VOTE | 51 fans

#208 : Les stigmates du passé

Titre VO: Agatha Ripp
Scénariste: Ryan Murphy
Réalisateur: Michael M. Robin
1ère diffusion américaine: 10 Août 2004
1ère diffusion française: 08 Décembre 2004
Casting: John Aylward (le Père), Sarah Paulson (Agatha Ripp), Fionnula Flanagan (la Soeur).

Une prostituée SDF consulte Sean et Christian et leur confie qu'elle s'est auto-mutilée pour arborer les stigmates du Christ. Quant à Liz, l'anesthésiste de la clinique, elle révèle aux chirurgiens qu'elle est enceinte du don de sperme de Christian. Celui-ci souhaite s'impliquer dans la grossesse, mais elle s'y oppose ...

Popularité


4 - 2 votes

Titre VO
Agatha Ripp

Titre VF
Les stigmates du passé

Vidéos

Promo 208

Promo 208

  

Sean / Julia

Sean / Julia

  

Sean / Julia

Sean / Julia

  

Plus de détails

Au cabinet, Sean et Christian reçoivent Agatha Ripp une prostituée. Elle s'est mutilée et à fait croire à des stigmates pour avoir le recueil de l'église. Agatha leur demande de l'aide, elle ne supporte plus les paroissiens et souhaite que les chirurgiens rétablissent la vérité à son sujet. Ils finissent par accepter.

Pendant l'opération, Liz avoue être enceinte de l'échantillon de Christian, et elle souhaite que son enfant soit baptiser. Christian a de plus en plus de mal à garder son secret, surtout que la plus grande fierté de Sean est sa famille.

Tout les paroissiens débarquent à la clinique pour déclarer leur gratitude auprès d'Agatha. Une famille pense que leur fils est possédé (il n'a qu'une malformation au dessus des fesses) et elle souhaite approcher Agatha. Sean demande alors au prêtre d'avouer la vérité sur Mlle Ripp, mais le prêtre est lui aussi persuadée qu'elle a bien des stigmates.

Julia à elle aussi du mal à garder son secret, et son corps s'en ressent. Elle fait de l'eczéma. Sean lui dit que ce n'est pas très grave, et que l'histoire entre Matt et Ava doit sûrement en être la cause.

Christian ausculte Liz, elle a eu quelques pertes de sang. Elle s'inquiète, il la rassure et souhaite l'accompagner chez le gynécologue.

Sean parle de l'eczéma de Julia à son ami. Il lui parle de confiance et Christian est mal à l'aise.

Ils opèrent finalement l'enfant dont la famille pensait qu'il était possédé. Soudain Agatha est confrontée à de nouveau stigmates. Elle avoue avoir mentie, elle ne sait pas infligés ses blessures, mais c'est le Christ lui-même.

La sœur de la paroisse lui rend visite, elle finit par avouer aux deux associés qu'elle ne croit pas vraiment aux stigmates ainsi qu'a Dieu. Sean lui demande de sauver Agatha et qu'elle doit tout lui avouer. Elle refuse mais leur explique comment avoir une preuve qu'Agatha ment. Si les stigmates sont bien réels, Agatha a le sang du Christ dans ses veines.

Liz est chez le gynéco, sa grossesse ne s'annonce pas aussi bien qu'elle l'aurait pensée, et elle doit à son âge être plus que prudente.

Liz demande à Agatha de l'aider, Mlle Ripp pense qu'elle ferait une très bonne mère, elle avoue également à Liz qu'on lui a retirer sa fille à la naissance. Liz lui prélève du sang et lui parle d'une histoire sue la bible, elle souhaite croire en Agatha. La jeune femme accepte de lui toucher le ventre.

Christian et Sean examinent avec stupeur le sang d'Agatha, il n'y a pas que son sang qui coule dans ses veines.

Le prêtre souhaite reprendre Agatha au sein de l'église, Sean s'y oppose mais en vain. Agatha s'en va. Liz reçoit un coup de fil avec une mauvaise nouvelle. Elle décide finalement de faire avorter le bébé.

Julia se rend à l'église et se confesse, plus tard Sean lui demande de ses nouvelle et il l'invite au restaurant. Il lui explique sa journée difficile par rapport à Agatha. Julia craque et lui avoue la vérité sur Matt. Il devient fou de rage, elle lui avoue que Christian et elle n'ont couchés ensemble qu'une seule fois. A bout de nerfs, il agresse sa femme et lui demande de s'en aller de sa maison.

Au cabinet, Christian explique à Liz son intention à s'investir pour l'enfant, mais Liz lui avoue la vérité. Elle a avortée car l'enfant avait une malformation, ils sont bouleversés et se disputent. Sean débarque alors en colère et frappe violement Christian, qui ne se débat même pas, sous les yeux impuissants de Liz.

A l'église, Sean noie son chagrin, Agatha vient à sa rencontre et lui demande ce qu'il fait là. Sean souhaite apprendre à prier, car jusqu'à présent toutes ses croyances n'était que des mensonges. Elle lui avoue ne rien pouvoir faire pour lui, elle n'est qu'une simulatrice. En effet la sœur de la paroisse lui a infliger ses blessures, elle a également mélangée son sang au sien. Sean découvre alors qu'il ne peut croire en rien...

Ecrit par bibou

Scène 1 : Bureau de Sean

Sean : Mme Ripp, dites-moi ce que vous n'aimez pas chez vous.

Mme Ripp : Vous avez du temps devant vous ?

Christian : Si vous pouviez être plus précise.

Mme Ripp : J'ai couché avec 92 mecs depuis que je fais le trottoir. Ils ne donnent pas de médailles pour ce genre de truc. J'ai avorté 5 fois. Je me suis fait arrêter 7 fois pour troubles sur la voie publique. J'ai failli faire trois overdoses, mais je suis clean maintenant !

Christian : Nous sommes dans une clinique de chirurgie plastique, pas dans un confessionnal.

Mme Ripp : Ne me traitez pas comme une moins que rien. J’ai connue ce regard, toute ma vie, les hommes m'ont regardée comme ça ! Mais je vous pardonne. Comme je leur pardonne, à eux aussi.

Sean : Mme Ripp, avez-vous des blessures ou des cicatrices dont vous voudriez vous débarrasser ? ….. Vous voulez bien nous montrer ? ……………. Mme Ripp, vous êtes en train dire que vous avez...

Mme Ripp : ...des stigmates, oui. C'est ce que j'ai raconté à l'église mais la vérité, c'est que je me les suis faits moi-même. C'est mon péché le plus horrible. Gardez l'œil ouvert pour débusquer les faux prophètes, ils viennent à vous sous l'apparence d'une brebis mais derrière se cache un loup féroce. C'est Mattieu 7-15.

Christian : Puis-je revoir vos bras ? L'autre côté ? Avez-vous aussi affirmé que Jésus vous a fait ces blessures ?

Mme Ripp : Je ne l'aime pas.

Christian : Je serai bien plus aimable une fois que j'aurai l'assurance que vous ne nous aurez pas fait un chèque sans provision.

Mme Ripp : c'est pour ça que je suis venue ici. J'ai vu aux infos la fille qui s'était faite défigurer et le reporter a dit que vous l'avez opérée gratuitement.

Sean : C'était un cas particulier.

Mme Ripp : Faut m'aider là ! Je crois que je couve une infection car je me sens fiévreuse !

Christian : Allez aux urgences !

Mme Ripp : Ce n’est pas l'infection qui va me tuer, vous ne comprenez rien ! C'est le stress ! Faut que vous leur disiez que je suis une menteuse ! Et ils vous écouteront car vous êtes un docteur ! Je ne peux pas les revoir !

