargir la peau aux endroits où elle a été liftée afin qu'elle puisse pendre naturellement. L'intervention suivante consistera à prélever du tissu de votre dos afin de le greffer sur votre poitrine, afin que vos seins retrouvent leurs poids et inclinaison naturelle.

Joan Rivers : En d'autres termes, je vais marcher sur mes seins, c'est bon, j'ai compris !

Christian : Nous ferons ensuite d'autres greffes...

Joan Rivers : Bla, bla, bla, s'il vous plaît, je vais être en retard pour mon émission ! Allez droit au but !

Sean : Absolument.

Joan Rivers : C'est qui, ça ?

Christian : C'est vous, Mme Rivers, c'est la tête que vous auriez si vous n'aviez pas fait d'opérations de chirurgie esthétique.

Joan Rivers : C'est écroulant ! Qui est-ce ?

Sean : Ces images de synthèse ne sont que des approximations du processus de vieillissement.

Joan Rivers : Cette mémé ressemble à E.T. !

Christian : C'est ce que vous vouliez.

Joan Rivers : Non, c'est pas ce que je voulais, ce que je voulais, c'était ressembler à une grand-mère pour Cooper, mais pas à ce tas de merde ! C'est quoi le problème ? Le gamin m'adore, je le fais rire, quand il me voit, il court dans mes bras, si je ressemble à ça, il va se sauver !

Sean : Je croyais que vous vouliez être naturelle.

Joan Rivers : Vous savez ce qui est naturel ? L'évolution ! Cooper ne vit pas à l'âge de pierre ! Il vit en 2004 ! On a la pince à épiler, l'acide alpha hydroxide et la chirurgie plastique. Dieu merci, car si je ressemblais à ça, vous imaginez un peu la tronche que j'aurai à 90 balais ?

Christian : Je suis content qu'on ait réglé ça suffisamment tôt.

Joan Rivers : Moi aussi ! Merci beaucoup de m'avoir prévenue ! Prenez-moi un rendez vous demain pour un autre lifting. Ben quoi ? Je suis dans le coin, ça m'occupera ! ……………………………………………

Sean : Alors... tu fais quoi, ce soir ?

Christian : On dirait bien que je vais préparer le lifting de Mme Rivers.

Sean : Julia passe à la maison avec les enfants. Matt habite avec elle, en ce moment, c'est pas la grande forme depuis la rupture avec Ava. Tu veux venir et casser la croûte avec la famille?

Christian : Je ne savais pas que Julia voulait que je refasse partie de la famille après tout ce qui s'est passé.

Sean : On a dit à Matt qu'il pouvait compter sur nous. Après ce qui vient de se passer, on a tous besoin d'être présents.

Scène 22 : Maison d’Ava

Adrian : Salut maman...

Ava : Mon Dieu... Adrian...Je me faisais du souci...Où étais tu ?

Adrian : J'ai squatté des vieux bateaux... tu sais le cunanan thing. T'en as rien à foutre de toute façon...

Ava : C'est faux !

Adrian : Tu t'en vas ?

Ava : A Paris... et tu viens avec moi !

Adrian : Moi et Matt, c'est ça ? On forme une sacrée famille, hein ?

Ava : Non, Matt et moi, c'est fini.

Adrian : Tu veux savoir ce que je pense, maman ? Je pense qu'il t'a larguée ! Il t'a larguée et t'es toute perdue car tu ne supportes pas de perdre ! Donc maintenant, tu nous laisses tous en plan, car ça, tu sais faire !

Ava : J'avais peur que tu sois parti pour de bon......mais là on peut repartir à zéro, toi et moi.

Adrian : On arrête toutes ces conneries maintenant ! On est tous pourris jusqu'à la moelle.

Ava : D'accord, viens avec moi, on en parlera dans l'avion. Regarde, j'ai deux billets. On ne sera que tous les deux, c'est ce que tu as toujours voulu...Toi et moi, Adrian...Tout le reste n'a pas d'importance.

Adrian : Je ne te crois pas......et ça me tue........................... (Il se plante un couteau dans le ventre) …………… Je t'aime.

Ava : Non...

Adrian : Je voulais être certain que tu ne me quitterais plus...

Ava : Non, non, non, nonnnnnnnn

Scène 23 : Maison de Sean

Diner de Famille, Sean, Julia, Christian, Matt, Annie ………………………………….

Sean : Je t'aime, tu sais.

Julia : Moi aussi, je t'aime...pour toujours...

Christian : Je vais t'aider à débarrasser.

Scène 24 : Maison d’Ava

Elle reste allongée contre le corps d’Adrian sans vie

Scène 26 : Maison de Sean

Christian : On se voit demain …………………. Verrouille bien cette porte !

Sean : Oui

Scène 27 : Aéroport

Agent : Excusez-moi, madame. Pourriez-vous retirer vos lunettes, s'il vous plaît ? ….. Puis-je voir votre passeport, s'il vous plaît ? ……………. Merci, Mme Moore, faites bon voyage.

Ava : Merci

Scène 28 : Maison de Sean

Il est allongé dans son lit, une arme dans la main

Scène 29 : Dans une habitation

Le découpeur s’approche de sa victime, une seringue a la main

Scène 30 : Maison de Sean

Sean, charge l’arme et attends

Scène 31 : Dans une habitation

Le découpeur s’approche du lit, il regarde sa victime …………… Christian se réveille, le découpeur le paralyse

Scène 32 : Maison de Sean

Il attend serin sur son lit

Scène 33 : Appartement de Christian

Christian est paralysé dans son lit, une larme coule sur sa joue, le découpeur lève son couteau et le rabaisse rapidement

 

FIN (Ecrit par Sophia81)

 

Office of Sean

Christian: Tell me what you don't like about yourself.

Joan Rivers: Are you kidding? Everything! My skin hangs so much that my gynecologist needs a flashlight to navigate. No, seriously, it Buzzburger Barbara gave me your address, she says, you are the best plastic surgeons in Miami. Well, she also advised me to buy apart, Florida and forget to specify that it was the waiting room of hell!

Sean: What we can ...

Joan Rivers: I want to be like him! Joan Alexandra Molinski. Born in Brooklyn, spent his youth in Larchmont, a graduate of Barnard ...

Sean: You?

Joan Rivers: It's me. Natural. The face and the photo. I want to be like that!

Christian: A girl of four years?

Joan Rivers: I'd rather it be you who operate me.

Sean: You have not yet said what exactly wanted.

Joan Rivers: First, sign it, if you don't mind.

Christian: A confidentiality agreement? Ms. Rivers, everyone knows you've had a few interventions.

Joan Rivers: A few comments? I am even more patched up as Frankenstein! That's what I ask you, I want the media to be kept away until it is completed. That's why I came to Miami rather than New York or Los Angeles. Once I show it openly, we will make every talk show, Opra, Larry King, Regis and Kelly, the cover of People Magazine, I know it's playable!

Sean: As long as we remain clear on the fact that this sign is no obligation under any circumstances, to the intervention.

Joan Rivers: There is no form of obligation, I just want you do not tell anyone.

Christian: Excellent!

Joan Rivers: Yes. So. I always wanted a sister to know what I would head if I had not done all those facelifts .... but I have no sister, I'm only me. I want you to make me look like operate me the woman that I would have been if I had never been Joan Rivers.

Christian: I don't understand. You want to touch you face to give you back your original appearance?

Joan Rivers: Yes, yes, it will be like a little help from Viagra for my career! I can highlight all the jokes I made about me in the days before all my affairs! I had great jokes! I'm so ugly that if I'm not hiding my face, I am pasting a ticket for indecent assault. I'm getting old so badly that I can do a mammogram and a pedicure at the same time.

Sean: Ms. Rivers, with all the interventions that you have suffered, not a little too risky, just to boost your career?

Joan Rivers: This is not just for my career. It is also for my little son, Cooper. We agree incredibly well, probably the most honest relationship I've had with anyone in my life. He loves me as I am.

Sean: Why do you change then?

Joan Rivers: I'm an illusion! Listen, I know it's me who demystified plastic surgery. It was I who told all those housewives, "you don't like your face, change it!" But today I want to send another message. My little son, he is so ...... he is so pure! He is happy as he is! And I do not want him to change! I do not want him to grow up fearing old age! I do not want him to be unhappy because he has acne at 20 years, or because he is losing his hair at 40! I just want him to know that there's nothing to be ashamed! It's the natural order of things. Thanks to you, I'll remake one of the magazines! Before and after. Nobody has ever tried something like that! It's good as gold! Tell me it does not hurt me to do a cover, the last time it was in 1994, the salopiots! So what? I propose the ultimate plastic surgery! You're leaving?

Home Ava

Matt: I don't see you never smile. Tell me, Ava. Tell me what I gotta do to make you happy.