Sean : Revoir qui ?

Mme Ripp : Sœur Rita Claire, qui m'a inscrite à un programme à Ste Olive. Mais surtout les paroissiens. Ils croient que j'ai été touchée par la grâce. Faut que vous leur disiez que j'ai juste fait ça pour attirer l'attention ! Dites-leur que je n’ai rien de spécial ! Je suis qu'une pute ! ……… S'il-vous-plait. Faut leur demander de m'excuser. S'il-vous-plait.

Scène 2 : Bloc opératoire

Christian : Vous arrivez à croire ces paroissiens, ils ont tellement besoin de croire en quelque chose qu'ils ont canonisé une prostituée.

Liz : Tu sais quoi,  je les comprends. J'aimais bien être catholique quand j'étais gosse. Le côté théâtral, la sensation qu'il y avait un homme mystérieux dans les cieux qui veillait sur moi.

Sean : Tu as arrêté de pratiquer quand ?

Liz : Quand je suis devenue une lesbienne pro-avortement. Mais je demande si je n'enverrai pas mon gamin à l'église comme moi à l'époque. Vous savez pour le côté "structure et réconfort".

Christian : tu es enceinte ?

Liz : Quelques semaines, c'est récent.

Christian : Pourquoi ne me l'avoir pas dit ?

Liz : Me regardez pas comme ça, je viens de l'apprendre. Je fêterai ça dans quelques mois, vous aurez le temps de vous acheter un costume, faites-moi confiance.

Sean : Félicitations à tous les deux. J'espère que je serai un aussi bon parrain pour votre bébé que Christian l'a été pour Matt.

Christian : Tu te souviens du baptême de Matt ?

Sean : Il n'y en a pas eu.

Christian : Exactement ce que je dis, mais on a quand même organisé une petite bouffe pour fêter l'évènement même s'il n'y pas eu de cérémonie religieuse ! C'est une tradition que j'aimerais perpétuer !

Liz : Désolé mon grand, mais les robes de baptême sont sublimes ! Je vais faire baptiser mon enfant !

Christian : Faudra me passer sur le corps !

Liz : Sans problème ! ……… Même si tu n’es pas religieux, viendras tu au baptême, Mr le Parrain ?

Sean : Je suis religieux, si la religion signifie croire en une cause plus grande et plus précieuse que sa petite personne. Ma foi réside dans deux puissances supérieures, mon cabinet et ma famille …………………………………………………………………………………………

Générique

Scène 3 : devant le cabinet a l’extérieur

Christian en espagnol: Qu'est-ce que vous faites ici ?

Femme : Nous prions...à la femme qui se trouve à l'intérieur.

Homme : Pour Agatha. Elle a été touchée par Dieu, une nonne de notre église nous a dit qu'on la trouverait ici.

Christian : Je suis désolé mais ceci est notre clinique, vous allez devoir partir, ou sinon j'appelle la police !

Homme : Non, s'il-vous-plait !

Femme : Dieu est ici, avec elle. S'il-vous-plait, on a besoin de son aide. J'ai besoin qu'elle prie pour mon bébé.

Christian : Votre bébé est malade ? Il est possédé par Satan. S'il-vous-plait. Laissez Agatha toucher mon bébé. S'il-vous-plait.

Scène 4 : Eglise

Sean : Père Mahlen, notre clinique est devenue un lieu de pèlerinage pour une puissance qui n'existe pas.

Père Mahlen : Que voulez-vous que je fasse, Dr McNamara ?

Sean : Dire la vérité à votre paroisse, qu'Agatha Ripp n'a pas été touchée par dieu, que c'est une prostituée qui s'est automutilée afin de ne pas être renvoyée de votre foyer.

Père Mahlen : Dr McNamara, je suppose que vous rejetez la théorie de la "miraculée". Pour vous la religion est clairement...

Sean : Un mythe, où voulez-vous en venir, mon Père ?

Père Mahlen : J'ai entendu dire que deux de mes paroissiens sont venus vous voir avec leur nourrisson ?

Sean : Ils pensent que leur fils est possédé par le diable car il a un appendice lombaire.

Sœur Rita : Un appendice lombaire ?

Sean : Une queue en chair, adjacente au scrotum.

Père Mahlen : Ne voyez-vous pas, Dr McNamara, grâce à Agatha, un miracle s'est produit ! Par une voie divine, l'enfant vous a été envoyé à vous et à votre partenaire, qui avez le talent de lui retirer cet appendice, ce qui lui permettra de mener une vie normale et productive !

Sean : Je ne voudrais pas être grossier, mon Père, mais je vais bientôt mettre la clef sous la porte si je continue à opérer bénévolement des adeptes qui interprètent mal la science et les lois naturelles, car ils ne reçoivent pas l'éducation que vous êtes obligé de leur enseigner !

Sœur Rita : Comment va Agatha, docteur ?

Sean : Nous retirons les fils demain. On l'a mise sous perf, elle est stable. A-t'elle de la famille ? Quelqu'un à qui nous pouvons l'envoyer, qui pourrait s'occuper d'elle pendant la période de convalescence ?

Sœur Rita : Je suis à la recherche de cette information, j'ai appelé deux numéros à Talahasée d'où elle est originaire.

Sean : Ma sœur, je suis désolé mais si vous ne pouvez pas trouver quelqu'un qui soit prêt à assumer le rôle de tuteur, j'ai bien peur qu'il faille l'envoyer aux autorités.

Père Mahlen : Ste Olive prendra soin d'Agatha, jusqu'à ce que notre enquête soit terminée. Et ses stigmates seront soit acceptés par le Vatican soit vus comme un blasphème !

Sean : Arrêtez de continuer à...

Père Mahlen : Voudriez-vous voir des preuves ? Ouvrez-la ……… Ces photos ont été prises peu de temps après la découverte, alors que les blessures étaient encore fraîches. Comme vous pouvez le voir, docteur, les stigmates ne sont pas circulaires, ou irréguliers, comme ce serait le cas avec un brise-glace ou autre outil du genre. Mais ils sont carrés, symétriques et lisses.

Sœur Rita : Les blessures de la crucifixion du Christ auraient été faites avec un clou rectangulaire.

Père Mahlen : Je pense que c'est la vérité. La Vatican pense que c'est la vérité, mais comment Agatha pourrait-elle le savoir ? Lui ayant déjà parlé, je ne crois pas qu'elle ait lu un seul livre ! En plus les blessures du Christ étaient au niveau des poignets, pas des mains. 97% des faux stigmates, les gens qui recherchent la célébrité font l'erreur de s'ouvrir les paumes.

Sean : Les blessures sont étranges, je vous l'accorde. Mais si vous refusez de considérer que ça peut être un canular, j'orienterai vos recherches vers un psychogenic purpureus plutôt que de la pseudo-magie.

Père Mahlen : psychogenic purpureus...

Sean : Un problème psychosomatique. Le corps traduit par des manifestations physiques la douleur que l'esprit ne peut exprimer.

Père Mahlen : Causée par quoi ?

Sean : La culpabilité, la honte, très souvent mal vécues.

Père Mahlen : dr McNamara, si je peux reconnaître la véracité de la science qui vous donne tant de poids, pourquoi ne respectez-vous pas les croyances dans lesquelles j'ai foi. Une foi qui nourrit mon âme, mais aussi celle de mes paroissiens.

Sean : Ma sœur, je vais garder Agatha jusqu'à la fin de la semaine, à partir de ce moment-là, j'appellerai les autorités. Agatha Ripp est psychologiquement instable. Et pas une candidate à la béatification. Je serai heureux de partager cette pensée avec les médias s'il faut en arriver là pour que je retrouve la paix à ma clinique !

Père Mahlen : Dr McNamara, comme pour tous les hommes, un jour viendra où la simple logique ne suffira plus pour vous définir ou vous nourrir.

Scène 5 : Maison de Sean

Sean : Ça fait mal ?

Julia : Ça brûle ! J'étais dans le jardin hier, j'ai dû me faire piquer par quelque chose.

Sean : Ce ne sont pas des piqûres, Julia, c'est un zona. Prends ta température, on va voir si tu ne couves pas une infection.

Scène 6 : Clinique

Christian : Normal.

Liz : Je ne me sens pas malade.

Scène 7 : Maison de Sean

Julia : Juste un peu patraque.

Scène 8 : Clinique

Christian : Pas de nausées le matin ?

Liz : Non. C'est mauvais signe ?

Christian : Les nausées matinales sont généralement un signe que les hormones sont en branle. Mais 20% des femmes enceintes n'ont jamais de nausées et leur bébé est en parfaite santé. Fait moi voir le protège-slip.

Liz : Quelques pertes pendant le premier trimestre, c'est normal, hein ? Ou est-ce un signe que quelque chose ne va pas?

Scène 9 : Maison de Sean

Julia : La zona n'est pas un signe d'une défaillance du système immunitaire ? Je suis malade ?

Sean : On t'a fait un bilan de santé le mois dernier, tout allait bien. C'est psychologique !

Julia : Non !

Sean : Ne t'isole pas, dis-moi ce qui ne va pas.

Julia : Rien, comme toujours, le stress habituel, aller à la fac, élever une famille. Je crois que ça fait un peu trop.

Sean : Un zona accompagne souvent d'importants changements dans la vie comme une mort, un divorce, c'est peut-être à cause de Matt. L'histoire avec Ava. Ça va aller ! C'est ce qui arrive quand on élève des ados, c'est stressant !

Scène 10 : Clinique

Christian : Tout va bien se passer. Tu as juste besoin de te calmer. Un jour on repensera à tout ça et on se marrera bien !

Liz : Ouais, toi en train d'examiner mes serviettes hygiéniques, c'est hilarant !

Christian : Je suis content que tu sois venue me voir. Je commençais à avoir le sentiment que tu ne voulais pas que je sois impliqué dans la vie de cet enfant.

Liz : J'étais coincée. Je ne pouvais pas aller à mon rendez-vous chez le gynécologue avant demain.

Christian : Super, je viendrai avec toi, tu me diras l'heure de ton rendez-vous.

Scène 11 : Bloc opératoire

Christian : Quelle est l'étendue du zona ?

Sean : C'est assez méchant ! Je lui ai fait prendre du Cycloverne et je lui ai dit de rester tranquille. Je comprends l'intensité de sa réaction. Julia ne s'est jamais fait d'amies très facilement. Et quand elle baisse enfin sa garde, et qu'elle invite Eva dans notre famille pour à la fin se faire trahir... Agatha Ripp avait raison sur un point. Cette citation de la Bible, "Gardez l'œil ouvert pour débusquer les faux prophètes, ils viennent à vous sous l'apparence d'une brebis mais derrière se cache un loup féroce". Voilà qui est le diable ! Pas quelque chose d'évident comme un être avec des cornes et une queue. Mais un ennemi silencieux qui se déguise en ami. Quelqu'un en qui tu as confiance, que tu aimes même ! Que tu as laissé s'immiscer dans ta vie, seulement pour découvrir qu'il a tout détruit.

Liz : Notre patient est dans la 4ème Dimension, je vous présente Taylor. Elle va me remplacer.

Sean : Je ne comprends pas.

Liz : Désolée Sean, je ne crois pas être capable de rester pendant toute l'intervention.

Sean : Qu'est-ce qu'elle a ? Ce n’est pas la première fois qu'on opère un enfant.

Christian : Oui mais pas un enfant avec un défaut de naissance congénital. Si j'étais une femme enceinte de plus de 40 ans, je ne voudrais pas voir ça non plus. On y va ! ……………………………………………………………………

Liz : Il y a une urgence dans la salle de convalescence!

Sean : Linda, Recousez ………………..

Christian : C'est peut être une infection ! on fait une prise de sang.

Sean : Sa pression chute ! Liz ! J'ai besoin d'une perf de Dopamine ! Agatha, où se trouve la douleur ? Quelle Merde …………………….

Christian : Qu'est-ce tu fous, Sean ?

Sean : Où est l'instrument avec lequel vous vous êtes fait ça ? Où l'avez-vous caché ?

Agatha : C'est pas moi. C'est Lui qui l'a fait.

Liz : Vous étiez seule dans la pièce !

Agatha : Jésus est revenu me voir ! J'ai menti la première fois, quand j'ai dit que je m'étais fait ça moi-même ! Oh, mon Dieu, faites que ça cesse !

Scène 12 : Clinique, chambre d’Agatha

Soeur Rita : Merci de m'avoir appelée, comment va-t-elle ?

Sean : Elle est sous tranquillisants, elle était hystérique.

Sœur Rita : Avez-vous trouvé l'instrument qu'elle a utilisé pour s'automutiler ? Je sais qu'elle s'est fait ça ! Je le sais ! Agatha s'autodétruit. Elle souffre d'une maladie que je trouve terrifiante. Peut-on s'entretenir en privé ?

Dans le bureau de Sean

Sœur Rita : La première fois que je l'ai vue, je l'ai questionnée sur les blessures qu'elle a aux bras. Elle m'a répondu qu'elle avait commencé à s'automutiler peu de temps après s'être fait violer par son beau-père ! Elle n'est pas la seule dans mon programme à se blesser de la sorte. Elles font ça pour dévier la douleur !

Christian : Mais elles s'infligent de la douleur !

Sœur Rita : La douleur de la peau n'est en rien comparable à la douleur de l'âme, Dr Troy.

Sean : Quand je suis allé voir Père Malhen, pourquoi...

Sœur Rita : n'ai-je pas pris parti pour vous, docteur ? Pourquoi n'ai-je pas dit que je n'y croyais pas ? Il aurait réduit les subventions pour mon programme. Par pure rancune.

Sean : Ma sœur, je pense qu'Agatha s'est automutilée de nouveau afin de pouvoir rester dans votre foyer. Elle était terrifiée à l'idée de retourner au foyer municipal.

Sœur Rita : Je la comprends. Les chiens à la fourrière sont mieux traités. J'ai bien peur que père Malhen ne voie pas Agatha comme une personne, mais plutôt comme une dépouille sacrée qu'il expose pour faire parler de lui, et encore, seulement quand elle peut servir sa cause. Je prie pour que Dieu fasse ce qu'il y a de mieux pour elle....si Dieu existe encore.

Sean : C'est une déclaration radicale pour quelqu'un qui a dédié sa vie à la Foi.

Sœur Rita : Oui. Quand vous voyez des filles comme Agatha qui ont recours à l'automutilation pour s'assurer abri et nourriture, la lumière éclatante de l'auréole des Saints perd de sa superbe. Désolée.

Sean : Vous pouvez sauver Agatha, ma sœur. Vous pouvez l'empêcher de s'automutiler !

Christian : Dites à vos paroissiens qu'elle a menti, que c'est un schéma d'automutilation. Si Agatha ne peut pas marchander ses stigmates, elle s'arrêtera !