Ava: I'll never be happy.

Matt: We're not happy here?

Ava: You're in a little cocoon. But once we left the safety of the nest, they will always be present, with their judgments and criticisms. To torture us. They will never understand. In their eyes, our relationship is ungodly.

Matt: We have to leave. One only has to leave and start a new life together. Come to Paris!

Ava: My life is here, Matt.

Matt: We eat croissants all day. We drink wine and you will love.

Ava: I can not, Adrian likely to recur.

Matt: You have a cell phone.

Ava: I have medical problems.

Matt: We found a doctor in Paris, I will take medication in the clinic waiting for my father.

Ava: You have your whole life ahead of you.

Matt: Not without you, you smile. Say yes, Ava. Say yes!

Operating room, operation of a victim of the chopper

Liz: My God, Is it going to stop one day? Four victims, this month.

Sean: The injuries to his face seem more serious than others.

Liz: It is becoming increasingly confident. Looks like he has the feeling of not doing enough to attract attention! It is you who is stealing all the headlines in the newspapers.

Sean: I don't do it voluntarily.

Linda: So why do you operate again one of his victims, Sean?

Sean: Because all the other artists of the corner were scared to do so. It is a moral contract. I would stop if I could, but it is not possible. Blade 15!

Vision of Escobar: Sean! FLOW, my chicken?

Sean: It's going to serve me What's that, exactly?

Escobar: You're originally from a war, Sean. He'll take a little more than a scalpel to overcome! Hey, baby! How is your leg?

Sean: What are you talking about?

Escobar: You and the Carver, buddy! You remember what he said? Operates once one of his victims, and he will look after you! You've asked the way to stop it! I tell you! Make her skin!

Sean: You know better than anyone that I'm unable to use a gun! Blade 15!

Escobar: spineless wimp! Maybe you need a little more balls in the ass, bro!

Sean: You know I have balls, if you're in prison is because of me!

Escobar: That was your moment of glory, eh? The truth is that if you're a man, but thanks to me!

Sean: Stop the bullshit!

Escobar: It is I who gave you the balls to take a gun! I gave you the strength to risk killing someone to save your skin, that of your family and your office! I've built character! What is it served thee? What is that song at the con? Yeah, I like! Damn, I miss the 80s.

Sean: Cup that, I can't work under these conditions.

Escobar: You think his face repaired will change anything? Want to restore a semblance of peace in this mess, Sean? You have to get ready for a duel with the Chopper! Like you did with me! I think she needs oxygen ...

Sean: No, I don't do it again a second time!

Vision Escobar: Oh, yes, because you love to live dangerously! It is so closed in on itself, poor Sean ... You have guns that guy! Restored peace and kills the carver!

Liz: Kill the carver!

Escobar: Don't tell me that this type makes you more scared than me, I'm jealous, there!

Sean: Shut up!

Escobar: Come close to me!

Sean: Gun!

Escobar: Well, ready? Intended! Shoot!

He shoots and wakes up in bed.

Clinic

Christian: What are you doing?

Matt: Oh, nothing! ... I just wanted ...

Christian: Temesta? You're trying to mow antidepressants?

Matt: Look, it's not in great shape right now, and I have not had the courage to beg and interrogation.

Christian: Helix? Don't you know it's dangerous, self-medication?

Matt: Calm down, they sell that stuff at school. Let me go!

Christian: clomiphene citrate has nothing to do with stress, asshole! I tired of your lies, Matt. I do not know what shenanigans you but it is clear that these pills do not you intended. Either you tell me why you stole the drugs, or I'll take you see the cops and I advise them to fuck you in jail!

Matt: That's good! These drugs are for Ava. I do my groceries.

Christian: Why?

Matt: Because it goes. Forever.

Home Ava

Ava: Go ahead, report me to the police. I deny everything block, Matt corroborate my story and the only thing you have accomplished will be a lawsuit against your own son.

Christian: Matt will not go to jail, but you do!

Ava: The theft of pharmaceuticals is a crime, so take some personal research before you come home and throw your stupid threats. It's good vodka. If I remember correctly, the last time you came to threaten me, you do not leave a drop. Drink and get the hell out. Very cruel! Despite your medical degree and polish your culture when it comes to women and how to treat them, you're a caveman.

Christian: I'd watch what I say if I were you ...

Ava: Or what? You'll hit me?

Christian: If you were a man, after what you did to my family, you'd be on the floor ...