Sœur Rita : Je ne peux pas révéler tout ça, docteur. Je ne peux pas. Il mettrait un terme à mon programme. Vous savez …………….. Il y a une chose que vous pourriez faire ! Comparez le sang qui coule des blessures à celui d'Agatha !

Sean : Je ne comprends pas.

Sœur Rita : D'après l'enseignement religieux, le sang qui coule de vrais stigmates appartient à notre seigneur Jésus Christ. Si c'est le sang d'Agatha. Elle ne sera pas reconnue. L'enquête sera close et......et on pourra mettre un terme à cette mascarade.

Scène 13 : Chez le Gynécologue

Gynécologue : Vous avez eu raison de m'appeler à propos des pertes. Il n'y en a plus dernièrement ?

Liz : Hier, j'avais 3 taches, aujourd'hui 6. Est-ce que je vais faire une fausse couche ?

Gynécologue : On dirait que vous faites une hémorragie, ou se forme le placenta, ce qui peut signifier une anomalie chromosomique spécifique au syndrome de down.

Liz : C'est possible que ce ne soit pas ça ?

Gynécologue : Malheureusement, Liz, vous allez être dans l'incertitude pendant un certain temps. Je suis désolée.

Liz : Je ne gère pas très bien l'incertitude, Cynthia.

Gynécologue : Mais c'est l'essence même du fait d'être mère, Liz. Tu passes ta vie à faire confiance à l'inconnu.

Liz : D'où vient votre confiance ?

Gynécologue : La Foi.

Scène 14 : Chambre d’Agatha

Agatha : Pourquoi vous faites ça ? Ca fait mal !

Liz : Pour m'assurer qu'il n'y ait pas d'infection.

Agatha : J'ai fait le test de dépistage du sida, je suis négative. Vous savez comment c'est possible.

Liz : Peut-être que Dieu a des projets pour vous, Agatha. Tout comme j'espère qu'il a des projets pour mon bébé.

Agatha : Il a quel âge, votre bébé ?

Liz : Il est encore là-dedans. Quelques semaines.

Agatha : Mes félicitations. Vous avez l’air de quelqu’un de très sérieux, je suis sûre que vous serez une bonne mère. J'ai essayé, moi. Mais j'ai tout foutu en l'air.

Liz : Vous avez un enfant, Agatha ?

Agatha : Ils me l'ont prise. L'Etat. Sous prétexte qu'elle est née accro à la drogue. Ils ont dit qu'elle aurait pu naître malformé et que ça aurait été ma faute. Ça aurait été pire que mourir. Elle allait bien, pourtant. Elle était si belle. J'ai pu la prendre dans mes bras juste une minute. Quand elle est sortie de moi. Elle pesait à peine un kilo cinq. Je suis désolée. Je veux pas embêter le monde avec mes problèmes.

Liz : Je crois que mon bébé a quelque chose qui ne va pas. Je le sens. J'ai des pertes et mon médecin me dit que je dois avoir la foi, j'essaye mais j'ai besoin d'un petit coup de pouce. Agatha, vous connaissez l'histoire dans la Bible de la femme qui saignait tout le temps ? Cette femme avait dépensé tous ses biens et avait passé 12 années de sa vie à essayer de guérir de ses hémorragies. Elle n'avait pas le droit de toucher qui que ce soit ou quoi que ce soit, car ce qu'elle avait touché était jugé impropre. Elle était rejetée par la société.

Agatha : Comme moi.

Liz : Mais un jour, Jésus Christ vint prêcher et la femme, soudainement, étendit le bras pour le toucher. Elle était une des seules dans la foule à croire en lui et ses saignements cessèrent tout d'un coup. Et Jésus lui a dit : "Vis une vie confortable, ta Foi t'a rendue unique"

Agatha : C'est une belle histoire.

Liz : Ce n'est qu'une histoire, Agatha ? ……………………….

Agatha : Je ne raconte pas de bobards. Personne ne me croit. Je ressens la même chose que Jésus Christ.

Liz : Et je ressens la même chose que cette femme qui a besoin d'un miracle. S'il-vous-plait. Je veux croire en vous. J'ai tellement besoin de croire en quelque chose ………………………

Agatha : Vous aviez raison. C'est un garçon.

Scène 15 : Laboratoire

Sean : Tous les fanatiques religieux étaient bons à enfermer ! A l'époque le meilleur moyen d'être à l'abri était de sucer le pus des lépreux. Ces gens n'étaient sûrement pas touchés par Dieu mais plutôt par un déficit de chrome, t'as une image ?

Christian : C'est bon.

Sean : Maintenant, il y a autant d'âmes perdues en quête de réponses qui vénèrent une prostituée. Ces gens ont besoin d'antidépresseurs, pas de la religion ……………….. Quoi ? Il y a un problème avec l'échantillon ? …......

Christian : L'échantillon est parfait ……….. Ce n'est pas le sang d'Agatha, Sean.

Scène 16 : Chambre de repos

Agatha : Comment vont les saignements ?

Liz : Ils se sont arrêtés.

Agatha : Après que je vous aie touchée ?

Liz : Oui.

Agatha : Que Dieu soit loué.

Liz : Oui, même s’il n’y ait pour rien

Agatha : Vous me promettez qu'ils ne vont pas me renvoyer à ce foyer municipal ?

Père Malhen : Vous venez avec nous, Agatha. Vous nous avez manqué.

Agatha : Je vais rester là-bas pendant un bout de temps, hein ?

Père Malhen : Oui. Vous avez un toit au-dessus de votre tête. J'aurai besoin des preuves, s'il-vous-plait. Une autorité supérieure les demande !

Sean : Je n'alimenterai pas vos délires, mon Père, je ne vous fournirai pas cette information.

Père Malhen : Parce que votre science n'a pas eu la capacité de faire taire ma Foi ? Ce n'est rien. La preuve de Son existence ne se manifestera jamais par la science. Mais il communique en nous montrant des signes tous les jours, Dr McNamara ! Vous devez juste apprendre à les lire ! Venez avec moi, Agatha …………………….

Sean : Je vais refaire un bilan sanguin.

Christian : On l'a déjà fait deux fois, Sean …………… Bon d’accord, je vais revoir les anticorps.

Linda : Dr Adams pour toi, ligne 2.

Scène 17 : Eglise

Julia prie et vas pour se rendre au confessionnal, puis se ravise.

Scène 18 : Hôpital avec la gynécologue

Gynéco : Vous êtes sur ?

Liz : Et vous ? ………………………………………………..

Gynéco : Détendez vous …….. Détendez vous ……….. Je vais commencer.

Scène 19 : Maison de Sean, dans la salle de bain.

Julia examine son zona dans la glace

Sean : Comment ça va ?

Julia : Ce sont des croûtes maintenant

Sean : C'est bien, ça veut dire que c'est en train de guérir. Je vais me boire une bière et ensuite, pourquoi on ne sortirait pas dîner ? Ça a été une dure journée …………………………….

Dans la cuisine

Julia : Qu'est-ce qui ne va pas ? Pourquoi ta journée a-t'elle été aussi dure ?

Sean : Une patiente à nous, Agatha Ripp, j'ai mis la clinique sens dessus dessous et je n'ai pas réussi à trouver l'instrument qu'elle a utilisé pour se blesser ! Ensuite on lui a fait une prise de sang, et le sang de ses plaies n'est pas le sien ! Je sais qu'il y a une explication sensée derrière tout ça mais ça me fout en rogne de pas la trouver ! Ça défie toute logique !

Julia : Parfois, Sean, il faut savoir accepter l'inconnu.

Sean : Non, je suis un médecin ! Chaque symptôme a une cause.

Julia : Est-ce que tu crois en nous, Sean ?

Sean : Chérie, qu'est ce qui ne va pas ?

Julia : Non, s'il-te-plait, réponds j'ai besoin de savoir.

Sean : Je ne comprends pas.

Julia : Si tu crois en nous, Sean, si tu crois en notre Amour autant que moi, même la vérité ne peut être un obstacle !

Sean : La vérité sur quoi ?

Julia : La vérité …….. sur Matt.

Sean : Il est malade ?

Julia : Ce n'est pas ton fils.

Sean : ……….. De quoi tu parles ? J'étais là quand il a été conçu. C'est moi qui l'ai sorti de toi à sa naissance ……………….. Il me ressemble en tous points ! Il est renfermé, il est sauvage. L'histoire avec Ava, ce n’est pas McNamara, je te l'accorde. C'est ce que tu veux dire ? C'est ce que tu dis ?

Julia : Je ne voulais pas.

Sean : Réponds-moi, je suis le père de Matt !

Julia : C'est Christian.

Sean : Ce n'est pas vrai ! Toi et Christian, vous n'avez jamais couché ensemble ! Matt me ressemble, à moi ! Tu mens ! Pourquoi tu me fais ça ?

Julia : Parce que je ne peux plus vivre comme ça !

Sean : Ce n'est pas vrai !

Julia : J'ai couché avec lui, une fois ! Juste une fois !

Sean : Quand ?

Julia : Je suis allée vers lui, j'avais peur !

Sean : Tu m'avais dit que tu m'aimais, que tu voulais être avec moi !

Julia : C'était vrai, c'est vrai ! C'était il y a 17 ans, quand je n'étais qu'une gamine, j'avais couché qu'avec un seul homme, toi et j'avais peur de louper quelque chose.

Sean : Arrête de parler ! Tais-toi !

Julia : Je dois te le dire ! Je suis allée vers lui, nous avons couché ensemble juste une fois.

Sean : Christian ne m'aurait jamais fait quelque chose comme ça ! Il est comme mon frère !

Julia : Je ne savais pas, Sean. Pendant toutes ces années, je ne savais pas, et je n'ai plus supporté de ne pas savoir, alors j'ai fait le test. Mais c'est toi que j'aime, que toi !

Sean : Pendant tout ce temps, tout ça était faux, ma vie a été un mensonge !

Julia : Ce n'est pas vrai !

Sean : Dégage de chez moi !

Julia : Sean ! S'il-te-plait !

Sean : Tu es faible, tu l'as toujours été, je t'ai donné ma vie pour que tu sois forte et maintenant je veux que tu dégages ! Dégage ! ………………..

Scène 20 : Clinique

Christian : Il faut qu'on parle.

Liz : A propos de quoi ?

Christian : Que tu ne veuille pas d'aide pendant votre grossesse, je comprends, mais une fois qu'on aura cet enfant, j'ai des droits! Je veux le voir, je veux passer du temps avec lui. tu ne peux pas me tenir à l'écart tout le temps, Liz. Ce n'est pas ce qui était prévu.

Liz : On n'avait rien prévu. Que ce soit du point de vue légal ou autre. On aurait probablement dû, mais...On improvisait plus qu'autre chose.

Christian : Ont improvisaient ? ………………. Tu as fait une fausse couche ?

Liz : Pas une fausse couche.

Christian : Tu t’es débarrassée de notre bébé et tu ne m’en a pas parlé ?

Liz : C'est mon corps, Christian. Et ça allait être mon fardeau ! Alors épargnez-moi le sermon. Je te connais, les voitures, les femmes, les maisons, tu aime que tout soit beau. Je ne pense que tu aurais été dévoué à un enfant qui aurait attiré tous les regards, non pas à cause de sa beauté, mais à cause de son handicap ………………

Christian : J'aurais aimé cet enfant de toute façon. Je t’aurais aidée. Ça n'aurait pas été facile tous les jours mais on s'en serait sortis !

Liz : Je n'avais pas cette foi, Christian. Quand je regardais au plus profond de moi, je ne voyais que des doutes. Je ne pensais pas être capable de prendre soin d'un enfant quand moi-même, je me sens si mal dans ma peau. Mon instinct était la seule chose en quoi j'aie eu foi. Je me suis dit que je ne pouvais pas le faire.

Christian : Si tu ne voulais pas d'un co-parent qui avait autant de droits que toi dans cette décision, pourquoi ne pas avoir choisi la solution de facilité et être allée dans une banque de sperme ?

Liz : Je voulais l'assurance que mon enfant aurait au moins un de ses parents qui serait beau ! Ca facilite la vie, tu ne l'avais pas remarqué ?

Christian : C'est tout ce que j'étais pour toi, une belle gueule ? C'est tout ce que vous tu recherchais en moi ?

Liz : La beauté est une chose que j'ai toujours tellement désirée et que je n'ai jamais obtenue ! J'en ai honte ! Mais c'est vrai ! ………………..

Sean arrive, attrape Christian et le roue de coups

Liz : Sean, qu'est-ce que tu fais ? Mon dieu ! Sean, non !

Sean : Je t'ai aimé plus que quiconque !

Scène 21 : Eglise

Agatha : Que faites-vous ici ?

Sean : Je veux apprendre à prier !

Agatha : Mais vous n'êtes pas croyant.

Sean : Tout ceux en quoi je croyais n'était que mensonges. J'ai besoin de croire en des choses que j'ignorais, en des choses dont je doutais. Aidez-moi à comprendre. S'il-vous-plait.

Agatha : Vous n'auriez pas dû me retrouver, je ne peux pas vous guider. J'en suis incapable.

Sean : Mais si quelqu'un avait dû abandonner Dieu, c'est bien vous. Après tout ce que vous avez vécu, ce que vous avez vu, comment avez-vous pu garder la foi ?

Agatha : Je L'avais abandonné... il y a une semaine. Mais maintenant, regardez tous ces gens qui sont là à cause de moi, croyant plus que jamais. Mais vous aviez raison, Dr McNamara. Je suis une menteuse. C'était l'idée de la Sœur. Et Père Malhen n'était pas au courant. Ils allaient fermer cette église à cause du manque de visiteurs. Le programme de Sœur Rita-Claire, tout ça aurait été fini. Alors elle m'a parlé. Elle m'a dit que je pourrai rester ici en sécurité aussi longtemps que je le voulais, si je la laissais faire. Alors je lui ai dit oui. Et comme ça, tout le monde est content. Surtout les fideles. Traverser la vie sans avoir foi en quoi que ce soit est le pire enfer qui existe, vous ne croyez pas ? Alors, que Dieu les bénisse. Que Dieu les bénisse tous.

Sean : Vous vous êtes automutilée ?

Agatha : Je n’en ai pas été capable. C'est la sœur qui a tout fait. Le coup où vous étiez en train d'opérer, c'était prévu. Elle est entrée et m'a enfoncé un clou dans les pieds et elle a mis son sang sur moi ……………….

Sœur Rita : Venez, Agatha.

Agatha : Je suis tellement désolée.

Sean : S'il-vous-plait. J'ai besoin de croire en quelque chose.

Agatha : Vous ne comprenez pas ? ……….. IL n'y a plus rien en quoi on puissent croire de nos jours.

 

FIN (Ecrit par Sophia81)

Office of Sean

Sean: Ms. Ripp, tell me what you don't like about youself.

Ms. Ripp: You have time on your hands?

Christian: If you could be more precise.