Ava: ... and you would be on me, not you, Christian? You want me, huh?

Christian: When you wet, it's acid! If I penetrated my dick explode!

Ava: It would explode, it's clear. Matt is not there, but of course you already knew when you came in brandishing the big stick that you're afraid of you. You are not angry because Matt and I go out together, you're jealous ...

Christian: You're crazy! Let me clarify the situation. I will not leave this house of the damned before you agree to break up with Matt. I will kill you rather than let you take Matt abroad.

Ava: Nothing to shake the threats to the con! You want me to stop seeing Matt? Oblige me! You want me to stop? You only have one thing to do, Christian. Oblige me to want you. Dominate me! You don't have the guts! As Sean and Julia. It is I who controls everything, and it is not ready to change! I see now that you're no different! Larva, submissive, frightened by the slightest thing. I am an intelligent woman mentally and sexually. You disappoint me, Christian. Ultimately, you are a big mouth.

Christian: I'll show myself!

Ava: Go!

They kiss

Christian: You have desired, and although you'll have it!

Ava: No, not that ...

Christian: You want to be dominated? Done!

Ava: What's the matter? I'm too much woman for you?

Office of Sean

Inspector: No, Sean, I can not condone this!

Sean: It's the only way to stop this!

Inspector: When?

Sean: I don't know at the end of the week? You remove the agents that monitor the house to show him that I'm vulnerable.

Inspector: We stay in the house.

Sean: No, he's smart, he will feel it. We do not tell anyone, whether my family, my partner in person. I will be alone with him, just me. Once having obtained what he thinks why he came, you will enter the scene. It is a little busy here ...

Christian: It can't wait!

Sean: I hope for you that's important.

Christian: Oh yes, Ava is a man.

Sean House, in the kitchen

Christian: So?

Sean: It's not over.

Julia: Are you sure that the shallowness of her vaginal canal was not natural?

Christian: Believe me, it was not something natural.

Julia: You're an artist, yes, but how can you be so sure?

Christian: It is the gem of transsexuals, absolutely perfect!

Sean: I called Abe Ruckman to clinic operations for transsexuals, Stephanie Duncan at the center of gene identity in Colorado, nobody knows, Ava Moore has never existed.

Julia: as a woman, you mean.

Sean: Look, Julia, I thought it was completely absurd until Christian shows me the list of drugs that Matt was stealing.

Julia: It's Chinese to me.

Christian: The components are very targeted. Spirolactine for chest, nipple development. Cons premarin vaginal dryness, it all prescribed doses of sick!

Julia: It can't be a hormonal imbalance?

Sean: No, impossible!

Christian: We'll have to talk to Matt.

Julia: No. If this proves to be true and he learns, he will never recover. It will be stigmatized for life! And is advised that you kissed his girlfriend, he will never forgive you and it will do you more confidence, Christian.

Christian: What? She jumped on me.

Inspector: The cameras of the room are working perfectly, Sean like that of the dining-room.

Christian: What's all this?

Sean: I am trying to install a new security system. Thank you, see you later.

Inspector: Okay!

Sean: I don't find anything.

Julia: Let me try.

Sean: What is clear is that we can not land in it and attack it without proof. We have little time left before his departure.

Julia: At least she thinks like a woman.

Sean Hermes?

Julia: Do you remember the time when Susan had hired a private detective to follow her husband? He had mentioned a site where you can see the statement of accounts of anyone. And Ava Moore spends much really at Hermès in Vienna, Virginia.

Sean: It's not far from Vienna Baltimore?

Christian: How old is Adrian?

Julia: 17, as Matt.

Christian: 17 years ago if you wanted a sex change, there was not thirty-six places to go.

Airport

Liz: The person you should see at Johns Hopkins called Carol, ex-Carlos, she worked for 10 years.

Sean: He left five messages without success, you think the fact to appear in person will change anything?

Liz: The transgender community is very protective, they will not open to strangers. To win their trust, they must meet.

Christian: How do two strangers will succeed in winning the confidence of anybody in five minutes?

Liz: For the love of God, Christian, you entourloupe half the female population of Miami. Not to mention the transsexuals.

Christian: One! Ava and managed to fool everyone.

Liz: Not everyone, I knew there was a reason why it did not attract me.

Sean: If our natural charm does not work, you have other ideas?

Liz: Be understanding, try to convince them that you are professionals who try to help Ava, you are worried about his health.

Sean: I do not know if I'll be able to lie.