Ms. Ripp: I slept with 92 guys since I'm the sidewalk. They do not give medals for that kind of stuff. I failed 5 times. I got arrested 7 times for disturbances on the highway. I almost do three overdoses, but I'm clean now!

Christian: We are in a plastic surgery clinic, not in a confessional.

Ms. Ripp: Do not treat me like a nobody. I knew that look, my whole life, people looked at me like that! But I forgive you. As I forgive them, for them too.

Sean: Ms. Ripp, do you have scars or wounds that you would get rid of? Will you show us? Ms. Ripp, you're saying that you ...

Ms. Ripp: stigmata, yes. That's what I told the church but the truth is that I'm the facts myself. This is my most horrible sin. Keep an eye open to track down false prophets, they come to you under the appearance of a sheep but hides behind a ferocious wolf. Matthew is 7-15.

Christian: Can I see your arm? The other side? Have you also said that Jesus gave you these injuries?

Ms. Ripp: I do not like it.

Christian: I'll be much more pleasant once I have the assurance that we will not do you a check bounced.

Ms. Ripp: that's why I came here. I saw the news the girl who had made disfiguring and the reporter said that you made for free.

Sean: It was a special case.

Ms. Ripp: Is there help me! I think I smoldering infection because I feel feverish!

Christian: Go to the emergency!

Ms. Ripp: This is not the infection will kill me, you do not understand! It's the stress! You must tell them that I am a liar! And they will listen to you because you're a doctor! I can not see them again!

Sean : see who?

Ms. Ripp: Sister Rita Claire, who put me in a program at Olive Ste. But most parishioners. They think I was touched by grace. You must tell them that I just did it to attract attention! Tell them I'm nothing special! I'm a whore! If-you-please. Must ask them to apologize. If-you-please.

Operating room

Christian: You come to believe these parishioners, so they need to believe in something they have canonized a prostitute.

Liz: You know what, I understand. I liked being Catholic when I was a kid. The theatrical side, the feeling that there was a mysterious man in heaven watching over me.

Sean: You have stopped practicing when?

Liz: When I became a lesbian pro-abortion. But I wonder if I will not send my kid to church with me at the time. You know the side "structure and comfort."

Christian: You're pregnant?

Liz: A few weeks is recent.

Christian: Why do not you tell me?

Liz: Do I not look like that, I just learn it. I will celebrate it in a few months, you'll have the time to buy a suit, trust me.

Sean: Congratulations to both. Hopefully I'll be as good a sponsor for your baby Christian was for Matt.

Christian: Do you remember the baptism of Matt?

Sean: There was none.

Christian: Exactly what I say, but we still having a little food to celebrate the event even if there was no religious ceremony! It is a tradition that I continue!

Liz: Sorry big boy, but the christening gowns are gorgeous! I'm going to baptize my child!

Christian: Will over my body!

Liz: Absolutely! Even if you're not religious, you come to the baptism, Mr. Sponsor?

Sean: I am religious, if religion means believing in a cause greater and more precious than his little body. My faith lies in two higher powers, my Cabinet and my family

To cabinet outside

Christian spanish: What are you doing here?

Woman: We pray for the woman who is inside.

Male: For Agatha. She was touched by God, a nun from our church told us we would find here.

Christian: I'm sorry but this is our clinic, you'll have to leave, or else call the police!

Man: No, if you please!

Woman: God is here with her. If-you-please, we need his help. I need her to pray for my baby.

Christian: Your baby is ill? He is possessed by Satan. If-you-please. Agatha let touch my baby. If-you-please.

Church

Sean: Mahlen Father, our clinic has become a pilgrimage site for a power that does not exist.

Mahlen : What do you want me to do, Dr. McNamara?

Sean: Speaking Truth to your parish, Agatha Ripp has not been touched by God, it's a prostitute who was automutilée order not to be returned to your home.

Mahlen: Dr. McNamara, I suppose you reject the theory of "miracle". For religion is clearly ...

Sean: A myth, what are you going, Father?

Mahlen father: I heard that two of my parishioners came to you with their infants?

Sean: They believe their son is possessed by the devil because he has a lumbar appendix.

Sister Rita: A lumbar appendage?

Sean: A tail meat, adjacent to the scrotum.

Mahlen: Do not you see, Dr. McNamara, with Agatha, a miracle happened! By a divine way, the child was sent to you and your partner, who have the talent to withdraw this appendix, which will allow him to lead a normal and productive life!

Sean: I do not want to be rude, my Father, but I will soon put the key under the door if I continue to operate volunteer supporters who misinterpret the science and natural laws, because they do not get the education you are obliged to teach them!

Sister Rita: How will Agatha, doctor?

Sean: We are withdrawing the son tomorrow. He was placed under perf, it is stable. A Family Is she? Someone who we can send, which could take care of her during the recovery period?

Sister Rita: I'm looking for this information, I called two numbers Talahasée where it originates.

Sean: My sister, I'm sorry but if you can not find someone willing to assume the role of guardian, I am afraid we will send it to the authorities.

Mahlen: take care Olive St. Agatha, until our investigation is complete. And its stigma will be accepted by the Vatican is seen as a blasphemy!

Sean: Stop to continue ...

Mahlen: Would you like to see proof? Open it. These pictures were taken shortly after the discovery, when the wounds were still fresh. As you can see, doctor, and stigmata are not circular or irregular, as would be the case with an icebreaker or other tool of its kind. But they are square, symmetrical and smooth.

Sister Rita: wounds of the crucifixion of Christ were made with a rectangular nail.

Mahlen: I think that's the truth. The Vatican think that's the truth, but how Agatha could she know? He has already spoken, I do not think she read one book! In addition to the wounds of Christ were the wrists, not hands. 97% of false stigma, people who seek fame make the mistake of open palms.

Sean: Injuries are strange, I grant you. But if you refuse to consider that it might be a hoax, I direct your searches to a psychogenic purpureus rather than the pseudo-magic.

Father: psychogenic purpureus ...

Sean: A psychosomatic problem. The body resulting in physical manifestations of pain that the mind can not express.

Father: Caused by what?

Sean: Guilt, shame, often resented.

Mahlen: Dr. McNamara, if I can recognize the truth of the science that gives so much weight, why do not you respect the beliefs in which I have faith. A faith that feeds my soul, but also that of my parishioners.

Sean: My sister, I'll keep Agatha until the end of the week, from this point, I will call the authorities. Agatha Ripp is psychologically unstable. And not a candidate for beatification. I will be happy to share this thought with the media if we get there that I find peace in my clinic!

Mahlen: Dr. McNamara, like all men, a day will come when the simple logic will not suffice to define yourself or you eat.

House Sean

Sean: It hurts?

Julia: It burns! I was in the garden yesterday, I had to be bitten by something.

Sean: These are not pitting, Julia is shingles. Take your temperature, you will see if you do not brood infection.

Clinic

Christian: Normal.

Liz: I don't feel sick.

House Sean

Julia: Just a little woozy.

Clinic

Christian: No morning sickness?

Liz: No. Is that bad?

Christian: Morning sickness is usually a sign that hormones are going. But 20% of pregnant women never have nausea and their babies are perfectly healthy. Made me see the panty liner.

Liz: A few losses during the first trimester is normal, eh? Or is this a sign that something is wrong?

House Sean

Julia: Shingles is not a sign of failure of the immune system? I'm sick?

Sean: You've done a checkup last month, everything was fine. It's psychological!

Julia: No!

Sean: Don't isolate yourself, tell me what's wrong.

Julia: Nothing, as always, the usual stress, go to college, raise a family. I think it's a little too much.

Sean: Shingles often accompanies major changes in life as death, divorce, perhaps because of Matt. The story with Ava. I'll be fine! This is what happens when raising teenagers, it is stressful!

Clinic

Christian: Everything will be alright. You just need to calm down. One day we rethink all this and we have fun though!

Liz: Yeah, you looking at my pads, it's hilarious!

Christian: I'm glad you came to see me. I began to feel that you did not want me to be involved in the life of that child.

Liz: I was stuck. I could not go to my appointment with the gynecologist before tomorrow.

Christian: Great, I'll come with you, you tell me the time of your appointment.

Operating room

Christian: What is the extent of shingles?

Sean: It's pretty wicked! I made him take Cycloverne and I told him to keep quiet. I understand the intensity of his reaction. Julia has never made friends easily. And when she finally dropping his guard and invite our family to Eva in the end be betrayed. Agatha Ripp was right about one thing. This quote from the Bible, "Keep an eye open to track down false prophets, they come to you under the guise of a sheep but hides behind a ferocious wolf." That is the devil! Not something obvious like a being with horns and a tail. But a silent enemy that disguises itself as a friend. Someone you trust, you love yourself! You have allowed anyone in your life, only to discover that he has destroyed everything.

Liz: Our patient is in the 4th Dimension, I present to you Taylor. She will replace me.

Sean: I don't understand.

Liz: Sorry Sean, I do not think being able to remain throughout the procedure.

Sean: What is it? This is not the first time that operates a child.

Christian: Yes but not a child with a congenital birth defect. If I were a pregnant woman over 40 years, I would not want that either. Here we go!

Liz: There is an emergency in the recovery room!

Sean: Linda, sew.

Christian: That may be an infection! we made a blood test.

Sean: Its pressure drop! Liz! I need a perf of Dopamine! Agatha, where is the pain? What shit.

Christian: What are you doing Sean?

Sean: Where is the instrument with which you do that? Where have you hidden?

Agatha: It's not me. It is He who has.

Liz: You were alone in the room!

Agatha: Jesus came back to me! I lied the first time when I said that I had done it myself! Oh, my God, make it stop!

Clinical room Agatha

Sister Rita: Thank you called, how is she?

Sean: She's sedated, she was hysterical.

Sister Rita: Have you found the tool she used for self-harm? I know she has done it! I know! Agatha self-destructs. She suffers from a disease that I find terrifying. Can we talk privately?

In the office of Sean

Sister Rita: The first time I saw her, I asked about injuries to her arm. She said she had begun to self-injury shortly after being raped by her stepfather! She is not alone in my program to get hurt that way. They do it to deflect the pain!

Christian: But they inflict the pain!

Sister Rita: The pain of the skin is nothing like the pain of the soul, Dr. Troy.

Sean: When I went to see Father Malhen, why ...

Sister Rita: I have not sided with you, Doctor? Why did not I said I could not believe it? It would cut subsidies for my program. Out of sheer spite.

Sean: My sister, I think that Agatha has automutilée again in order to stay in your home. She was terrified of returning to community center.

Sister Rita: I understand. Dogs at the pound are treated better. I'm afraid father Malhen not see Agatha as a person but rather as a sacred remains that it exposes to talk about him, and then only when it can serve its cause. I pray for God to do what is best for her .... even if God exists.

Sean: That's a radical statement for someone who has dedicated his life to the Faith.

Sister Rita: Yes. When you see girls like Agatha who use self-mutilation to ensure food and shelter, the bright light of the halo of the Saints losing its luster. Sorry.

Sean: You can save Agatha, Sister. You can prevent it from harming themselves!

Christian: Tell your parishioners that she lied, it's a pattern of self-harm. If Agatha can not haggle its stigma, it will stop!

Sister Rita: I can not reveal everything, doctor. I can not. It would end my program. You know. There is one thing you could do! Compare the blood flowing to the injury of Agatha!

Sean: I do not understand.

Sister Rita: In religious education, the blood flowing real stigma belongs to our Lord Jesus Christ. If it is the blood of Agatha. It will not be recognized. The survey will close and we can put an end to this charade.

At the Gynecologist

Gynecologist: You were right to call me about the losses. There are more lately?

Liz: Yesterday, I had 3 spots, now 6. Do I have a miscarriage?

Gynecologist: It sounds like you are bleeding, or form the placenta, which can mean a specific chromosomal abnormality in Down syndrome.

Liz: It's possible that this is not it?

Gynecologist: Unfortunately, Liz, you'll be in limbo for some time. I'm sorry.

Liz: I do not handle uncertainty very well, Cynthia.

Gynecologist: But this is the essence of being a mother, Liz. You spend your life to trust the unknown.

Liz: Where does your confidence?

Gynecologist: Faith.

House Agatha

Agatha: Why you do that? It hurts!

Liz: To ensure there is no infection.

Agatha: I did the testing for AIDS, I'm negative. You know how it is possible.

Liz: Maybe God has plans for you, Agatha. Just as I hope he has plans for my baby.

Agatha: It has what age your baby?

Liz: It is still there. Few weeks.

Agatha: My congratulations. You look like someone very serious, I'm sure you'll be a good mother. I tried myself. But I have screwed up.

Liz: You have a child, Agatha?

Agatha: They took it from me. The State. Under the pretext that she was born addicted to drugs. They said it could have been born deformed and it was my fault. It could have been worse than dying. It was fine, though. She was so beautiful. I could take her in my arms just one minute. When she left me. She weighed barely two pounds five. I'm sorry. I want to annoy people with my problems.

Liz: I think my baby has something wrong. I feel it. I have lost and my doctor says I must have faith, I try but I need a little boost. Agatha, you know the story in the Bible of the woman who was bleeding all the time? This woman had spent all his property and had spent 12 years of his life trying to heal his bleeding. She had no right to touch anyone or anything, because she had touched was deemed unfit. It was rejected by society.

Agatha: Like me.

Liz: But one day Jesus Christ came preaching and the woman suddenly reached out to touch him. She was one of the few in the crowd to believe in him and his bleeding stopped suddenly. And Jesus told him: "Live a comfortable life, your faith has made unique"

Agatha: It's a great story.

Liz: This is a story, Agatha?

Agatha: I do not tell fibs. Nobody believes me. I feel the same as Jesus Christ.

Liz: And I feel the same thing this woman needs a miracle. If-you-please. I believe in you. So I need to believe in something

Agatha: You were right. It's a boy.

Laboratory

Sean: All the religious zealots were good to shut up! At that time the best way to be free was to suck the pus of lepers. They certainly were not touched by God but rather by a deficiency of chromium, you got a picture?

Christian: It's good.

Sean: Now, there are many lost souls in search of answers that worship a prostitute. These people need antidepressants, not religion. What? There is a problem with the sample?

Christian: The sample is perfect. This is not the blood of Agatha, Sean.

Rest House

Agatha: How will the bleeding?

Liz: They stopped.

Agatha: After I hit ale?

Liz: Yes.

Agatha: May God be praised.

Liz: Yes, although there is nothing to

Agatha: You promise me they will not send me back to that home town?

Father Malhen: You come with us, Agatha. We missed you.

Agatha: I'll stay there for a while, eh?

Malhen Father: Yes. You have a roof over your head. I need evidence, if you please. A higher authority the request!

Sean: I do not supply power to your madness, Father, I will not give you that information.

Father Malhen: Because your science has not had the ability to silence my faith? It's nothing. The proof of His existence will never be manifested by science. But it communicates by showing us signs every day, Dr. McNamara! You just need to learn to read! Come with me, Agatha.

Sean: I'll do another blood test.