Christian: I do! Come on, we're late.

Armory

Seller: This is a very fine and durable model with a rubber grip, perfect for a good grip. An excellent choice for the grill and preparing the meat. He is the one I prefer. A Buck Nighthawk. Very discreet. It comes with a nylon case. Its metal blade is ultra-strong, no matter what what you will use. You have other questions?

Adrian: Yes. Which do you recommend when someone wants to gut?

Centre for transsexuals

Patient 1: I went into the men's toilets in a restaurant yesterday. I've never been so terrified.

Therapist: It's been five years that you're a man, you've probably used toilets for men since your surgery, right? So why this fear?

Patient 1: It urinals. All the guys pissed in front of each other. The guy next to me, it was noted that perhaps it was a brand new penis and he would want me to beat up.

Therapist: There's plenty of men who are embarrassed to pee beside another man.

Patient 1: I know, but I was afraid Carol, you know what it means to be afraid?

Therapist: Yes, airports. Successfully pass through customs as a woman. The cow, since the attacks of Sept. 11, they are so attentive to detail now. If you pass through customs and they only see the fire, it means that you are real! This is a private meeting, can I help you?

Christian: We are looking for Carol Nelson, room 305.

Therapist: And you are?

Christian: I am Dr. Christian Troy and I introduce my partner, Sean McNamara. We tried to contact you. Sophia Lopez provided us your address.

Therapist: Well, we'll take a break, relax a bit and eat something, and we'll see you in about ten minutes.

Patient 1: Thanks

Therapist: How can I help you?

Sean: We are plastic surgeons, we came to Miami to get information about a patient.

Therapist: Really? Since you are surgeons and friends of Sophia, you probably know that the records of people who have changed sex are also secrets that plans to build nuclear weapons.

Sean: We are aware and we understand perfectly.

Therapist: Who is the patient?

Sean: His actual name is Ava Moore

Christian: My partner is the surgeon who operated on Sophia, he saved an intervention missed it.

Therapist: It's touching, but it changes nothing, gentlemen. You see these people, they are fragile. So why me, I should betray their trust? If Ava Moore wants his file, why not us Is she not contacted?

Sean: Because Ava is scared. Seventeen years ago, when it was made, there was no community. She needs help.

Christian: The vaginal wall caved in and his bladder is passed through. So we can deal with it, we need to see his file, she said she was shocked to anesthesia during his first speech. Our only goal is to help Ava. We do not want to put his life at stake

Therapist: That's not me that you should talk. You should see his surgeon, he is retired and he has his record. Where to live-on?

In the gardens of a large house

Sean: Barrett Dr. Moore?

Dr. Moore: I was expecting you, doctors. I think you know my wife.

Dr. Moore's house

Dr. Moore: Pollinators. Hybrids. The first orchid hybrids were made in 1858, since the process was greatly accelerated but because of their artificial evolution and abnormal, it is impossible to recover a useful pollinator, and hand pollination is not reliable and takes too long. There are mysteries to solve.

Sean: You stopped the medicine to become a botanist?

Dr. Moore: I stopped the medicine because my work was done. All orchids here have been altered. Each evolves to become new species, changing their identity.

Christian: You've mastered the technique on humans, why turn to flowers?

Dr. Moore: Because they are loyal and never disappoint. Medicine and humans are so easily corruptible.

Sean: Your work is fantastic Ava Moore is the work of a genius of medicine at the top of his game.

Christian: Why quit when you were at the height of your success?

Dr. Moore: Avery Tanner is the person responsible for the success that I knew. He was a walker, which means he "accompanied" the rich women who were in need of philanthropic causes. It was very beautiful and particularly interested in the work of an inexperienced young doctor. He brought these women to my rallies and played its charms for them to donate large sums of money for medical research that they did not understand. At first I thought that because he was gay, the world of transsexuality attracted him because of the opportunities that opened for him, but this was not the case. It was I who attracted him. We became close, but I could not do the things he wanted because it was not in my nature. One evening, Avery came home in despair at the edge of suicide and he asked me if I operation to become a woman, could I love? And I thought to be capable. The operation that followed was perfect. Thank you, Harry, you might have. To everyone, we were like any couple, but sexually, I could not forget. She thought a child could make something normal that was not, so we agreed, my assistant would be fertilized with my sperm would our baby. After the birth of Adrian, things seemed to go better, but shortly after they have deteriorated. I could not give her what she wanted. It was not his fault. It was me, the missed! I could not see it. I could see my work.