Christian: It has already done twice, Sean. Okay, I'll review the antibodies.

Linda: Dr. Adams for you, line 2.

Hospital with the gynecologist

Gynecology: You are?

Liz: And you?

Gynecology: Relax. Relax. I'll start.

Sean House, in the bathroom.

Sean: How are you?

Julia: They are now scabs

Sean: Okay, that means it is being cured. I'll drink a beer and then, why not go out to dinner? It was a tough day

In the kitchen

Julia: What's wrong? Why Is she your day has been so hard?

Sean: A patient with us, Agatha Ripp, I put the clinic upside down and I did not find the instrument she used to get hurt! Then he gave a blood sample, and the blood of his wounds is not hers! I know there is a sensible explanation behind it but that I detest them not to find it! It defies logic!

Julia: Sometimes, Sean, you have to accept the unknown.

Sean: No, I'm a doctor! Each symptom has a cause.

Julia: Do you believe in us, Sean?

Sean: Honey, what's wrong?

Julia: No, if-te-please, answer I need to know.

Sean: I do not understand.

Julia: If you believe in us, Sean, if you believe in our love as much as me, even the truth can not be an obstacle!

Sean: The truth about what?

Julia: The truth about Matt.

Sean: He's sick?

Julia: It's not your son.

Sean: What are you talking about? I was there when it was designed. It was I who left you at birth. It looks like me in every way! It is enclosed, it is wild. The story with Ava, not McNamara, I grant you. That's what you mean? That's what you say?

Julia: I did not.

Sean: Answer me, I am the father of Matt!

Julia: It's Christian.

Sean: That's not true! You and Christian, you have never slept together! Matt looks like me, me! You lie! Why are you doing this?

Julia: Because I can not live like that!

Sean: That's not true!

Julia: I slept with him once! Just once!

Sean: When?

Julia: I went to him, I was scared!

Sean: You told me you loved me, you wanted to be with me!

Julia: It was true, true! It was 17 years ago, when I was a kid, I had only slept with one man, you and I was afraid to miss something.

Sean: Stop talking! Shut up!

Julia: I gotta say! I went to him, we slept together just once.

Sean Christian would never have done something like that! It is like my brother!

Julia: I do not know, Sean. During all these years, I did not know, and I have endured not knowing, so I took the test. But it's you that I love, than you!

Sean: All the while, all that was wrong, my life was a lie!

Julia: That's not true!

Sean: Get out of my house!

Julia: Sean! If-te-plait!

Sean: You're weak, you have always been, I've given my life for you to be strong and now I want you to go away! Releases!

Clinic

Christian: We need to talk.

Liz: About what?

Christian: That you do not want to help during your pregnancy, I understand, but once we have this child, I have rights! I want to see, I want to spend time with him. you can not keep me away all the time, Liz. This is not what was expected.

Liz: There was nothing planned. Whether it is legally or otherwise. We probably should have, but ... more than anything else is improvised.

Christian: improvised? You have had a miscarriage?

Liz: Not a miscarriage.

Christian: You got rid of our baby and you did not tell me about?

Liz: This is my body, Christian. And it would be my burden! So spare me the sermon. I know you, cars, women, houses, you love everything is beautiful. I do not think you would have been devoted to a child who would have attracted all the attention, not because of her beauty, but because of his disability.

Christian: I wish this child anyway. I would have helped. It was not always easy but it is out!

Liz: I did not have that faith, Christian. When I looked deeper, I saw only doubts. I do not think being able to care for a child myself when I feel so bad about myself. My instinct was the only thing in which I had faith. I told myself that I could not do it.

Christian: If you did not want a co-parent who had as many rights as you in this decision, why not choosing the easy way out and be gone in a sperm bank?

Liz: I was assured that my child would have at least one parent who would be beautiful! It makes life easier, you had not noticed?

Christian: That's all I was for you, a pretty face? That's all you you looking at me?

Liz: The beauty is something I always wanted and so I never got! I am ashamed! But it's true!

Liz: Sean, what are you doing? My god! Sean, no!

Sean: I loved you more than anyone else!

Church

Agatha: What are you doing here?

Sean: I want to learn to pray!

Agatha: But you're not a believer.

Sean: All those in what I thought was just lies. I need to believe in things that I did not know, for things which I doubted. Help me understand. If-you-please.

Agatha: You should not have to find myself, I can not help you. I can not.

Sean: But if someone had had to abandon God, it's you. After all that you have experienced, what you saw, how could you keep the faith?

Agatha: I had dropped ... there a week. But now, look at all these people who are there because of me, thinking more than ever. But you were right, Dr. McNamara. I am a liar. That was the idea of Sister. Malhen and Father did not know. They would close the church because of the lack of visitors. The program of Sister Rita-Claire, all that was done. Then she told me. She told me that I can stay here safe as long as I wanted, so I let her. So I said yes. And like that, everyone is happy. Especially the faithful. Through life without faith in anything is the worst hell that exists, do not you think? So God bless them. May God bless them all.

Sean: You do that?

Agatha: I have not been able to. It's the sister who did everything. The shot where you were to operate, it was expected. She came in and shoved a nail in the feet and put his blood on me.

Sister Rita: Come on, Agatha.

Agatha: I'm so sorry.

Sean: If you please. I need to believe in something.

Agatha: You don't understand? There is nothing in what we can believe today.

Kikavu ?

Au total, 21 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

wolfgirl88 
16.06.2018 vers 00h

Siobhan62 
19.10.2017 vers 21h

kazmaone 
24.09.2017 vers 00h

Ali3nBrain 
14.05.2017 vers 13h

jonathan68 
16.12.2016 vers 12h

RonanBart 
05.10.2016 vers 15h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 2 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Julian McMahon interviewé par Télé Loisirs

Julian McMahon interviewé par Télé Loisirs
Julian McMahon a été interviewé par Télé Loisirs.  Il s'exprime sur la série Marvel's Runaways dans...

Dylan Walsh | Whiskey Cavalier bientôt sur TF1

Dylan Walsh | Whiskey Cavalier bientôt sur TF1
L'acteur Dylan Walsh est dans la série Whiskey Cavalier, qui sera diffusée sur TF1 à partir du 29...

Julian McMahon dans la série F.B.I.

Julian McMahon dans la série F.B.I.
Julian McMahon apparaît dans la série F.B.I. créée par Craig Turk & Dick Wolf. Il apparaît en effet...

Design Nip Tuck

Design Nip Tuck
Un tout nouveau design signé Spyfafa et placé sous le soleil de Miami est en ligne ! Merci pour sa...

Julian McMahon | Swinging Safari sortira en Amérique

Julian McMahon | Swinging Safari sortira en Amérique
Le film australien Swinging Safari réalisé par Stephan Elliott est sorti il y a un peu plus d'un an,...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

langedu74, Avant-hier à 18:35

HypnoClap : il reste 4 chapeaux disponibles pour tenter de gagner Un bonbon ou une Cards ! Et toujours les jeux d'Halloween

pretty31, Hier à 12:46

Plus que deux chapeaux disponibles pour tenter de gagner Un bonbon ou une Cards sur HypnoClap

juju93, Hier à 17:48

Encore 3 jours pour voter à la 3ème catégorie des L d'or (awards) de The L Word : personnage secondaire masculin. Oui nous avons aussi des hommes !

ophjus, Hier à 19:50

Bonsoir, un nouveau sondage est sur le quartier Reign, pas besoin de connaître la série !

chrismaz66, Aujourd'hui à 12:11

Bonjour, 2 nouveaux sondages Kaamelott et Torchwood, l'un des 2 est drôle ^^

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site