Sean: So she's gone?

Dr. Moore: I returned home from a conference one day and they were gone, I have never heard of. How is she?

Sean: She gave up philanthropy and has become counselor life.

Dr. Moore: The ultimate creature of transformation, turning the other. It's poetic, doctors, you can not deny it.

Christian: His behavior is far from poetic, rather than predator.

Sean Moore Ava sleeps with my 17 year old son and yours.

Dr. Moore: Sleeping with adolescents is understandable, they lack the experience necessary for the unmasking. I had planned one last comment. Reconstruction of the vaginal wall. Make it less contiguous. I thought it would bring a semblance of peace, certainty, but I could never find it.

Sean: It would help us to be able to see the file.

Dr. Moore: You know you can not ask me.

Christian: We can not confront it without proof.

Sean: You do not have saved your son from his clutches, Dr. Moore. Give me at least a chance to save mine.

Apartment Julia

Sean: I can enter?

Julia: I beg you.

Sean: I should call you before. Your friend is there?

Julia: Kevin? No it works.

Julia: You've got?

Sean: Yes, and I brought you something else, you'll certainly do not need but hey, when Kevin's not here.

Julia: Stop doing that!

Sean: Do what?

Julia: Go to see me give me a gas canister, invite me to stay home, you do not need to protect me, it's you that has attacked!

Sean: There may be separate but I do have the right to make me worry about you.

Julia: I'm worried for you.

Sean: Why? I'm fine.

Julia: Do not do anything stupid to prove you're brave. We all know! Matt has agreed to see you?

Sean: Yes, we will eat with him.

Julia: Okay. Be direct but go ahead peacefully.

Sean: Are you sure you want to confront Ava alone?

Julia: Yes, it's me who took her in his life is for me to make it go away!

Sean: It's been awhile since I could not see Julia in you, but just my wife. I like it.

In a restaurant

Ava: Who knows?

Julia: We three, Sean, Christian and myself.

Ava: The angry villagers armed with torches all together to hunt the monster that the scientist has given life!

Julia: I do not think you're a monster, Ava. I think you're sad and lonely person who acts like a monster to face his inner demons.

Ava: Pay attention to the way you talk, show me some respect! I am a woman, I do not care what is written on this issue!

Julia: Breaks with my son and disappear from our lives!

Ava: Or what?

Julia: Or I tell her everything. And suddenly, everyone will know your secret so well kept. As you know so well, s'ébruitent secrets easily. Did you like the least?

Ava: I liked the fact that he loves me.

In a restaurant

Matt: Look, I love her and I love her all my life then, if it is still one of your tricks to show me who she really is, it's not worth it! I know who she really is, what is not you.

Sean: All right, we stop the threats, Matt. That's not why we're here.

Christian: We're here to help you 200%.

Sean: We respect your choice, whatever.

Matt: She's the one I choose. We are going next week.

In a another restaurant

Julia: We'll leave until the beginning of the week to break and disappear.

In the first one restaurant

Christian: and if you need anything, money or a place to live with Ava, we want you to know we're here.

Matt: Are you serious? I understand it, what happens to you, why now?

Sean: Why, simply because you grew, you are no longer a child, Matt. You're a man, and we act as such.

Christian: If all goes well with Ava and you find a job in Paris, well, great!

Matt: And if that does not happen like that?

Sean: I hope you will not suffer too much. But you can go home, if you want it.

In the another restaurant

Ava: I don't know where to go, I have nobody, I do not Adrian.

Julia: I don't make me worry for you. And from what I saw, you're a fighter! The doors will remake a life, they are reborn from the ashes of their failures as the phoenix soar to new horizons!

Ava: Well, Julia, comes full circle, it is you who gives me advice now.

Julia: To tell you the truth, Ava, you're a great counselor life. Without you and what you forced me to live, I would not be able to hold your head today.

Ava: I will not capitulate so easily, Julia. You want me to go, talk to your doctors.

Julia: What do you want them?

Ava: Let me finish, they correct the defect that only showed that I was.

Operating room, operation Ava

Sean: This operation will take less than an hour. You will be restored tomorrow.

Ava: I was horribly wrong in my last vaginoplasty. I also badly this time?

Christian: The final stent will be unpleasant, but the channel was already dug, not enough for me, that's all.

Ava: You think it's funny, huh? I must really make you laugh!

Christian: Actually, Ava, I think you are one of the most fascinating people I have ever encountered.

Ava: You've done a lot of this kind of operation?

Sean: No, that's why we asked for help from an expert.

Dr. Moore: Hello, Ava. You are more beautiful than ever. Adrian, what kind of man is he?

Ava: Like you, intelligent, beautiful, in conflict with itself.

Dr. Moore: I see.

Ava: I do not know where he is or if it will ever return. I must finish once and for all, Barett. I've had enough of saving me.

Dr. Moore: Do not worry, that's why I'm here. I will finish what I started.

Liz: Count 10 to 0.

Ava: 10 ... 9 ... 8 ... 7 ...

Home Ava

Matt: Ava, I have them! I have them!

Ava: What?

Matt: I said that I have two first class tickets to Paris.

Ava: Wow, I guess you pumped on my credit card.

Matt: Well, you asked me to do.

Ava: Yes, I know, maybe you could have trying to surprise me and pay yourself!

Matt: What's the problem, again?

Ava: You! You comic like a pig on a sofa at $ 25,000 and you expect that your mom cleans mess, I can stand it!

Matt: I'm sorry! I do not want to fuck the hell!

Ava: And yet it is! This is normal, the boys fuck the hell, when they drink, they leave traces of their tables lacquered glass, they do not wash their clothes. Anyway, they are unable to support themselves until they go to college.

Matt: Yes, but I'm not going to college, I go to Paris with you.

Ava: Damn!

Matt: What?

Ava: Another sign of glass, it was you who did it?

Matt: I don't know Ava, you have your period? Listen, you're stressed and angry. I understood. You need a vacation. Look, I bought a backgammon books and crossword puzzles.

Ava: I don't like backgammon and I don't go to Paris with you, it's so cliche!

Matt: What happened between when I left and now?

Ava: It does not fit me well, Matt. I've been a mother, I do not want to start with you. Pretending to consider you as a man while you're still not one, it becomes painful over time. I need a true companion. There are things that I do not want to accept things related to age. Things that it is absolutely impossible for you to understand.

Matt: Are you afraid of the unknown, I understood. We must stay together, as always, we must be strong!

Ava: No, it's you who need to be strong, Matt, we had an adventure and it was great, but we did not have what it takes to build something solid, we can not not just build a relationship based on sex. It was inevitable and in the order of things. One day you will understand. You still have business here?

Matt: No. Everything is there.

Ava: Okay, be a good boy and go. Did you hear that liberates, Matt, it's over!

Office of Sean

Joan Rivers: This is not absolutely necessary, you do not need to show me that!

Christian: We'll be more comfortable knowing that you are fully informed about the intervention, that's all.

Joan Rivers: I have no time to watch your computer stuff.

Sean: There are several things we wanted to show you. Look. We'll start by inserting an object that will function like a balloon to expand the skin where it was lifted so she can hang naturally. The next speaker will be to remove tissue from your back to graft it on your chest so that your breasts return to their weight and natural inclination.

Joan Rivers: In other words, I'll walk on my breasts, it's good, I understood!

Christian: We'll then other grafts.

Joan Rivers: Blah, blah, blah, please, I'll be late for my show! Get it right!

Sean: Absolutely.

Joan Rivers: Who's that?

Christian: It's you, Ms. Rivers is the head that you would if you had not done any plastic surgery.

Joan Rivers: It's collapsing! Who is it?

Sean: These graphics are only approximations of the aging process.

Joan Rivers: This granny looks like E.T.!

Christian: That's what you want.

Joan Rivers: No, that's not what I wanted, what I wanted was to look like a grandmother to Cooper, but not this pile of shit! What's the problem? The kid loves me, I laugh when he sees me he runs into my arms, if I like it, it will save!

Sean: I thought you wanted to be natural.

Joan Rivers: You know what is natural? Evolution! Cooper does not live in the stone age! He lives in 2004! It was the tweezers, the acid alpha hydroxide and plastic surgery. God thank you, because if I looked like that, you can imagine the face I have 90 years?

Christian: I'm glad we settled that early.

Joan Rivers: Me too! Thank you very much for warned! Make me an appointment tomorrow for another facelift. So what? I'm in the corner, that keep me busy!

Sean: So ... what are you doing tonight?

Christian: It looks like I'll prepare the lifting of Ms. Rivers.

Sean: Julia goes home with the children. Matt lives with her, this moment is not in great shape since the breakup with Ava. You want to come and break bread with the family?

Christian: I did not know that Julia wanted me to redo part of the family after all that happened.

Sean: It was mentioned to Matt that he could count on us. After what just happened, we all need to be present.

Home Ava

Adrian: Hi mom.

Ava: My God, Adrian. I was worried. Where were you?

Adrian: I squatted on old boats, you know the thing Cunanan. You do not give a shit anyway.

Ava: Wrong!

Adrian: You're leaving?

Ava: In Paris, and you come with me!

Adrian: Me and Matt, right? Forming a sacred family, eh?

Ava: No, Matt and I are over.

Adrian: You want to know what I think, Mom? I think he dropped thee! He hath dropped and you're all lost because you can not stand to lose! So now, you leave us all in the lurch, for that, you can do!

Ava: I was afraid that you're gone for good, but now we can start from scratch, you and me.

Adrian: We stop all this crap now! We're all rotten to the core.

Ava: Okay, come with me, we'll talk on the plane. Look, I have two tickets. It will only be both, that's what you've always wanted ... You and me, Adrian ... Everything else is irrelevant.

Adrian: I do not believe you and it kills me. (He sticks a knife in the belly) I love you.

Ava: No.

Adrian: I wanted to be sure that you leave me no more.

Ava: No, no, no ...

Sean House, Family Dining

Sean: I love you, you know.

Julia: I, too, I love you forever.

Christian: I'll help you get rid of.

Home Ava

She is crying against the lifeless body of Adrian

House Sean

Christian: See you tomorrow. Locks out this door!

Sean: Yes

Airport

Agent: Excuse me, ma'am. Could you remove your glasses, please? Can I see your passport, please? Thank you, Mrs. Moore, have a nice trip.

Ava: Thank you

In the House of Sean and after House of Christian

In the night, Sean waiting patiently while the carver with a weapon, but the killer finally attacks on Christian ...

Kikavu ?

Au total, 21 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

wolfgirl88 
18.06.2018 vers 04h

Siobhan62 
19.10.2017 vers 21h

kazmaone 
24.09.2017 vers 00h

Ali3nBrain 
14.05.2017 vers 13h

jonathan68 
16.12.2016 vers 12h

RonanBart 
05.10.2016 vers 15h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 2 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Découvre le hors-série de notre magazine HypnoMag, consacré à la série Roswell qui fête ses 20 ans !
HypnoMag | Hors-série 20 ans Roswell

Tentez de gagner une HypnoCard Collector Roswell grâce à notre jeu HypnoChance !
Tirage au sort le 15/10 | Collector Roswell !

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Julian McMahon interviewé par Télé Loisirs

Julian McMahon interviewé par Télé Loisirs
Julian McMahon a été interviewé par Télé Loisirs.  Il s'exprime sur la série Marvel's Runaways dans...

Dylan Walsh | Whiskey Cavalier bientôt sur TF1

Dylan Walsh | Whiskey Cavalier bientôt sur TF1
L'acteur Dylan Walsh est dans la série Whiskey Cavalier, qui sera diffusée sur TF1 à partir du 29...

Julian McMahon dans la série F.B.I.

Julian McMahon dans la série F.B.I.
Julian McMahon apparaît dans la série F.B.I. créée par Craig Turk & Dick Wolf. Il apparaît en effet...

Design Nip Tuck

Design Nip Tuck
Un tout nouveau design signé Spyfafa et placé sous le soleil de Miami est en ligne ! Merci pour sa...

Julian McMahon | Swinging Safari sortira en Amérique

Julian McMahon | Swinging Safari sortira en Amérique
Le film australien Swinging Safari réalisé par Stephan Elliott est sorti il y a un peu plus d'un an,...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

cinto, Hier à 18:03

vous avez des questions? posez-les à Henry VIII au sondage chez The Tudors. Merci pour votre vote. Et voyez la pdm, assez drôle!

cinto, Hier à 18:04

Changez le titre de la série Ma sorcière Bien Aimée en votant au sondage. Merci à ceux qui ont déja voté et à ceux qui vont le faire!

quimper, Hier à 20:45

Les quartiers Sherlock et Rizzoli & Isles proposent de nouvelles PDM. N'hésitez pas à passer

pretty31, Hier à 21:26

Les jeux d'Halloween vous attendent sur HypnoClap, et quelques chapeaux de sorcières sont encore disponibles pour "Un bonbon ou une cards ?"

pretty31, Hier à 21:26

qui vous permettra peut être de gagner ... Une HypnoCard ^^

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site